Le logo Sin’Art s’offre des déclinaisons pour ses 18 ans

Le logo Sin’Art s’offre des déclinaisons pour ses 18 ansNous sommes des gens très ouverts et à ce titre nous pouvons tout entendre, que ce soient des critiques, des remarques ou des suggestions.

Il existe cependant un point sur lequel aucun compromis ne sera possible. Non, vraiment, ce n'est même pas la peine d'y penser, il n'est pas question de changer notre logo.

Et d'ailleurs, pourquoi diable le changer ? C'est un jeunot, il vient tout juste d'atteindre sa majorité (comme Sin'Art d'ailleurs).

Nous sommes très attachés au logo de Sin'Art, simplement parce qu'il nous rappelle beaucoup de souvenirs et que nous sommes de grands nostalgiques.

Conçu en 1998 par notre ami Philippe Peseux, il était alors entièrement en noir et blanc. À l'époque, l'impression et la photocopie couleur étaient hors d'atteinte de notre budget.

Plus tard, Axel Demetz lui a donné un coup de jeune en rendant leur éclat écarlate aux tâches de sang.

Pour sa majorité, John Capone fait un beau cadeau à notre logo en lui offrant plusieurs déclinaisons que pourront utiliser nos graphistes pour embellir les éléments de com de Sin'Art.

Suivez ce lien pour découvrir les différentes déclinaisons du logo Sin'Art : http://www.sinart.asso.fr/news/nouveaulogo.pdf

Pour aller plus loin, nous vous suggérons les sites des artistes Philippe Peseux (http://www.peseux.com) et John Capone (http://elzomblar.e-monsite.com/pages/entretiens/john-capone.html)


Lien vers le site

Bookmark and Share

News postée par André Quintaine le 26/10/2016
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €
News

Programmation du PIFFF cuvée 2017
Programmation du PIFFF cuvée 2017Le PIFFF, Paris International Film Festival, toujours au Max Linder pour cette nouvelle édition a annoncé sa p...

The Krapules lance sa série
The Krapules lance sa sérieÀ l'occasion du débat européen sur la prolongation de l'autorisation d'utilisation du glyphosate, THE KRAPULES...