5150, rue des Ormes


ORIGINE
Québec
5150, rue des Ormes Affiche

ANNEE
2009
REALISATION

Eric Tessier

INTERPRETES
Marc-André Grondin
Normand D'Amour
Sonia Vachon
Mylène St-Sauveur
Elodie Larivière...
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Côte
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
La Galaxie de la Terreur
Holmes et Yoyo
Flic ou Zombie
Fear the Walking Dead - Saison 1
The Crater Lake Monster
Dark City
Ed Wood
Le Crime Farpait
Le Sixième Sens
Spider-Man 3

Critique 5150, rue des Ormes
{Photo 1 de 5150, rue des Ormes} Yannick Bérubé est un jeune étudiant en cinéma. Il vient de recevoir sa caméra. Lors de ses repérages, il est victime d'une chute de vélo. Le jeune homme demande de l'aide à la première maison qu'il trouve dans la rue des Ormes mais découvre bien vite que les apparences sont trompeuses.

Un petit avertissement s'impose : 5150, RUE DES ORMES fait partie de ces films où il est conseillé d'en savoir le moins possible afin d'en savourer au mieux la découverte. Cette mise en garde ne concerne pas un quelconque twist qui serait ici dévoilé mais porte sur l'originalité du métrage : une originalité qui repose sur la tournure des événements que nous allons étudier. Le conseil est donc de vous plonger dans cette production québécoise et d'en déguster chaque instant. Si vous aimez les pellicules qui semblent sortir de nulle part et qui se jouent des codes pré-établis, arrêtez tout de suite cette lecture. Sachez{Photo 2 de 5150, rue des Ormes} juste que 5150, RUE DES ORMES est fait pour vous.

En revanche, si vous tenez à vous gâcher la surprise, vous pouvez continuer à suivre ces lignes. Pour commencer, le long-métrage peut être classé dans le « survival ». Un genre qu'il est bien difficile de renouveler tant il est balisé depuis les années 70/80, avec des œuvres tels que MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE ou HITCHER. Des classiques qui ont imposé un canevas maintenant galvaudé : des personnes ordinaires perdues dans un coin reculé et victimes des dangers environnants. Le but d'un « survival » est de remettre en question tous les acquis moraux des personnages, qui correspondent, par extension, à ceux du spectateur : on y voit les notions de solidarité et d'instinct de survie entrer en conflit.

Pour 5150, RUE DES ORMES, l'appartenance à ce genre s'affirme dès le premier rebondissement : Yannick Bérubé se retrouve séquestré dans la maison des{Photo 3 de 5150, rue des Ormes} Beaulieux. Alors que tout laissait supposer que nous avions ici affaire à un énième film de serial-killer, les notions d'enfermement physique et mentale vont s'accentuer au point de devenir prédominantes. De la sorte, Eric Tessier réussit à jouer avec nos attentes et le prologue est, à cet égard, une source de multiples fausses pistes : les premières minutes s'apparentent davantage à un épisode de la série DESPERATE HOUSEWIVES (au mieux) ou au téléfilm dominical d'une chaine hertzienne (au pire).

Toutefois, on peut lui concéder quelques grosses ficelles comme l'excès de curiosité de Yannick (qui lui vaut de se faire séquestrer) ou encore une transposition de l'image paternelle un peu malvenue et d'une utilité toute relative. Quoiqu'il en soit, Tessier réussit brillamment à dresser le portrait d'une famille atypique. Cette dernière repose sur des valeurs morales qui la crédibilisent ce qui la rend d'au{Photo 4 de 5150, rue des Ormes} tant plus terrifiante. Ainsi, à notre grande surprise, le scénario repose sur la description de chaque protagoniste et non sur les péripéties. Une prise de position qui force notre indulgence devant les révélations offertes par le récit. Dans d'autres circonstances, celles-ci auraient pu provoquer notre rejet du métrage entier car certaines découvertes s'avèrent assez invraisemblables. Si Tessier n'avait pas réussi à traiter en profondeur la singularité de ses protagonistes (qui, paradoxalement, s'affichent comme les plus banals des quidams), nul doute que le spectateur lambda aurait condamné 5150, RUE DES ORMES sur son postulat saugrenu mais réjouissant : MASSACRE A LA TRANCONNEUSE dans les banlieues pavillonnaires.

A cela, on ajoute que Tessier s'ingénie à s'offrir des écarts de liberté avec le canevas qu'il s'est lui-même imposé : une intrigue donne naissance à des scènes oniriques inhabituelles dans le « survival ». Des écarts qui sont justifiés par cette volonté du cinéaste de vouloir projeter sur l'écran la vision du monde perçue par les personnages. Ces petites scènes sonnent comme l'affranchissement d'un genre : Tessier se montre comme un cinéaste qui se sert des rouages d'une structure ultra-codée pour le bien de son histoire et non esclave de cette même structure en se limitant aux seuls mécanismes de cette dernière.

Très vite, 5150, RUE DES ORMES s'affirme en long-métrage des plus singuliers. La pellicule d'Eric Tessier s'apparente à un cousin éloigné des BANLIEUSARDS (THE BURBS) de Joe Dante ou de BLUE VELVET de David Lynch dans cette vision iconoclaste des quartiers pavillonnaires. Brillamment écrite, mise en scène et interprétée, cette petite rue des ormes a tout pour devenir une de ces petites perles dont la découverte sur grand écran constitue un des meilleures souvenirs de cinéphile.

André Côte
22/02/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
5150 Rue Des Ormes DVD Zone 1 33.15 €
5150 Rue Des Ormes BLURAY Zone A 39.65 €
5150 Rue Des Ormes DVD Zone 2 15 €
Vous aimez 5150, rue des Ormes ?
Trailer 5150, rue des Ormes
En vente sur Sin'Art
  • Pochette 5150 rue des Ormes - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    33.15€
  • Pochette 5150 rue des Ormes - BLURAY  Zone A
    BLURAY Zone A
    39.65€
  • Pochette 5150 rue des Ormes - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €