A Bloody Aria

Guta-yubalja-deul


ORIGINE
Corée du Sud
A Bloody Aria Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Shin-yeon Won

INTERPRETES
Ye-ryeon Cha
Suk-kyu Han
Kyeong-ho Jeong
Shi-hoo Kim
Byeong-jun Lee...
AUTEUR DE L'ARTICLE: Franck Boulègue
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les 14 Amazones
Ghost Son
Le Diable
Epitaph
Muoi
Aguirre, La Colère de Dieu
Hana-Bi
La Tour Montparnasse Infernale
Tron
Twin Peaks : Fire Walk With Me

Critique A Bloody Aria
{Photo 1 de A Bloody Aria} Shin-yeon Won, le réalisateur sud-coréen de THE WIG (2005), nous propose avec A BLOODY ARIA une exploration psychologique en milieu clos, à l'écart de Séoul et de sa jungle urbaine, au beau milieu de la campagne de la péninsule. Il examine ici les racines et les conséquences des brimades en tous genres que s'infligent mutuellement une poignée de personnages passablement dérangés, un rien dégénérés, qui ne sont pas sans faire penser aux culs-terreux de DELIVERANCE (John Boorman - 1972).

Le récit gravite autour d'un professeur de musique, passablement arrogant, qui raccompagne chez elle une ravissante étudiante au sortir d'une audition. Se croyant au dessus des lois au volant de sa Mercedes flambant neuve (substitut phallique évident), il n'hésite pas à griller un feu rouge pour impress{Photo 2 de A Bloody Aria} ionner sa compagne d'un jour. Immédiatement pris en chasse par un policier à moto, il se fait promptement verbaliser, et ce en dépit des trésors d'ingéniosité qu'il déploie pour convaincre le motard de ne pas lui donner de contravention. Revanchard, il récidive un peu plus loin, et n'hésite pas à asséner une bordée d'injures au même policier. Le professeur quitte aussitôt la route qu'il suivait jusqu'alors pour semer son poursuivant, et s'engage sur un chemin non goudroné qui le mène à proximité d'un petit lac à l'écart des sentiers battus.

Cette décision va s'avérer lourde de conséquences...

Incapable de maîtriser sa libido, le professeur va tenter de violer la jeune femme, qui n'aura d'autre choix que de s'enfuir à travers champs pour lui échapper. Ce qu'elle ne sait pas, c'est{Photo 3 de A Bloody Aria} que le gentil paysan à mobilette qui la recueille pour l'amener à l'arrêt de bus le plus proche, est en vérité le chef d'une bande de loubards qui s'acharne sur un pauvre étudiant. Il inventent constamment toute une gamme de tortures physiques et psychologiques pour le rabaisser. Il sont secondés dans leur entreprise de brimade par un simple d'esprit qui passe son temps à chasser les oiseaux à l'aide de souris empoisonnées par de la mort au rats ! Sa batte de baseball lui sert alors à donner le coup de grâce aux volatiles survivants.

La plage de ce lac coupé du monde va servir de théâtre aux mauvais traitements, humiliations, insultes et vexations infligés au professeur et à son étudiante par ce groupe de voyous imprévisibles, dans un crescendo crédible et dérangeant...

A BLOODY AR{Photo 4 de A Bloody Aria} IA pousse son exploration du thème de la brimade assez loin. Les ressorts psychologiques permettant d'expliquer - ou à tout le moins de comprendre - ce type de comportement sont longuement disséqués. Sadisme et masochisme se mêlent chez ces personnages culturellement arriérés, qui ne connaissent d'autre passe-temps que ces mauvais traitements à répétition.

L'armée, la police et les institutions en général sont clairement montrées du doigt par le réalisateur. Le simple d'esprit doit sa condition à son passage au sein de la Grande Muette, qui l'a laissé diminué mentalement et à moitié sourd. La police n'est pas mieux lotie, ici représentée par un flic pourri qui va s'avérer au moins aussi dangereux que les membres de cette bande de « rednecks » en mal de sensations fortes. Quand à la position d'autorité tenue par le professeur de musique, elle ne semble lui servir à rien d'autre qu'à tromper sa femme avec des jeunettes fraîchement émoulues des cours privés qu'il leur réserve...

Seul le personnage féminin (interprété par Ye-ryeon Cha, que l'on a récemment pu voir à l'affiche dans MUOI) échappe quelque peu à l'acide universel versé par Shin-yeon Won sur cette brochette d'individus. Les femmes sont des victimes, point à la ligne. Seuls les hommes échangent en permanence les rôles, passent de la soumission complète au sadisme le plus abject.

Peu de séquences « gores » au final, mais un malaise savamment distillé qui nous laisse dans l'incertitude jusqu'au bout quant au sort qui sera réservé aux divers protagonistes. Décidément, la musique n'adoucit pas les moeurs...

Franck Boulègue
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
A Bloody Aria DVD Zone 3 27.35 €
A Bloody Aria DVD Zone 1 19.43 €
Vous aimez A Bloody Aria ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette A bloody aria - DVD  Zone 3
    DVD Zone 3
    27.35€
  • Pochette A Bloody Aria - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    19.43€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €