A Day Of Violence


ORIGINE
Angleterre
A Day Of Violence Affiche

ANNEE
2010
REALISATION

Darren Ward

INTERPRETES
Giovanni Lombardo Radice
Nick Rendell
Christopher Fosh
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Critique A Day Of Violence
{Photo 1 de A Day Of Violence} Michael est un gangster plutôt violent, dont le métier est de récupérer l'argent provenant de dettes. Mais qui vit par la violence périra par la violence ! C'est sur cette citation que pourrait débuter le film, puisqu'il voit le corps de notre héros être amené à la morgue, dans un salle état. Puis nous remontons le temps pour que nous soient dévoilés les terribles évènements menant à cette tragique conclusion.

Darren Ward, réalisateur ayant quelques courts et longs métrages de série B à son actif, est aussi le scénariste de ce film. S'il s'offre, pour A DAY OF VIOLENCE, un invité de marque, en la personne de Giovanni Lombardo Radice, le reste du casting est surtout composé d'inconnus. Giovanni Radice, lui, a fait une impressionnante carrière dans le bis italien, jouant devant la caméra de{Photo 2 de A Day Of Violence} Ruggero Deodato, Antonio Margheriti, Lucio Fulci, Umberto Lenzi, ou encore Michele Soavi. Cependant, son rôle dans A DAY OF VIOLENCE est un cameo. Son personnage a certes une grande importance, puisque sa mort est le déclencheur de la spirale infernale qui va saisir Michael, mais son temps de présence à l'écran est plutôt court.

Si la jaquette du DVD annonce que ce film est un hommage aux giallo, c'est plutôt vers les polars anglais ultra-violents type GANGSTER NUMBER ONE qu'il faut se tourner pour trouver des influences. Il n'y a pas de tueur aux mains gantées, pas de fascination pour les armes blanches, aucun érotisme sauvage, si ce n'est la scène d'ouverture. Cette scène, d'ailleurs, annonce immédiatement la couleur. Aussi mal filmée qu'un mauvais porno, elle est d'une grande inutilité p{Photo 3 de A Day Of Violence} our le déroulement de l'intrigue, si ce n'est de nous montrer à quel point Helena Martin n'a pas peur de dévoiler son joli corps à la caméra.

Après cette séquence, le spectateur fait un bond dans le temps, et va suivre la dernière journée du héros - le titre du film étant des plus justifié. Celui-ci vole la mauvaise personne, avant de la tuer et, obligé d'enquêter sur son propre crime, va être rapidement confondus par son dangereux chef, avant d'être un peu torturé et beaucoup poursuivi. A part une séquence émotion juste là pour montrer que Michael n'est pas si mauvais que ça, le métrage est donc une succession de dialogues orduriers, de meurtres, de gunfight et de sévices divers. Dans ce dernier domaine, l'énucléation aux ciseaux est assez dérangeante. Si le gore abonde, que le sang coule à f{Photo 4 de A Day Of Violence} lots, il faut bien admettre que les effets sont très très moyens - mis à part la fameuse énucléation, des plus correcte. Les acteurs, pas très bons, essaient d'être crédibles en criant beaucoup, en jetant des objets et en prenant des poses méchantes, mais ils ne donnent pas très bien le change, guère aidés par une réalisation au mieux plate, au pire, comme précisé au début, digne d'un mauvais porno. Certaines scènes de fusillades font sourire, comme le héros courant en ligne droite, mitraillé par deux malfrats incapables de l'atteindre, ou encore les balles faisant des étincelles en ricochant sur la vitre arrière d'une voiture. Mais le sommet est atteint quand le héros met la main sur un pistolet capable de tirer des rafales. Ce pistolet n'est pas un uzi, mais une arme étrange, sorte de 9mm avec un chargeur devant et un derrière. Le héros se débarrasse du chargeur de devant, et mitraillera à grands coups de rafales tous les mécréants passant à sa portée. Le résultat est hypnotique, d'autant qu'il change très souvent de chargeurs, alors que, n'étant à la base pas armé, il n'a pu récupérer que peu de munitions. A cela s'ajoutent quelques proverbes post-mortem métaphysiques assénés n'importe comment par le héros.

Cependant, au fur et à mesure que le film progresse, on se surprend à s'amuser. Le film étant constant, il créé une atmosphère gentiment n'importe quoi, faite de mauvais dialogues et de sang qui jaillit par litres et l'heure et demi passe à grande vitesse. Certes, le film n'est pas très bon. Mais il est très sympathiquement mauvais, et offre un très agréable plaisir coupable.

Yannik Vanesse
18/02/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Day Of Violence DVD Zone 2 15 €
Vous aimez A Day Of Violence ?
Trailer A Day Of Violence
Tags du film
Polar, violence, Gangster
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Day of Violence - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €