Aux sources du Retour des Damnés : La comtesse sanglante


Aux sources du Retour des Damnés : La comtesse sanglante Affiche

AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le voleur de cadavres
Élisabeth Báthory au cinéma
Jean Parker, reine de la série B
Le Magicien d’Oz le plus célèbre film de Jack Haley
Jack Haley, l’Homme de Fer Blanc
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse

Critique Aux sources du Retour des Damnés : La co
La comtesse sanglante est la source d'inspiration du Retour des Damnés, une série B littéraire unique en son genre qui évoque de façon magistrale et délicieusement bis la légende d'Elisabeth Báthory (1560-1614), série B littéraire éditée par Sin'Art. Nous vous proposons de revenir sur la source d'inspiration de l'auteur Mario Pinzauti.

Tout le monde connaît le livre Dracula de Bram Stoker sorti en 1897 et celui qui l'a inspiré, Vlad III. Ţepeş Drăculea, surnommé « l'Empaleur », qui sévissait au milieu du 15e siècle. Toute aussi sordide est l'histoire d'Elisabeth Báthory qui, à partir de 1585, fit torturer et assassiner des vierges pour se baigner dans leur sang. Dans le livre Guinness des records, elle est considérée comme la femme la plus meurtrière de l'histoire ; plusieurs sources lui attribuent près de 600 victimes.

Elisabeth Báthory est née le 7 août 1560 dans une famille hongroise, noble et riche, dont l'influence était réelle en Europe centrale et orientale du 14e au 17e siècle. Un prétendu lien familial unirait Elisabeth Báthory et Vlad III. Ţepeş Drăculea mais celui-ci n'a pas été prouvé. Jusqu'alors, le Báthory le plus connu était Stephan qui, après son mariage avec la princesse Anna Jagiellonica, devint en 1576 roi de Pologne et prince de Lituanie.

Quant à elle, Elisabeth Báthory épousa en 1575 le capitaine hongrois Franz Nádasdy avec lequel elle eut cinq enfants, dont deux moururent. Franz Nádasdy, son mari, était un excellent guerrier qui fit reculer les Turques. Il connaissait les penchants meurtriers de son épouse mais n'a pas pu s'y opposerbien longtemps puisqu'il mourut au combat le 4 janvier 1604.

Le carnage commença alors et ne prit fin qu'après la disparition de nobles de la région, bien que ses victimes précédentes furent à peine dissimulées, jetées en pâture aux loups.

En 1610, Georg Thurzó demanda à ce que fut réalisée une enquête sur Elisabeth Báthory et, en octobre, 52 témoignages évoquèrent des meurtres atroces.

Lors de l'assaut du château mené par Georg Thurzo le 29 décembre 1610, les soldats déterrèrent une cinquantaine de cadavres.

Thurzo fit alors venir 350 personnes pour témoigner. Des membres de la cour du château furent jugés et exécutés. Tous avouèrent être complices ; à la demande de la comtesse, ils emmenaient des jeunes femmes. Sous la torture, ils décrivirent alors des actes abominables commis dans lechâteau situé sur la colline. La comtesse, quant à elle, évita le procès, probablement pour épargner la honte à la famille, sauver les biens familiaux et ne pas mettre en danger la cohésion de l'élite noble. Selon certaines rumeurs, la comtesse fut alors emmurée dans une pièce et y demeura jusqu'à sa mort le 21 août 1614. Certains pensent au poison, d'autres à la faim.

Des circonstances atténuantes pourraient lui être attribuées eu égard au jeune âge auquel elle a été fiancée (11 ans) et mariée (15 ans). L'inceste, très répandu à l'époque chez les nobles hongrois, est également soupçonné d'être à l'origine du sadisme de la famille, en particulier vers la fin de son règne au 17e siècle. Par ailleurs, l'empathie envers les paysannes était peu développée et les passages à tabac et mutilations sur les serfs monnaie courante.

Le penchant de la comtesse pour les bains de sang de vierges semble cependant être une légende. D'une part, un tel acte semble impossible en raison de la coagulation. D'autre part, les archives du procès n'évoquent aucun bain sanglant.

En 1984, l'historien hongrois László Nagy avança l'idée que la chute de la comtesse était l'issue d'un coup monté par la famille des Habsburg.

NB : Sin'Art se passionne pour les livres avec la collection Hantik Books dédiée à la littérature populaire. Premier titre de la collection, le Retour des Damnés est une série B littéraire qui évoque de façon magistrale et délicieusement bis la légende de la comtesse Báthory. Retrouvez la collection ici :

André Quintaine
15/06/2019
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Horizons
Vous aimez Aux sources du Retour des Damnés : La comtesse sanglante ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €