Avant que ça me reprenne


ORIGINE
France
Avant que ça me reprenne Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
1968
AUTEUR

Morris-Dumoulin G.

AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'Hiver du Magicien
Le Colt et l'Etoile
Le Gros
Les Spectres d'Eiffel
Le Jeu
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Critique Littéraire Avant que ça me reprenne
{Photo 1 de Avant que ça me reprenne} « Le siège de Fort Alamo, c'était quelque chose, tous ceux qui ont vu le film vous le diront.

Mais le siège d'une pépée dure à la détente, c'est pas mal non plus, croyez-moi ! » (P. 9)

Avec Nestor Burma, Peter Warren est assurément l'un des détectives privés les plus sympathiques au monde. Depuis 1952, avec QU'EST-CE QU'ON RISQUE, il a vécu des aventures mouvementées des Presses de la Cité à l'Arganier en passant par le Fleuve Noir. Ses enquêtes l'ont conduit des Etats-Unis (sa patrie même si sa mère est française) à la France où il s'est installé dès le quatrième volume. Il faut dire que sa gouaille et son franc-parler , entre le Peter Cheyney traduit à la Série noire, et les San-Antonio, sont bien français.

C'est Gilles Maurice Dumoulin qui a créé ce privé coolissime sous le pseudonyme transparent de... G.Morris-Dumoulin ! Non content de traduire, entre autres, Mickey Spillane (avec Mike Hammer), Dumoulin est l'un des grands romanciers populaires français, avec des séries variées comme Vic St-Val ou ses nombreuses trilogies de science-fiction pour le Fleuve Noir - notamment appréciées par Roland C. Wagner. Dumoulin est aujourd'hui republié chez French Pulp mais aussi chez L'Arganier de Nicolas Grondin avec des aventures inédites et actuelles de Peter Warren... Encore un héros à la vie dure.

AVANT QUE CA ME REPRENNE voit Peter affronter des briseurs d'œuvre d'art (dont une mystérieuse asiatique) pour les charmes d'une belle intellectuelle qui résiste à toutes ses tentatives de dragueforcenée. Ce dernier point faisant d'ailleurs tout le sel humoristique de ce polar dynamique. Pourquoi des hommes bien armés en veulent-ils à l' « Amour et la Mort », horrible sculpture moderne d'un certain Xénophon Persidès ? Par simple goût du vandalisme ou pour une raison bien plus matérielle ? La troublante attachée culturelle qui l'escorte en sait-elle plus qu'elle ne veut bien le dire ? De toute façon, que ne ferait Peter Warren pour les beaux yeux d'une fille dont il est éperdument mordu ? Peut-être parce qu'elle tombe moins facilement dans les bras de ce séducteur impénitent qu'à l'habitude...

AVANT QUE CA ME REPRENNE est raconté à la première personne (G. Morris adore ça), ce qui nous vaut de savoureuses descriptions des états d'âme de sondétective, un vrai marrant. On pense souvent à San-Antonio - Dumoulin a d'ailleurs coécrit les scénarios des deux amusantes adaptations des sixties, avec Gérard Barray. C'est très drôle mais parfois un peu lassant. Le revers de la médaille. Imaginez un James Bond blagueur qui passerait son temps à se vanter et à s'envoyer des fleurs... Ce style d'écriture, très à la mode à une époque (lire aussi le ZODIAQUE de Gaston Martin) a un peu vieilli - d'où bien évidemment le charme rétro du roman pour ceux qui apprécient !

AVANT QUE CA ME REPRENNE est aussi un vrai roman d'action où les marrons pleuvent comme dans un Eddie Constantine grande époque. Un Constantine qui faillit bien incarner le personnage dans les années 50, comme nous l'apprend l'auteur en personne dans l'une de ses passionnantes postfaces (malicieusement baptisées « postambules »), chez l'Arganier. Il est vrai qu'on pense autant à Lemmy Caution ou à Slim Callaghan qu'à San-Antonio à la lecture des enquêtes de Peter Warren. Dommage qu'on n'ait pas eu droit au film ! Warren aurait été un rôle taillé sur mesure pour Eddie Constantine.

Habillé d'une chouette couverture de Michel Gourdon (qui représente l'une des bagarres du livre), AVANT QUE CA ME REPRENNE est un sympathique Fleuve Noir, bien sexy (ah ! cette actrice peu farouche qui pratique le bronzage intégral devant les invités de son « ami », un malfrat de haut vol copain de Warren). Peter Warren bouge sans cesse pour éviter au lecteur le moindre moment d'ennui. Mission accomplie !

Patryck Ficini
13/09/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Avant que ça me reprenne ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €