Blue Sunshine

Le Rayon Bleu


ORIGINE
USA
Blue Sunshine Affiche

ANNEE
1976
REALISATION

Jeff Lieberman

INTERPRETES
Zalman King
Deborah Winters
Mark Goddard
Robert Walden
Charles Siebert
Critique Blue Sunshine
{Photo 1 de Blue Sunshine} Jeff Lieberman n'a pas fait énormément de films, mais, à chaque fois ou presque, il a réussi à leur donner un cachet de petits films cultes.

BLUE SUNSHINE possède en effet cette caractéristique des minuscules séries Z cultes avec son scénario bizarre, son manque de moyens évident et ses intentions malgré tout généreuses.

Lors de l'interview que Jeff Lieberman a accordée et qui est présente en guise de bonus sur le dvd, il explique qu'il a manqué de moyens pour mettre en images ce qu'il désirait. C'est dommage, car, ce qui fait défaut à BLUE SUNSHINE, c'est assurément un budget conséquent qui aurait alors pu lui donner une toute autre envergure.

Dans BLUE SUNSHINE, nous suivons notre héros qui cherche à comprendre ce qui est arrivé à son ami. Ce dernier a perdu tous ses cheveux et s'est transformé en dangereux individu. Rapidement, d'autres cas semblables apparaissent dans la presse. Des personnes complè{Photo 2 de Blue Sunshine} tement chauves sont prises de folie destructrice et meurtrière. Les résultats de l'enquête de notre héros pointent du doigt un suspect en particulier. Cet homme est un politique qui fait campagne et qui a toutes les chances de devenir un personnage très important.

Le scénario de BLUE SUNSHINE est très intéressant mais aurait mérité à être développé. On aurait souhaité en apprendre plus sur la drogue qui fait perdre les cheveux et rend fou. On aurait aimé voir ces scènes de flash-back sur la jeunesse des différents protagonistes du film. Il reste trop peu de choses à l'écran pour rendre BLUE SUNSHINE véritablement passionnant et effrayant.

Parfois, Jeff Liberman va également un peu trop vite en besogne et certains raccourcis sont vraiment trop gros. BLUE SUNSHINE n'est pas non plus exempt d'incohérences. Par exemple, on a bien du mal à comprendre pourquoi notre héros fuit la police avec tellement de crain{Photo 3 de Blue Sunshine} te. Nous ne sommes pas aussi persuadés que lui que la police va lui mettre sur le dos les meur-tres de son ami chauve.

BLUE SUNSHINE souffre également de son interprétation et en particulier de celle de son acteur principal, Zalman King. On a rarement vu un comédien en faire autant et se ridiculiser à ce point. Rien que pour voir un tel jeu d'acteur, on a envie de conseiller le film. Il est évident que Zalman King plombe complètement toutes les scènes sérieuses dans lesquelles il figure. Avec le budget étriqué, il apparaît comme le grand coupable de l'échec artistique du film, échec à tout de même relativiser.

En effet, BLUE SUNSHINE s'avère malgré tout éminemment sympathique dans le genre trash et Z. L'histoire est suffisamment intéressante pour que l'on se prenne au jeu et les apparitions de ces espèces de zombies chauves restent des moments cultes. La générosité qui se dégage de BLUE SUNSHINE est suff{Photo 4 de Blue Sunshine} isamment importante pour conseiller ce film, d'autant plus que le dvd sorti en Allemagne est excellent.

Outre le fait qu'il nous propose le film dans une qualité d'image et de son tout à fait acceptable, il dispose de bonus passionnants. Nous avons déjà évoqué l'interview de 30 minutes du réalisateur, mais la galette dispose également de la bande originale du film ainsi que d'un court-métrage tout bonnement exceptionnel qui, en réalité, justifie à lui seul l'acquisition du dvd.

En 1971, Jeff Lieberman est embauché pour réaliser un clip afin de dissuader les jeunes de prendre de la drogue. Ce court-métrage s'appelle THE RINGER et s'avère être une véritable bombe !

A cette époque, les producteurs s'adressent à Jeff Lieberman car il est jeune. Pour communiquer avec les ados, il faut un jeune, c'est évident. Ils ne se doutent pas qu'il va en fait contourner le problème de la drogue et mettre à profit son court-métrage pour critiquer vivement et de manière acerbe la société de consommation. Tout en se moquant gentiment de la période baba cool (nous sommes au début de la génération punk), Jeff Lieberman nous explique comment fonctionne cette société de consommation à travers la représentation des multinationales qui manipulent les masses en les faisant adopter telle ou telle mode.

Le message cynique délivré par THE RINGER est on ne peut plus limpide et s'avère être un bel outil pédagogique en direction de vos (futurs) enfants...

La vision de ce court-métrage est d'autant plus intéressante que l'on peut également plus facilement appréhender l'œuvre de Jeff Lieberman. Même s'il n'a jamais réussi à faire de vrais bons films, ces derniers restent fascinants car Jeff Lieberman n'est pas un réalisateur comme les autres. Il avait sans doute des choses à dire, dommage qu'il n'ait pas eu les moyens de les exprimer.

André Quintaine
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°26
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Sandy Blanco
Avant l'Aube
Planet of Dinosaurs
Bad Boy Bubby
Amusement
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Blue Sunshine DVD Zone 2 20.80 €
Blue Sunshine DVD Zone 2 15 €
Blue Sunshine (special Edition) DVD Zone 1 36.62 €
Vous aimez Blue Sunshine ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Blue Sunshine - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20.80€
  • Pochette Blue Sunshine - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
  • Pochette BLUE SUNSHINE (SPECIAL EDITION) - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    36.62€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €