Body Body A Bangkok


ORIGINE
France
Body Body A Bangkok Affiche

ANNEE
1981
REALISATION

Jean-Marie Pallardy

INTERPRETES
Brigitte Lahaie
France Lomay
Jack Gatteau
Jean-Marie Pallardy
Marilyn Jess
Critique Body Body A Bangkok
Un photographe, perturbé par l'amour de sa femme pour les orgies, saute sur une occasion lui permettant de s'envoler pour Bangkok, en mission. Il s'y rend en compagnie de deux de ses modèles, mais fait la rencontre, sur place, d'une charmante masseuse dont il tombe amoureux.

BODY BODY A BANGKOK est le dernier film inclus dans le coffret « Les Inédits interdits de Brigitte Lahaie et Marilyn Jess ». C'est aussi le seul film du coffret où jouent les deux actrices, les autres n'ayant qu'une des deux sublimes actrices parmi le casting (ou aucune des deux en ce qui concerne EMMANUELLE A CANNES). BODY BODY A BANGKOK est, bien entendu, toujours réalisé par Jean-Marie Pallardy, dissimulé derrière le pseudo de Boris Pradley. Cette fois-ci, il prend la place du personnage principal, le fameux photographe, et se met même en scène dans une séquence érotique (mais non-pornographique, Brigitte Lahaie faisant semblant, avec un talent époustouflant, de lui faire une fellation). Il réalise ce métrage la même année que le déstabilisant TROIS FILLES DANS LE VENT.

Le fait est perceptible dans chacun de ses films pornographiques, le côté classé X n'intéresse clairement pas Jean-Marie Pallardy qui, souvent, profite de ses métrages pornographiques pour raconter autre-chose, n'incluant parfois ses séquences de sexe que sans contexte précis, juste pour rester dans le genre dans lequel il est censé filmer. Cela peut donner des films fascinants, inoubliables et emplis de folie à un point rarement vu dans un métrage, comme c'est le cas pour TROIS FILLES DANS LE VENT, clairement son chef d'oeuvre. Cependant, la vision de ce BODY BODY A BANGKOK laisse à penser qu'il a utilisé toute son inventivité quelques mois plus tôt (TROIS FILLES DANS LE VENT sort deux mois avant BODY BODY A BANGKOK), etle film qui nous intéresse ici se déroule sans inventivité ni réel intérêt.

Jean-Marie Pallardy abandonne le milieu du cinéma, dans lequel il avait positionné plusieurs de ses films, se permettant ainsi une critique de son statut de réalisateur porno. Il situe ce nouveau métrage dans le milieu de la photographie (tendance de charme, mais très légère), ce qui lui permet d'une part d'avoir face à lui quelques superbes jeunes femmes (dont l'inoubliable Brigitte Lahaie), mais aussi de montrer des monuments et paysages (d'abord Paris, puis la Thaïlande). Cela rallonge la durée du film, qui déroule nombre de stock shot paysagistes. Cependant, le réalisateur paraît beaucoup moins inspiré par le milieu de la photo et il adjoint une intrigue d'espionnage, qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Ainsi, après que son patron se soit insurgé de la qualité de ses photos parisiennes, il l'envoie en Thaïlande, et nous découvrons sur place qu'il ne s'agit que d'une couverture, et qu'il est à la recherche de deux espions disparus. Cependant, Jean-Marie Pallardy tout comme son spectateur, se désintéresse rapidement de cette histoire, alors que le réalisateur s'en va filmer les décors de Bangkok, que son personnage tombe amoureux d'une Thaïlandaise, et caresse de temps en temps Brigitte Lahaie. L'intrigue sera rapidement résolue en voix off, alors que le mot « fin » apparaît, mais il est visible que cet ajout d'espionnage n'intéresse personne.

Bien entendu, BODY BODY A BANGKOK reste un film pornographique, et s'adjoint donc de son quota de séquences hard, mais là encore, Jean-Marie Pallardy fait le strict minimum. Il déroule quelques scènes, alors que même les hommes bandent mous, à Bangkok, entrecoupant régulièrement ces moments de séquences au comique un peu lourd (comme le protagoniste qui a eu les yeux plus gros que le ventre en louant un grand nombre de femmes, ou l'américain saoul et caricatural) ou de paysages filmés. Reste une délicieuse scène de saphisme avec Brigitte Lahaie, et deux séquences d'orgies, rappelant furieusement les instants du même genre dans TROIS FILLES DANS LE VENT, mais qui se révèlent plutôt bonnes (et très pornographique, pour le plus grand plaisir des yeux et des sens).

Ainsi, BODY BODY A BANGKOK déçoit quelque peu, par son manque d'inventivité et son côté plat. De plus, il s'agit du film le plus exigeant en terme de jeu d'acteur et d'actrice, et les personnages se révèlent assez caricaturaux et à côté de la plaque, sans parler des Thaïlandais, où la caricature est repoussée dans ses retranchements. Le métrage se laisse regarder, cependant, mais, contrairement à TROIS FILLES DANS LE VENT, il ne restera pas dans les mémoires.

Yannik Vanesse
15/10/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Actu Dvd
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Body Body A Bangkok ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €