Bridgend


ORIGINE
Danois, Anglais,
Bridgend Affiche

ANNEE
2015
REALISATION

Jeppe Rønde

INTERPRETES
Hannah Murray
Steven Waddington
Adrian Rawlins
Critique Bridgend
{Photo 1 de Bridgend} Sara et son père, officier de police, emménagent dans une petite ville du comté de Bridgend où Sara a vu le jour. Ce retour est motivé essentiellement par le travail de son père. En effet, une série de suicides frappant les adolescents du comté inquiète fortement les autorités, qui décident de mettre en place une grande enquête afin de savoir si ces suicides sont organisés ou non.

Pendant que son père travaille, Sara se mêle à la jeunesse endeuillée par le récent suicide de l'un des leurs. Participant à leurs rituels étranges, leurs cris de guerre lancés dans la nuit noire, leurs feux de joie, leur manière de tester la mort pour la narguer, leur rassemblement autour du lac où ils se baignent tous nus les uns contre les autres. C'est{Photo 2 de Bridgend} par son œil, curieux, émerveillé mais un peu inquiet que l'on découvre les rites un peu barbares de cette jeunesse en lutte contre un âge adulte morose, des parents qui ne les écoutent pas, ne les considèrent pas, et une société où ils ne trouvent pas leur place.

En 2007, une vague de suicides frappe le comté de Bridgend. Pour des raisons encore inconnues, 79 jeunes entre 13 et 17 ans se sont donnés la mort entre 2007 et 2012. Le phénomène continue de se produire dans cette région. Jeppe Rønde, le réalisateur de Bridgend, est un documentaliste et il s'est installé dans la région afin d'étudier le phénomène de près. En se liant à la jeunesse locale, il décide de mettre en scène leur vie, leurs réactions face à la perte de leurs a{Photo 3 de Bridgend} mis. Le réalisateur danois va jusqu'à placer certains de ces jeunes devant la caméra.

Le film retranscrit l'esprit d'une jeunesse errante, perdue, sans but, sans fonction. Une jeunesse qui se heurte à la froideur du monde adulte. Dans leurs rituels, on retrouve un esprit de communauté presque sauvage. Ces adolescents s'inventent des règles, des traditions, une mythologie, avec ce site internet où ils racontent comment c'est là-bas, le monde des morts, et ce qu'y font leurs amis décédés. Cet esprit morbide qui traverse le film évoque d'ailleurs l'esprit qu'on retrouvait dans JAMIE MARK IS DEAD (en compétition en 2015 à Gérardmer).

La mise en scène quant à elle, très scandinave, se veut immersive, plus sensorielle que rationnelle, e{Photo 4 de Bridgend} xplorant les sentiments des individus plus que la situation factuelle. Avec une mise en scène intime, on nous montre le point de vue d'une jeune femme débarquant dans cette atmosphère étrange. Côté ambiance du film, on ne peut s'empêcher de penser à TWIN PEAKS que l'on retrouve dans l'aspect sectaire des jeunes face aux adultes froids et incompréhensifs, le côté secret aussi que développent les adolescents, ces rituels qui ont quelque chose de païen, et la mort qui frappe, presque de manière absurde, comme si seule la magie pouvait tout expliquer à la fin.

BRIDGEND a un petit côté mystique et morbide qui donne une atmosphère particulière à ce récit, mais parfaite vu le sujet. En choisissant de se baser sur un fait divers, une histoire vraie, le réalisateur a donné un aspect réaliste mais aussi onirique (un onirisme macabre, entendons-nous) qui sert de fil rouge. Néanmoins la force du récit est d'offrir au milieu de cette atmosphère un personnage féminin fort et une romance loin des clichés qu'on retrouve souvent dans les films indépendants dont il reprend parfois les codes pour clairement s'en éloigner.

BRIDGEND est donc un métrage touchant et intime, mais sans se borner à être un film d'auteur cryptique ou trop prosaïque. Il y a une sorte de magie dans l'air, une magie sombre et obscure, pas forcément malveillante mais pas bienveillante non plus. Quelque chose de sauvage, comme un retour aux sources qui va de pair avec l'atmosphère païenne qui règne sur le film.

Sophie Schweitzer
17/01/2016
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Sophie Schweitzer
SES DERNIERS ARTICLES
Hormona
The Forgotten
Sunset Edge
Les courts métrages hors compétition
Les courts métrages de fiction en compétition

Vous aimez Bridgend ?
Trailer Bridgend
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €