Cabin Fever


ORIGINE
USA
Cabin Fever Affiche

ANNEE
2002
REALISATION

Eli Roth

INTERPRETES
Rider Strong
Jordan Ladd
Joey Kern
Cerina Vincent
James Debello
Arie Verveen
Critique Cabin Fever
{Photo 1 de Cabin Fever} Après un générique qui nous laisse penser que nous allons nous retrouver face à un nouvel ersatz de MASSACRE A LA TRONCONNEUSE, nos espoirs (ou nos craintes, ça dépend) sont renforcées lorsque nous voyons 5 jeunes arriver dans un trou perdu. Ils font un arrêt à une épicerie où les autochtones, bien sûr, n'ont pas l'air très nets. Ils arrivent finalement à leur cabane délabrée et, rapidement, le film dévie vers un tout autre genre. Dans CABIN FEVER, Il n'y est pas, ou peu, question d'attardés mentaux vivant comme des animaux dans la forêt qui attaqueraient des jeunes gens biens sous tout rapport et venant de la ville. En réalité, le sujet rappelle pas mal de films des années 70 dans son principe écologiste. L'eau est polluée et elle contamine nos jeunes héros un par un.

Eli Roth a t{Photo 2 de Cabin Fever} ravaillé pour Troma et cela se voit. Il n'est pas né de la dernière pluie et sait de quoi il parle. CABIN FEVER est en effet truffé de petites références à divers classiques du film d'horreur. Mais, là où un HOUSE OF THOUSAND CORPSES étalait pompeusement sa culture pour finalement ne faire que du plagiat, CABIN FEVER, lui, préfère fondre ses influences dans son histoire. CABIN FEVER ne sombre en effet jamais dans le "m'as-tu vu" bête et méchant. Ici, l'histoire reste bel et bien l'intérêt principal du film.

Certes, le scénario de CABIN FEVER est loin d'être original. Encore que, quelque part, il mélange plutôt bien le genre horreur écologique avec une petite pincée de slasher. Mais tout cela est quand même loin d'être tout neuf.

Les qualités de CABIN FEVER sont à trouver ailleurs.{Photo 3 de Cabin Fever} Le film possède tout d'abord un rythme certain. Passé une première demi-heure qui sombre parfois dans le ridicule à cause de dialogues malheureux, le film se suit ensuite agréablement. Le virus fait des ravages et le réalisateur n'hésite pas à nous livrer quelques plans bien crasseux. Dans le domaine du gore CABIN FEVER n'est en effet pas très frileux. Le film ne fait pas non plus dans le hardgore, mais on y trouve quand même quelques plans à se mettre sous la dent. Les personnages sont également plutôt sympathiques. Comme d'habitude, c'est encore le gros de la bande qui est le plus débile. Mais cette fois, il faut bien avouer qu'on pulvérise des records lorsqu'on écoute ses blagues à deux francs, généralement en-dessous de la ceinture. Ce personnage détonne réellement car on a raremen{Photo 4 de Cabin Fever} t entendu des propos aussi bétifiants.

On comprend vite qu'Eli Roth aime se jouer des clichés que l'on trouve dans ce genre de films. Il les détourne souvent d'une manière assez inattendue. Les autochtones ne sont, par exemple, pas aussi bêtes que ce qu'on a l'habitude de voir. La dernière scène du film le montre d'ailleurs assez bien avec un pied de nez plutôt rigolo. Un bon exemple de l'extravagance avec laquelle Eli Roth détourne les clichés est la première scène de copulation d'un des couples de jeunes. Naturellement, à peine arrivé dans la cabane, l'un de ces couples décide de passer à l'acte. On se dit alors que, quelque part, c'est l'une des prérogatives du genre et qu'il faut bien en passer par là. On espère que cela va vite se terminer. On suit donc leur débat amoureux et soudain, la fille retourne

le garçon et lui met un doigt (devinez où). On se demande un peu où est-ce qu'on est et si c'était vraiment nécessaire de nous infliger ça. Par la suite, on comprend que le film essaye très souvent de nous surprendre. Quelque fois, c'est par des effets graves, d'autre fois, comme ici, par des effets dignes d'un film Troma.

Eli Roth qui a fait un passage chez Troma justement, signe un CABIN FEVER qui s'avère être une très bonne série B. Le fait qu'il frise souvent la série Z dans le bon sens du terme lui ajoute une touche qualitative non négligeable. Beaucoup seront irrités par ce produit mais les autres s'y amuseront beaucoup. Souvent drôle, mais pas rigolard, CABIN FEVER est un produit honnête sans aucune prétention et qui atteint parfaitement ses objectifs.

André Quintaine
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°16
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Sandy Blanco
Avant l'Aube
Planet of Dinosaurs
Bad Boy Bubby
Amusement
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Cabin Fever BLURAY Zone 1 22.75 €
Cabin Fever - Directors Cut BLURAY Zone B 23.50 €
Cabin Fever - Fièvre Noir Edition Prestige DVD Zone 2 19.50 €
Cabin Fever - Fièvre Noire BLURAY Zone B 20 €
Vous aimez Cabin Fever ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Cabin Fever - BLURAY  Zone 1
    BLURAY Zone 1
    22.75€

  • BLURAY Zone B
    23.50€
  • Pochette Cabin Fever - Fièvre Noir Edition Prestige - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    19.50€
  • Pochette Cabin Fever - Fièvre noire - BLURAY  Zone B
    BLURAY Zone B
    20€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €