Cellules


ORIGINE
France
Cellules Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2012
AUTEUR

Sorre Jérôme

AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
"Kustland", l'Invisible Menace
Les Yeux Bleus de la Mort
Atout coeur à Tokyo
La Cité Hors du Temps
L'Ile du Diable
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Critique Littéraire Cellules
Jérôme Sorre est le co-créateur du célèbre CLUB DIOGENE, avec Stéphane Mouret, une série fantastique pleine d'humour initialement parue à la Clef d'Argent et que l'on retrouve aujourd'hui aux éditions Malpertuis pour deux volumes.

CELLULES est son premier recueil de nouvelles hors de cette série.

Dix nouvelles remplissent ces 190 pages. Dix nouvelles très bien écrites (cela ne surprendra pas les habitués de l'éditeur).

LE MONSTRE conte la rencontre d'un enfant diabolique, le monstre humain du titre, et d'un vampire qui n'aspire qu'à la tranquillité. Le pire des deux n'est pas celui que l'on pense... Très original.

LES HEURES MORTES l'est moins, même si très bien faite. La séduction d'un mortel par un vampire n'est pas nouvelle ; le fait qu'il s'agisse ici d'une relation homosexuelle ne change rien à la chose.

En revanche, L'HOMME FAIBLE est géniale. Elle part du phantasme de nombreux hommes : pouvoir faire l'amour avec n'importe quelle femme dès lors qu'on la désire. C'est le curieux pouvoir d'un homme bientôt victime de ses pulsions ; un pouvoir qui peut s'appliquer aussi bien aux femmes de chair qu'aux stars photographiées ou aux modèles peintes sur des toiles. On aurait pu lire ce texte dans des anthologies aussi sympathiques que les HISTOIRES DE SEXE ETDE SANG, chez J'ai Lu. C'est une oeuvre forte qui parle du désir, du phantasme, de la lassitude et de la tentation.

« Leo se dépêche de jouir dans la bouche pulpeuse. Dire qu'il a choisi cette fille pour ses lèvres... Il se retire (...) puis chiffonne l'image qu'il a volée. Il la déchire, la transforme en une grosse boule colorée qu'il jette dans un coin. La fille redevient ce qu'elle était avant de croiser son appétit : du simple papier. » (P. 103)

ANONYMES fait carrément très peur. Un homme en pleine nuit : il a oublié de fermer la porte à clé. Manque de chance : des inconnus pénètrent dans l'immeuble au même moment. Ils rentrentchez les voisins. Rien ne semble pouvoir les arrêter.

ANONYMES est un très bon récit d'horreur moderne.

« Il y eut des bruits de lutte, iles entendirent nettement des meubles se renverser, des corps s'entrechoquer. Mais il n'y eut aucun cri, aucun gémissement. » (P. 139)

LA NUIT DES MURAILLES traite de la xénophobie et du repli sur soi. En un temps pas si lointain, l'étranger, l'inconnu, commençait au village voisin. Il n'y a qu'à revoir des westerns pour s'en assurer. Et si cela recommençait... Pas impossible à notre époque ! Très fort, habile, effrayant à sa façon, le type de texte qui respire l'intelligence et qui peut donner à réfléchir.

L'EVEIL conclut le recueil : c'est un superbe texte d'horreur végétale (relire ses BOUDOIRS DES GORGONES pour en savoir plus sur cette fascinante thématique, plus toute jeune), qui file vraiment les jetons.

« Ils se préparaient à l'accueillir. C'était une armée, longtemps endormie, une armée contre laquelle tous les autres avaient péri.

Joshua était peut-être le dernier homme » (P.189)

Une légende !

Si les autres nouvelles sont moins fortes à nos yeux, CELLULES n'en est pas moins un très bon recueil fantastique, qui évoque une fois de plus les grandes heures de Marabout. Il aurait pu avoir un prix Jean Ray, assurément !

Patryck Ficini
02/09/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Cellules ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €