Chacal

The Day of the Jackal


ORIGINE
Grande-Bretagne, France
Chacal Affiche

ANNEE
1973
REALISATION

Fred Zinnemann

INTERPRETES
Edward Fox
Michel Auclair
Derek Jacobi
Delphine Seyrig
Jean Sorel
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Gungala vierge de la jungle
Un dollar entre les dents
Les loups de haute mer
Un hold-up extraordinaire
Guinea pig – devil’s experiment
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer

Critique Chacal
{Photo 1 de Chacal} Fred Zinnemann (LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS) adapte en 1973 un best-seller de Frederick Forsyth (LES CHIENS DE GUERRE) au sujet d'une tentative d'assassinat envers de Gaule. Tueur à gages extrêmement cher mais à la réputation impressionnante (il aurait tué Trujillo en 1961), le mystérieux « Chacal » demande 500 000 dollars pour abattre le président français. A ses commanditaires qui s'étonnent d'une somme aussi élevée (nous sommes en 1963), le Chacal réplique « ce n'est pas si cher pour que je vous donne la France ».

Proposé dans sa version intégrale (2h2{Photo 2 de Chacal} 2), le film reconstitue minutieusement la trajectoire du Chacal, lequel se prépare longuement à sa mission : déguisement, jeu de fausses identités, fusil démontable équipé de balles explosives, papiers trafiqués, etc. Sa trajectoire implique l'aide de différents individus qui, pour la plupart, ne profiterons guère de leur argent. Le Chacal tient, en effet, à son identité secrète.

Finalement, l'assassin est prêt à entrer en France pour accomplir son job mais le gouvernement français suspecte l'OAS de vouloir supprimer le Général. Ce-dernier refuse toutefois{Photo 3 de Chacal} de modifier le planning de ses apparitions publiques. Les forces de polices doivent donc coopérer afin d'identifier le tueur à gages et réussir à l'intercepter. Le long-métrage adopte, à ce moment, une construction méticuleuse, quasi documentaire, qui suit le travail quotidien des flics dans leur recherche du moindre élément probant, du moindre indice permettant de stopper le criminel joué par un excellent Edward Fox (L'OURAGAN VIENT DE NAVARONNE, JAMAIS PLUS JAMAIS). Il campe un tueur déterminé mais charmant qui n'hésite pourtant jamais, sous ses allures d{Photo 4 de Chacal} e gentleman anglais distingué, à abattre toute personne pouvant s'interposer entre lui et sa cible. La course contre la montre s'engage sans que le rythme du film ne se modifie fondamentalement, le cinéaste demeurant soucieux du détail pour suivre le jeu du chat et de la souris entre le Chacal et les forces de l'ordre.

Au niveau de l'interprétation, le long-métrage convoque quelques pointures comme Michel Auclair (LES MARIES DE L'AN 2, LE COUP DE SIROCCO) dans le rôle du chef du service action français, Jean Sorel le familier du giallo (LE VENIN DE LA PEUR, PERVERSION STORY), Delphine Seyrig (LES LEVRES ROUGES), Michael Londsale (LA MARIEE ETAIT EN NOIR), Jacques François (LES TROIS MOUSQUETAIRES) ou Derek Jacobi (GLADIATOR, la série télévisée « Vicious »), etc.

En dépit de quelques longueurs (le film aurait sans doute gagné à se voir ramené à une durée de deux heures), CHACAL s'impose comme un thriller efficace, entre policier procédural, suspense et politique-fiction. Un bon exemple de cinéma des années '70 à la fois grand public et exigeant, distrayant et intelligent, qui permet de passer une bonne soirée.

Frédéric Pizzoferrato
24/04/2019
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
Vous aimez Chacal ?
Trailer Chacal
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €