Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran


Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran Affiche

AUTEUR DE L'ARTICLE: Patrick Lang
SES DERNIERS ARTICLES
The Ferryman
Fantastic'Arts 2008
Big Bad Wolf
Zombie Self-Defense Force
Vengeance diabolique

Critique Chasse Gardée - Entretien avec Louis Sou
{Photo 1 de Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran} Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Je m'appelle Louis Soubeyran, et je suis un réalisateur autodidacte. J'ai fait des études d'histoire de l'art tout en me "faisant la main" sur des autoproductions tournées en vidéo depuis une quinzaine d'années, et sur lesquelles j'ai cumulé beaucoup de postes différents en plus de la réalisation (scénario, découpage, cadrage, éclairage, montage, mixage).

Est-ce que Chasse Gardée est votre premier film? Vous avez bouclé le tournage en combien de temps?

J'ai tourné une dizaine de courts avant Chasse Gardée, et aussi quelques clips et vidéos musicaux expérimentaux. Le tournage s'est étalé sur 2 ans et demi environ, principalement parce que nous avons tous un "vrai travail" à côté et que nous ne pouvions nous retrouver que sur des week-ends ou des vacances.

Quelles ont été vos influences pour ce film, et pourquoi?

Evidemment les films de zombies de Georges Romero, ce serait difficile de le nier ! J'ai été marqué très tôt par l'ironie noire de son univers post apocalyptique. Et puis également Braindead de Peter Jackson et Evil Dead 2 de Sam Raimi pour les moments un peu plus barrés du film, pendant lesquels la caméra est beaucoup plus mobile.

Que pensez-vous de 28 Jours Plus Tard et 28 Semaines Plus Tard, films auxquels Chasse Gardée ressemble parfois?

J'ai un peu honte, mais je n'ai pas encore vu 28 Semaines Plus Tard, même si ce n'est pas l'{Photo 2 de Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran} envie qui m'en manque!

Pour les ressemblances avec 28 Jours Plus Tard, qui est un film que j'aime vraiment beaucoup, je ne peux pas les nier non plus mais honnêtement, c'est une influence qui a été plus "souterraine" que celle de Romero.

J'avais vu 28 Jours Plus Tard au cinéma quand il est sorti, et j'ai écrit Chasse Gardée pas mal de temps après. Je n'ai revu 28 Jours... que récemment et j'ai effectivement constaté qu'on retrouve certains cadrages montrant le héros dans la ville déserte dans Chasse Gardée... et qu'en plus la musique est assez similaire! Pour les ressemblances de cadrage, mea culpa, je pense que mon inconscient est allé repêcher des images stockées dans mon disque dur sans que je fasse consciemment le lien! Et pour la ressemblance de la musique, il faudrait demander aux membres du groupe grenoblois "Rien" quelles sont leurs influences!

Tout ce que je peux dire, c'est que quand on fait un film de zombies, il y a forcément une jubilation à citer certains films qu'on aime. J'ai par exemple repris tout à fait consciemment un plan de Dawn of the Dead, dans lequel une zombie infirmière se tourne lentement vers la caméra. Et pour d'autres emprunts, c'est intéressant aussi de constater qu'on les fait presque malgré soi, comme si tout ce qu'on a aimé et digéré dans d'autres films ne pouvait faire autrement que de s'imposer dans ce qu'on fait...

Une autre influence qui m'a marqué en revoyant le film, c'est l'enragé que{Photo 3 de Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran} les militaires ont attaché à une chaîne dans une arrière-cour. La Femme Zombie de Chasse Gardée est elle aussi enchaînée dans une cave... mais ce détail était déjà présent dans la BD que j'ai adaptée pour écrire le scénario, et qui a été publiée plusieurs années avant la sortie de 28 Jours Plus Tard! Peut être que Danny Boyle et Alex Garland avaient eux aussi lu cette BD !

Où avez-vous déniché votre équipe pour ce film (acteurs, figurants et équipe technique) ?

Les acteurs sont des amis, ou des amis d'amis. La plupart avaient une expérience dans le théâtre amateur, ou pas d'expérience du tout. La Femme Zombie c'est tout simplement ma femme, qui partage avec moi une grande passion pour les films de zombies! (On s'est beaucoup repassé les scènes de Bub dans Day of the Dead pour préparer ses scènes!)

Pour les figurants zombies, on a ratissé large en distribuant des tracts et en passant des annonces sur des radios locales ou lors de nuits de projections de courts métrages organisées à Grenoble. Heureusement, les fans de Georges Romero sont légion et on a pu bénéficier d'un vrai bouche à oreille local.

L'équipe technique était constituée de membres de l'Association ENAC (Espace Nouveau pour les Arts et la Culture) qui a soutenu le projet dès le départ et qui m'a aidé plus particulièrement sur l'organisation logistique du tournage, la gestion des dépenses, etc.

Parlez-nous des différents endroits où a été tourné Chass{Photo 4 de Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran} e Gardée.

Le film a été tourné principalement sur Grenoble, dans des friches industrielles et autres zones "désaffectées" qui pouvaient faire illusion pour recréer un univers post apocalyptique. Etant grenoblois, j'avais déjà repéré certains coins depuis longtemps en me disant que tel bout de rue ou telle impasse seraient parfaits pour tourner un film "post nuke" !

Pour les scènes "de campagne", elles ont été tournées entre la Drôme et l'Ardèche, à proximité de maisons d'amis ou de la famille de certains membres de l'équipe. Les scènes de cave, par exemple, ont été tournées dans la maison des parents de Marion, la maquilleuse, et le site nous a permis également de tourner d'autres plans en extérieur juste à côté de la maison. Le plan de travail a été organisé pour optimiser le plus possible les déplacements sur tel ou tel site assez éloigné de Grenoble.

Comment s'est passé le financement du film et combien a-t-il coûté?

Le film a été financé grâce à des interventions sur le cinéma que j'ai menées dans des collèges et lycées de la région grenobloise. Ces interventions ont permis de constituer une cagnotte au sein de l'Association ENAC, qui a servi à acheter du matériel de prise de vue et à gérer les différents frais liés au tournage.

Au total, les dépenses se sont élevées à 1300 euros environ, ce qui est assez peu pour un film qui au final dure 40 minutes et compte environ 600 plans. Mais cela n'a été possible que parce que tous les participants du film sont des bénévoles!

Est-il difficile de monter un projet de court-métrage en France, et plus particulièrement un film de genre?

Le film ayant été autoproduit en dehors du circuit dit traditionnel, je pense qu'il y a un tas de désillusions et de fins de non-recevoir qu'on a évitées! En faisant le film de manière artisanale et à une échelle modeste, on savait que rien ni personne ne pourrait nous empêcher de le terminer. Effectivement, on le constate toujours quand on évoque un projet comme un "film de zombies", les gens continuent à vous regarder comme si vous étiez un sale gosse qui se cure le nez devant tout le monde, et on finit toujours par vous demander si après vous n'avez pas un "vrai projet sérieux" en tête...

Disons que l'étiquette "film de genre" peut être un handicap en ce qui concerne les structures "sérieuses" qui peuvent délivrer des subventions, mais c'est contrebalancé par l'enthousiasme que ça génère chez les figurants et bénévoles qui étaient vraiment heureux de participer à un film de zombies français.

On a quand même obtenu 1000 euros de subvention du Conseil Général de l'Isère, ce qui est déjà bien, mais c'est vrai qu'on a plus insisté sur le côté "projet associatif" que sur l'aspect "film de zombies" dans le dossier qu'on leur a fait parvenir.

Cliquez ici pour lire la suite

Patrick Lang
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Indie Eye
Vous aimez Chasse Gardée - Entretien avec Louis Soubeyran ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €