Cheap Thrills


ORIGINE
USA
Cheap Thrills Affiche

ANNEE
2013
REALISATION

E.L. Katz

INTERPRETES
David Chirchirillo
Trent Haaga
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Critique Cheap Thrills
{Photo 1 de Cheap Thrills} C'est l'histoire d'un homme simple, qui a une femme et un bébé. Un matin, il part au travail, comme tous les jours. Alors qu'il officie sur une des voitures du garage dans lequel il est employé, son patron le convoque et le licencie avec tristesse, la crise ne lui permettant plus de le payer. Alors que notre héros va noyer son désespoir dans un peu d'alcool, il croise un ancien ami d'école, et tous deux renouent autour de quelques verres supplémentaires. Ils sont alors approchés par un étrange couple. La femme est jeune, d'une beauté bouleversante, et l'homme semble tellement riche qu'il dépense sans compter, leur proposant des défis de plus en plus dangereux,{Photo 2 de Cheap Thrills} en échange d'argent.

E. L. Katz est un scénariste habitué aux films d'horreur. Il réalise ici son premier long-métrage (et s'attaque ensuite à un des segments de THE ABC OF DEATH 2), mais ne le scénarise pas. Si CHEAP THRILLS n'est pas un film d'horreur à proprement parler, il est nanti d'une méchanceté et d'une violence prouvant la filiation avec le gore, et se révèle être le moment le plus sanglant de cette huitième édition du Festival International du Film Policier de Liège. En effet, au sein d'une programmation plutôt sage en terme de violence, CHEAP THRILLS détonne par sa sauvagerie.

Au niveau de l'histoire, le métrage ne surprend pas et enfonce pl{Photo 3 de Cheap Thrills} usieurs portes ouvertes. En effet, nous assistons ici à une parabole sur le pouvoir de l'argent, et sur ce dont sont capables les gens pour avoir quelques billets. Il suffit de regarder une télé-réalité, ou un épisode de jeux télévisé type le Bigdil, pour savoir que l'homme perd toute dignité pour un peu d'argent et, dans ce contexte, CHEAP THRILLS ne détonne pas. De même, en prenant comme protagonistes principaux un homme effacé, faible, et une ancienne petite frappe, le réalisateur explore la confrontation entre ces deux personnalités, pour nous montrer lequel des deux sera capable d'aller le plus loin. Là encore, le spectateur s'attend à la conclusion choisi{Photo 4 de Cheap Thrills} e par E. L. Katz.

Cependant, CHEAP THRILLS marque et réussit à conquérir son spectateur par son escalade de violence, son côté sanglant et sa méchanceté jusqu'auboutiste. En effet, au fil de la progression de cette nuit inoubliable, chaque séquence ira un peu plus loin dans l'horreur, le scabreux, le sang. E. L. Katz est généreux, et présente le spectateur comme un voyeur qui assiste à cet étalage de débauche pour gagner de l'argent. Ainsi, la filiation avec ces jeux télévisé ou ces télé-réalités se fait encore plus ressentir, nous mettant face à nos démons.

Si le message est un peu grossier, et si nous ressentons difficilement ce côté voyeurisme, les effets sanglants sont extrêmement réalistes, et CHEAP THRILLS se dévoile comme un joli uppercut, un plaisir un peu régressif mais osant aller jusqu'au bout de son propos, et allant très loin dans la violence. Le réalisateur y ajoute un peu de sensualité, et offre ainsi une petite pépite de violence, surprenante et marquante au sein de la programmation du Festival International du Film Policier de Liège.

Détonnant dans une programmation plus calme, il ne pouvait que provoquer l'engouement parmi les amateurs d'horreur, de sang et de méchanceté. Les acteurs, tous très bons, rendent les personnages crédibles, et ne font qu'accroître la sauvagerie psychologique du film.

Yannik Vanesse
23/05/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Cheap Thrills ?
Trailer Cheap Thrills
Tags du film
Polar, sanglant, drame
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €