Chocolat

Chocolate


ORIGINE
USA
Chocolat Affiche

ANNEE
2005
REALISATION

Mick Garris

INTERPRETES
Henry Thomas
Lucie Laurier
Matt Frewer
AUTEUR DE L'ARTICLE: Chrystelle Cavaglia
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Samouraï du Crépuscule
Truck
Prison On Fire 2
Mudori
Shaolin Vs Wu-Tang
Créatures Célestes
Edouard Aux Mains D’argent
Le Labyrinthe De Pan
Totoro
Wolf Creek

Critique Chocolat
{Photo 1 de Chocolat} C'est Mick Garris, le créateur et producteur même de la série Master of Horror qui réalise ce cinquième volet CHOCOLATE. Auteur de nombreuses séries télé du même genre (il écrit une histoire pour la série AMAZING STORIES de Steven Spielberg en 1985), il travaille également pour le cinéma en adaptant à l'écran plusieurs romans de Stephen King, auxquels il fait quelques clins d'oeil dans cet épisode.

L'histoire commence par un interrogatoire. Un homme, Jamie (Henry Thomas), raconte à la police comment il a tué celle qu'il aimait comme jamais un homme n'avait aimé aucune femme. Notre homme, d'une quarantaine d'années, t{Photo 2 de Chocolat} ravaille dans le laboratoire d'une société qui fabrique des arômes artificiels pour des produits alimentaires. Il vient tout juste de divorcer et se retrouve bien seul dans son grand appartement vide sans sa femme ni son fils. Comme il n'a pas le moral, son collègue et ami Wally (Matt Frewer) essaie de le sortir un peu pour lui changer les idées. Un matin, après une longue nuit de sommeil, Jamie se réveille avec un goût de chocolat dans la bouche. Cela lui semble vraiment très étrange car il n'en a pas mangé depuis longtemps. Puis quelques jours plus tard, il commence à avoir des hallucinations bizarres...

Le scénari{Photo 3 de Chocolat} o aborde le thème, relativement récurrent aux histoires à caractère fantastique, du lien psychique entre deux personnes mais de manière innovante par le biais d'hallucinations. D'abord gustatives, quand Jamie se réveille en sentant un goût de chocolat dans sa bouche, ces hallucinations deviennent sonores. En plein milieu d'un concert de rock, notre héros se met à entendre de la musique classique, puis à ne plus rien entendre du tout. Enfin, ses délires se font visuels mais surtout sensoriels puisque Jamie arrive à ressentir les sensations d'une autre personne à travers son corps. Ce qui nous donne deux scènes quelquepeu érotiques qui suggèrent le ton de ce cinquième opus. Dans une atmosphère des plus singulières où tout semble étrange, ces séquences sensuelles incongrues participent à l'ambiance déjà inquiétante et tendue qui règne du début à la fin. On a même droit à un effet « gore », à un moment, lorsqu'un des protagonistes se fait poignarder.

La mise en scène, par contre, s'avère classique puisque toute l'histoire, le récit du témoignage du héros, n'est qu'un gros flash-back de sa vie avant qu'il ne tue son aimée, entrecoupé d'un ou deux retours à la réalité très courts. Le rythme semble irrégulier dans le sens où la première partie, lorsque Jamie découvre et comprend ce qui lui arrive, est peut-être plus dynamique que la seconde, quand il se lance à la recherche de l'élue de ses visions. Les personnages sont plutôt convaincants et attachants même si les acteurs ne se donnent pas à fond.

CHOCOLATE relate donc une histoire extraordinaire des plus intrigantes et légèrement coquine où l'ambiance insolite nous tient en haleine tout du long. Le réalisateur va jusqu'au bout de ses idées dans un twist final inattendu.

Retrouvez notre interview de Mick Garris.

Chrystelle Cavaglia
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°31
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Review

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Masters Of Horror : Chocolat (edition Collector) DVD Zone 2 15 €
Vous aimez Chocolat ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Masters of Horror : Chocolat (Edition Collector) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €