Chubby Funny


ORIGINE
Royaume-Unis
Chubby Funny Affiche

ANNEE
2016
REALISATION

Harry Michell

INTERPRETES
Harry Michell
Augustus Prew
AUTEUR DE L'ARTICLE: Sophie Schweitzer
SES DERNIERS ARTICLES
Nechtaànomicon, tome 1
Anthologie Sombres Félins
Le serpent aux mille coupures
Département V : Miséricorde
Nocturama

Critique Chubby Funny
{Photo 1 de Chubby Funny} Oscar débarque à Londres dans l'optique de lancer sa carrière d'acteur. Il s'installe en collocation avec son ami, Charlie. Mais il s'avère que celui-ci a la gueule d'un jeune premier et l'acharnement suffisant pour décrocher un premier rôle au théâtre tandis qu'Oscar s'encroûte dans des rôles de publicités. Rapidement il réalise que son physique de petit gros marrant est bien loin de l'image qu'il a de lui-même. Entre sa jalousie vis à vis de Charlie, son amitié compliquée avec Sophie, ses envies, ses ambitions, et l'implacable hasard de la vie, Oscar va devoir revoir s{Photo 2 de Chubby Funny} es ambitions à la baisse.

Harry Michell est à la fois l'acteur du rôle principal, et à la fois le réalisateur de CHUBBY FUNNY. Ceci est son premier long métrage après un court nommé GUINEA PIG où il tenait le rôle principal. Acteur avant d'avoir été réalisateur, il est fort possible que le jeune cinéaste se soit inspiré de sa propre expérience pour alimenter son film. Et c'est sans nul doute pour cela qu'il paraît aussi réaliste.

En effet CHUBBY FUNNY est une comédie dramatique qui démontre un certain sens des détails. C'est toujours dans ces derniers qu'on reconn{Photo 3 de Chubby Funny} aît la patte d'un réalisateur talentueux. Du moins, d'un certain type de réalisateur. Roman Polanski s'est lui-même beaucoup inspiré de sa propre vie pour alimenter ses films jusqu'à son dernier. Ici, Harry Michell suit les traces du grand cinéaste polonais pour livrer le portrait d'une jeunesse qui se cherche, qui se teste, qui se construit et qui se trompe également.

Le héros n'en est pas un. Oscar est un antihéros comme la fiction en produit aujourd'hui. Du professeur de math devenant trafiquant de drogue (BREAKING BAD), au sénateur prêt à tous les coups tordus pou{Photo 4 de Chubby Funny} r se venger du président des Etats-Unis (HOUSE OF CARD), les séries génèrent aujourd'hui des personnages de antihéros parfois carrément méchants (DEXTER) qui sont tout en nuances de gris. Oscar est loin d'égaler ces exemples, évidemment, mais il est, à sa mesure, un parfait connard envers son entourage, un monstre d'égoïsme qui plie son entourage à sa volonté quand il ne les rabaisse pas à chaque fois qu'ils tentent d'échapper à son despotisme narcissique.

CHUBBY FUNNY, loin d'être manichéen, oppose à notre fâcheux héros des personnages secondaires qui n'existent pas uniquement pour lui servir de faire-valoir. C'est en cela que ce premier essai s'avère réussi. Il dispose en outre d'un humour pince-sans-rire, d'un certain talent à retranscrire la crise générationnelle de notre époque. CHUBBY FUNNY réussit à dépeindre la vie sans tomber dans les clichés habituels. Car ce que dit le film, in fine, c'est que tout le monde peut devenir un parfait connard sans même s'en rendre compte. Personne n'est parfait, en fin de compte.

Une jolie réussite qui en appellera sans doute d'autre. Hâte de voir le prochain film du prometteur Harry Michell.

Sophie Schweitzer
06/11/2016
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Chubby Funny ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €