Cold skin


ORIGINE
France-Espagne
Cold skin Affiche

ANNEE
2017
REALISATION

Xavier Gens

INTERPRETES
David Oakes
Aura Garrido
Ray Stevenson
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les garçons sauvages
L'emprise des ténèbres
Tokyo Vampire hotel
Ni juge, ni soumise
Ugly nasty people
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique Cold skin
{Photo 1 de Cold skin} A l'aube de la Grande Guerre, un officier météorologique de l'armée est envoyé sur une île isolée, dont le seul habitant est un vieux gardien de phare. La nuit venue, ils sont attaqués par des mystérieuses créatures marines.

COLD SKIN a été présenté en première mondiale à l'Etrange festival 2017. Doté d'une belle photo, de décors superbes tournés à Lanzarotte, le film repose sur trois acteurs... dont un costumé, ainsi que d'une armada d'attaquants. Au casting, Ray Stevenson (la série ROME, LE PUNISHER, LE LIVRE D'ELI, THOR, DIVERGENTE...) et David Oakes (LES BORGIAS et ACTION OU VERITE, chroniqué sur Sueurs Froides).

COLD SKIN se révèle un film très classique, avec une indéniable touche old school dans sa facture... et ce n'est pas pour nous déplaire. Précisons, la touche à l'ancienne n'est en rien ici recréer un visuel spécifiquement genré (comme le néo giallo, le néo film noir), ma{Photo 2 de Cold skin} is bien une manière de concevoir un film en équilibrant action et interaction entre les protagonistes tout en évitant une débauche trop ostensible d'effets. Et ça fait du bien !

Pour autant, ce point ne peut suffire à obtenir un bon film. On va donc quand même parler de ce qui fâche.

N'ayant pas lu le roman dont COLD SKIN est tiré, nous ne saurions comparer les traitements littéraire et filmique sur ce point, mais on doit bien déplorer quelques incohérences, au rang desquels, on ne laisse pas de s'étonner que ces deux habitants d'une île censément parfaitement déserte ont été très généreusement pourvus en armes et munitions. Munitions dont ils usent et abusent en dépit du bon sens. De même, on doute de leur capacité à repousser nuit après nuit l'assaut de tant de créatures. Suspendue un moment, notre incrédulité reprend donc le dessus. Peut-être le traitement littéraire permet-il de{Photo 3 de Cold skin} gérer ces épisodes, par exemples via les figures de l'hyperbole, mais l'adaptation filmique reste cantonnée à un registre vériste, et donc peu crédible.

... sauf à le saisir sous l'angle de l'allégorie de la première guerre mondiale, nous y reviendrons.

Mais si on passe outre ce problème, il nous reste un beau film de tension, qui exploite parfaitement ses décors et crée l'univers attendu du film de marin : le phare, la côte déchirée, les vagues imposantes, l'épave...

Bien qu'adapté d'un autre auteur, Albert Sánchez Piñol, il plane sur COLD SKIN l'ombre imposante de Lovecraft, et bien évidemment de sa nouvelle la plus adaptable, « Ceux des profondeurs ». Le Maitre de Providence n'ayant pas toujours bénéficié d'adaptation à la hauteur de son univers, on peut se réjouir de la réussite globale de ce COLD SKIN qui lui paie un lourd tribut.

Comme de bien entendu, dans nombre de films de monstre, et spécialement quand les monstres sont nombreux, le danger vient de la difficile interaction entre les protagonistes. L'inquiétant Gruner semble n'avoir plus toute sa tête ... et cacher un sombre secret. Et comme de bien entendu, entre eux vient se poser le problème féminin... encore qu'en l'occurrence, le terme « femelle » semble plus approprié.

COLD SKIN évoque aussi la folie guerrière qui va embraser le monde : située en 1914, l'intrigue glisse quelques références de ci, de là : un journal évoque l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, l'attaque des monstres est semblable aux vagues de soldats sortant de leur tranchée et fauchés par le feu adverse. D'ailleurs, la mer ne figure—t-elle pas ces tranchées, tandis que l'apparence des créatures les rapproche de soldats en vareuses bleues grisées. Il faudra donc un Verdun et de nouvelles armes pour forcer une fragile trêve, au cœur de l'hiver (comme il y en eu lors d'un noël de la grande guerre). Dès lors, le film traite de l'affrontement de deux mondes distincts, qui n'ont pas été capable de communiquer pour désamorcer leur velléité guerrière et qui sont pris dans un engrenage qui semble sans fin. On voit particulièrement que Gruner figure cette folie de la guerre. Qu'il est prêt à tout pour exterminer l'ennemi et ne peut plus concevoir son univers autrement que dans une guerre totale et perpétuelle.

COLD SKIN prolonge en fait certaines thématiques entrevues dans THE DIVIDE : un univers fermé (cave/phare), un danger extérieur... surmonté d'un conflit interne., un contexte de guerre...

Les incohérences évoquées ont eu raison d'une partie du public. Si on arrive à faire fi de celles-ci, alors, COLD SKIN se révèle une franche réussite pour un Xavier Gens dorénavant bien loin de FRONTIERE(S)S.

Philippe Delvaux
29/10/2017
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Cold skin ?
Trailer Cold skin
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €