Colonel Blimp

The life and death of colonel Blimp


ORIGINE
Royaume Unis
Colonel Blimp Affiche

ANNEE
1943
REALISATION

Michael Powell et Emeric Pressburger

INTERPRETES
Roger Livesey
Anton Walbrook
Deborah Kerr...
AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Thevenot
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Phase IV
Thanatomorphose
Festival des Maudits Films 2013
Prince Killian et le trésor des templiers
Mutiny in outer-space
Alien, le Huitième Passager
L'au-delà
La jetée
Persona
Robocop

Critique Colonel Blimp
{Photo 1 de Colonel Blimp} 1943, Londres. Lors d'un exercice de défense, des soldats humilient le major-général Clive Candy. Ce dernier est dépassé par les évènements et se souvient, alors, de sa jeunesse. 1902, répliquant à des insultes lancées contre l'armée anglaise à Berlin, il se voit obligé de réparer l'affront en se battant en duel contre un officier allemand pacifiste. Tous deux blessés, ils se retrouvent dans la même maison de soin et tout en se côtoyant, commencent à s'apprécier. Débute, alors, une longue amitié qui perdurera malgré les fortes oppositions de leur pays respectif.

Michael Powell et Emeric Pressburger ne sont pas des inconnus. C'est à eux que l'on doit les chefs-d'œuvre que sont LE NARCISSE NOIR et LES CHAUSSONS ROUGES. Réalisé quelques années plus tôt, en 1943, COLONEL BLIMP témoigne de l{Photo 2 de Colonel Blimp} a réelle maîtrise de ces cinéastes à bâtir des histoires complexes et ambitieuses. Ce film fleuve de 2h40, qui trace, sur quarante ans, la vie d'un personnage peu sympathique mais néanmoins touchant, peut paraître rebutant tant, par sa durée que par sa volonté de jouer la grande fresque humaine. De même, celui qui voit dans ce film le moyen d'assister à tous les conflits guerriers de la première moitié du XXème siècle sera vite déçu : pas d'héroïsme, pas d'action, pas de scènes de guerre. Le contexte militaire n'est qu'une toile de fond qui permet d'envisager la psychologie et le tempérament du personnage principal, au fur et à mesure des années. De ce fait, l'histoire présente des longueurs. Mais si on parvient à passer outre, il est possible de se laisser captiver par l'itinéraire de l'officier{Photo 3 de Colonel Blimp} dont le traitement particulier et fascinant fait l'intérêt et l'intelligence de ce film. Toute l'histoire s'attache à montrer comment un homme jeune et fougueux finit par devenir une vieille baderne de l'armée. Les conjonctures, les amis et les drames qui vont se jouer font qu'il se retrouve désabusé, perdu dans une époque moderne qui n'est définitivement plus la sienne. Il y perd ses convictions et ses idéaux.

Si l'histoire peut paraître triste, c'est ce qui en ressort, Powell et Pressburger ont ce talent de faire passer les choses avec douceur et humour. Le film est rempli de moments drôles qui se jouent sur des détails ou des remarques. A ce titre, la préparation du duel est un très bel instant : le protocole y est écorché avec délice et ironie.

Les acteurs Roger Livesey (Clive Candy) e{Photo 4 de Colonel Blimp} t Anton Walbrook (Kretschmar-Schuldorff) livrent chacun une très bonne interprétation, à peine voilée par l'extraordinaire prestation de Deborah Kerr qui joue trois personnages féminins différents. Au travers de COLONEL BLIMP se profile une idée de la femme éternellement jeune. Dévouée en 1902, elle se libère progressivement à mesure que les temps changent jusqu'à avoir une fonction au sein de l'armée en 1943. Le parallèle avec ces hommes qui vieillissent permet de faire un contraste saisissant qui amène le film à la lisière du fantastique. Cependant, l'usage qui en est fait, reste sobre et se cantonne simplement à un rôle symbolique : la femme comme idéal ou comme figure de résistance au temps. Elle incarne peut-être aussi les convictions, qui se perdent peu à peu, de Clive Candy.

Il est bon également de rappeler que le long métrage date de 1943, et que sa production a été difficile. Winston Churchill s'est lui-même opposé à sa sortie. En se remettant dans le contexte, il est aujourd'hui aisé de constater que l'œuvre, d'abord destinée à glorifier la nation anglaise, ce qu'elle fait en montrant sa capacité à résister à l'Allemagne, livre en fait un regard tout en nuance sur son armée. De même, raconter l'amitié d'un anglais et d'un allemand, alors que le nazisme battait son plein, s'avère être une véritable prise de position. Parce qu'au fond, seul compte, l'analyse profonde de l'être humain.

Servi, en outre, par une qualité technique irréprochable, des choix de mise en scène inventifs et un Technicolor de toute beauté, COLONEL BLIMP est à redécouvrir tant il dépasse son sujet.

Alexandre Thevenot
09/01/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Colonel Blimp DVD Zone 2 17 €
Colonel Blimp DVD Zone 2 20 €
Vous aimez Colonel Blimp ?
Trailer Colonel Blimp
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Colonel Blimp - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    17€
  • Pochette Colonel Blimp - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €