Convoy Busters

Un Poliziotto Scomodo


ORIGINE
Italie
Convoy Busters Affiche

ANNEE
1978
REALISATION

Stelvio Massi

INTERPRETES
Maurizio Merli
Olga Karlatos
Massimo Serato
Critique Convoy Busters
{Photo 1 de Convoy Busters} Deux jeunes gens, une fille et un garçon, sont retrouvés morts. Le commissaire Olmi (Maurizio Merli) mène l'enquête, utilisant des méthodes encore moins orthodoxes que celles employées par Dirty Harry lui-même. Ses recherches le mènent droit vers Degan, un trafiquant de diamants (Massimo Serato). Mais quand Olmi doit réaliser qu'il ne peut pas gagner à un jeu régi par la corruption, désillusionné, il décide de se faire transférer dans un petit village près de la mer. Là, c'est le plus grand ennui qui le guette jusqu'à ce qu'il découvre qu'un gang de trafiquants d'armes opère de le village.

CONVOY BUSTERS est loin d'être un film phare du genre. S'il en contient les ingrédients nécessaires, la mise en scène de Stelvio Massi est élémentaire, sans plus. Par contre{Photo 2 de Convoy Busters} , il nous montre ce qui est à montrer (sans innover, néanmoins) et les scènes d'action sont bien montées. A cet égard, la séquence, au ralenti, où le commissaire Olmi tue un criminel d'un hélicoptère est un coup de maître. Avec cette mise en scène, il s'agit d'un sommet même sans grande surprise cinématographique.

Le véritable point faible est l'intrigue même. On passe la première moitié à suivre le commissaire Olmi et ses efforts de coincer Degan. Finalement, il ne lui reste qu'à regarder, impuissant, cet homme d'influence fuir le pays après avoir tué son propre assistant, unique témoin de ses crimes. Après le transfert dans le petit village, on attend de retrouver Degan. En effet, on aurait été content de voir ce voyou recevoir sa juste punition. Hélas, ce n{Photo 3 de Convoy Busters} 'en est pas le cas. Une fois Olmi transféré, Degan disparaît, et le commissaire doit diriger son appétit pour la destruction contre d'autres criminels. Si ce choix narratif reflète la réalité policière, il ne donne pas la satisfaction attendue au spectateur et peut en frustrer plus d'un de ceux qui se sont investis émotionnellement dans la première moitié de l'histoire.

Par contre, ce qui sauve le film et unit les deux moitiés déconnectées, c'est Maurizio Merli. Grand, blond, les yeux bleus, il dégage un air de Franco Nero. S'il est moins bon acteur que ce dernier, Maurizio Merli a néanmoins une présence indéniable et avec son air de macho indestructible, il domine l'écran à chaque fois. Son personnage, le commissaire Olmi, est un rôle parfait pour Maurizio Me{Photo 4 de Convoy Busters} rli et il l'interprète avec un panache et un abandon évidents. En tant que flic sans scrupules, Olmi n'hésite pas à malmener une jeune fille pour une information (mange ma poussière, Dirty Harry!) et il tue les voyous sans l'ombre d'une hésitation. Dans une scène, il rentre chez lui. Il fait noir. Il entend un bruit derrière lui, se retourne et abat l'homme. Alors que le spectateur n'est pas sûr qu'il s'agisse d'un criminel ou d'un innocent malchanceux passant par-là, Olmi semble, quant à lui, plus agacé que concerné. Néanmoins, on ne peut nier qu'on préfère nos flics violents et vigilantes.

Si on a deux histoires d'amour dans CONVOY BUSTERS, Stelvio Massi a raison de ne pas trop se concentrer sur celle entre Olmi et Anna. L'autre, beaucoup plus passionnante, entre le commissaire Olmi et son Colt 38, se perd au milieu du film, juste pour revenir vers la fin avec une vengeance. En effet, qui peut prétendre ne pas avoir pleuré pendant la scène où Olmi range son arme dans son tiroir, les balles retirées de la chambre. Et quelle joie à la réunion tant attendue, juste en temps pour le grand final !

Le tout est accompagné par une musique de Stelvio Cipriani, somme toute assez bien sans être excellente.

Toutes choses considérées, CONVOY BUSTERS n'est pas un essentiel du genre. La trame n'a rien d'innovant, et ce sont surtout les scènes d'action qu'on retient de cet ensemble. Néanmoins, on n'oublie pas si vite Maurizio Merli en tant que commissaire Olmi, l'un des « bad cops » les plus mémorables du poliziotteschi italien.

Tom Flener
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°33
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Tom Flener
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Tahkhana
Mahakaal
Work of Director: Viktor Alexis
Professionnels pour un massacre
Purani Haveli
Conan le Barbare
Le Locataire
Mad Max 2
Massacre à la Tronçonneuse
Picnic at Hanging Rock


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Convoy Busters DVD Zone 1 32.50 €
Convoy Busters DVD Zone 2 27 €
Vous aimez Convoy Busters ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Convoy Busters - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    32.50€
  • Pochette Convoy Busters - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    27€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €