Curtain


ORIGINE
USA
Curtain Affiche

ANNEE
2015
REALISATION

Jaron Henrie-McCrea

INTERPRETES
Danni Smith
Tim Lueke
Martin Monahan
Rick Zahn
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Critique Curtain
{Photo 1 de Curtain} Danni s'installe dans un nouvel appartement et découvre rapidement que d'étranges événements s'y produisent. En effet, chaque fois qu'elle accroche un nouveau rideau de douche dans sa salle de bain (et elle teste avec plusieurs, de différentes couleurs), il est aspiré à l'intérieur du mur. Travaillant pour une organisation défendant les baleines, elle demande à son collègue un peu farfelu de lui donner un coup de main, et les voilà partis enquêter pour savoir où vont les rideaux de douche. Une étrange secte semble cependant s'intéresser à elle, voulant qu'elle arrête d'accrocher des rideaux de douche dans sa salle de bain.

Co-écris et réalisé par Jaron Henrie-McCrea,{Photo 2 de Curtain} CURTAIN est le deuixième long-métrage de son réalisateur (qui a, auparavant, réalisé un court-). Il avait aussi scénarisé PERVERTIGO, son précédent film. Danni Smith incarne Danni, l'héroïne du film, et il s'agit de son premier rôle. CURTAIN était présenté hors-compétition lors de la 34ème édition du Brussels International Fantastic Films Festival.

Nombreux sont les objets possédés vus au fil des films. En effet, dans leur envie de se montrer créatif, beaucoup de scénaristes, producteurs et réalisateurs ont essayé, pour injecter de l'originalité dans un genre codifié (les objets possédés, hantés ou tueurs), de surprendre le spectateur avec la nature de l'objet autour{Photo 3 de Curtain} duquel tourne le film. Ainsi, THE WIG pointait du doigt une perruque démoniaque, DEATH BED voyait un lit hanté essayer de posséder le couple résidant dans son appartement, et THE REFRIGERATOR lançait un frigo démoniaque devant le spectateur médusé.

CURTAIN va plus loin, avec, donc, une porte des enfers dans une salle de bain, qui aspire les rideaux de douche, pour les recracher au milieu d'une forêt, avec en leur sein une sorte de ver de terre démoniaque tueur. Oui, autant le dire tout de suite, le pitch laisse pantois et, devant un tel postulat, le spectateur médusé se demande s'il a affaire à une comédie ou pas. Difficile en effet de ne pas écarquiller les yeux, voi{Photo 4 de Curtain} r de sourire devant une telle idée.

Pourtant, derrière le pitch farfelu se cache un film très premier degré, classique et plutôt angoissant. L'actrice principale (Danni Smith) est plutôt douée, et parvient à rendre crédible toute cette histoire et, si le scénario suit un canevas vu et revu (événements bizarres, caméra montrant le côté fantastique, enquête, secte étrange, monstres), il est suffisamment bien construit, évitant les temps morts, pour entraîner le spectateur. Celui-ci surmonte rapidement l'idée de base des plus bizarre pour plonger dans cette histoire de secte et de porte des enfers.

Le budget est minimaliste, et cela se voit avec le peu de décor (une forêt, l'appartement, un magasin où acheter les rideaux de douche, une rue), mais la réalisation parvient à contourner ces contraintes et se montre anxiogène, évitant de trop dévoiler ses créatures pour ne pas tomber dans le kitsch ou le ridicule. Ainsi, les bêtes sont plutôt bien faites quand on les entraperçoit, et les séquences où le spectateur regarde par les yeux des monstres sont certes classiques, mais bien mises en scène et franchement tendues.

Au final, CURTAIN part d'une idée effarante, pour donner une œuvre classique mais de belle facture, qui mérite amplement le détour. Après tout, comment ne pas avoir envie d'aimer un film avec un rideau de douche tueur ?

Yannik Vanesse
25/04/2016
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Curtain ?
Trailer Curtain
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €