Dark Places

In a Dark Plac


ORIGINE
Luxembourg, Grande-Bretagne
Dark Places Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Donato Rotunno

INTERPRETES
Leelee Sobieski
Tara Fitzgerald
Christian Olson
Gabrielle Adam
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Sandy Blanco
Avant l'Aube
Planet of Dinosaurs
Bad Boy Bubby
Amusement
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse

Critique Dark Places
{Photo 1 de Dark Places} Adapter une nouvelle fois au cinéma Le Tour d'Ecrou n'est pas est une mince affaire. Le roman de Henry James a déjà donné naissance à l'un des piliers des films d'Epouvante. Il faut donc une bonne dose d'inconscience ou de culot pour oser la comparaison avec LES INNOCENTS.

Première « surprise », malgré la réactualisation dans les années 2000, l'histoire de DARK PLACES suit presque à la lettre celle du film de Jack Clayton qui se déroulait au milieu du XXème siècle. Anna est une jeune femme qui travaille dans une école maternelle. Le directeur intervient et la remercie car Anna a tendance à trop jouer au psychologue alors qu'on lui demande de n'être qu'un simple professeur d'école. S'il la congédie, cela ne sera pas sans avoir préalablement t{Photo 2 de Dark Places} enté d'abuser d'elle en jouant de sa position ; il faut dire qu'Anna est une jeune femme très séduisante... Quoi qu'il en soit, peut-être en raison de sa mauvaise conscience, il lui propose un travail de remplacement. Il s'agit de s'occuper de deux enfants, un garçon et une fille, orphelins, qui vivent dans un manoir isolé.

Si l'histoire est identique à celle du film de Jack Clayton, les différences se font néanmoins rapidement sentir au niveau de la forme. Ici, le manoir n'a rien de gothique et d'effrayant. Donato Rotunno s'est considérablement éloigné du fantastique omniprésent des INNOCENTS. Dans DARK PLACES, point de statues et autres ornements de l'imagerie fantastique. Le gothique et tout ce qu'il transporte de mystérieux et d'inquiéta{Photo 3 de Dark Places} nt sont radicalement absents de l'ambiance générale du métrage. DARK PLACES refuse toute ambiguïté. Si la fin des INNOCENTS laissait planer un doute sur la réalité des fantômes qui entouraient les enfants, celle de DARK PLACES est très claire. Tout dans l'atmosphère du film de Donato Rotunno nous rappelle que nous sommes dans un drame psychologique et pas dans un film fantastique. Par conséquent, en ce qui concerne la maison, on ne s'étonnera pas qu'elle soit si «impersonnelle».

Si DARK PLACES évite toute connotation surnaturelle, en revanche, il n'est pas avare en sous-entendus érotiques. Le choix de Leelee Sobieski pour incarner Anna n'est évidemment pas un hasard. Leelee Sobieski est beaucoup plus sensuelle que Deborah Kerr et le réalisat{Photo 4 de Dark Places} eur n'hésite jamais à la filmer légèrement dévêtue. Débarrassé de toute connotation fantastique, son trouble psychologique devient le véritable moteur du film. Quant aux enfants, ils passent au second plan. La relation qui va naître entre Ms Goose, la secrétaire de l'oncle des enfants et Anna va d'ailleurs voler la vedette à Miles et Flora. Paradoxalement, DARK PLACES pèche là où il fait preuve d'originalité par rapport à son illustre prédécesseur. L'étude psychologique du personnage d'Anna s'avère déficiente. Elle est un peu à l'image de la pédagogie qu'elle applique aux enfants et qui se borne à leur faire faire de la peinture. C'est peu réaliste et surtout simpliste. Lorsque le final arrive, la folie dans laquelle est sombrée Anna nous paraît tout aussi simpliste et l'on a du mal à trouver crédible sa descente aux enfers.

DARK PLACES manque de réalisme et l'on aurait tendance à le trouver vain. En revanche, il livre une lecture suffisamment différente du chef-d'œuvre de Jack Clayton pour justifier son intérêt. Si DARK PLACES s'avère faible sur certains points, c'est avant tout par excès d'optimisme car il n'était pas simple de s'attaquer à un tel sujet, préalablement adapté par un film aussi important que LES INNOCENTS. Les deux interprètes féminines parviennent de leur côté à nous intéresser à elles, même si leur personnalité n'est qu'esquissée. Elles dégagent en tout cas suffisamment de charme pour ensorceler le spectateur et incarner des personnages qu'il n'oubliera pas.

André Quintaine
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Dark Places DVD Zone 2 16.75 €
Vous aimez Dark Places ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Dark Places - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    16.75€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €