Daughter of Darkness


ORIGINE
Hong Kong
Daughter of Darkness Affiche

ANNEE
1993
REALISATION

Ivan Lai

INTERPRETES
Anthony Wong
Critique Daughter of Darkness
{Photo 1 de Daughter of Darkness} Réalisé par Lan Nai Kai (STORY OF RICKY), DAUGHTER OF DARKNESS est un film qui pose pas mal de problèmes. Il ne sait en effet jamais dans quelle direction aller. Parfois comédie, il adopte à d'autres moments un ton résolument plus dur. De ce mélange résultent des scènes choquantes car le réalisateur se moque de la mort, de la violence. Ce qui donne quelque chose d'assez irrespectueux et malsain. Que penser de cette scène où un flic pose, sourire aux lèvres avec le cadavre d'une jeune femme. Et ce genre d'humour n'est pas rare dans DAUGHTER OF DARKNESS. Chose pas forcément nouvelle, puisque nous avions déjà été en contact avec ce genre de films, comme EBOLA SYNDROME.

Une femme, Fong, débarque au commissariat de police pour signaler un véritable massacre perpétré sur la famille{Photo 2 de Daughter of Darkness} Mak, dont le chef faisait partie des triades. Liu (Anthony Wong) arrive sur les lieux, accompagné de son assistante. Il procède à une enquête méticuleuse qui donne lieu à de nombreuses scènes " comiques " (il tripote les seins d'une des victimes pour déterminer l'heure exacte de la mort, renifle entre les cuisses d'une autre pour savoir s'il y a eu viol et constate, déçu, que ce ne fut pas le cas...).

Liu se doute tout de suite de la culpabilité de Fong. Son fiancé, Kin essaye d'endosser la responsabilité du crime en avouant être l'auteur du massacre. Mais il se contredit. Liu est encore plus persuadé de la culpabilité de Fong, qui, finalement avouera tout. Elle raconte ainsi les bassesses qu'elle supporta tout au long de son passage au sein de la famille Mak qui la logeait.{Photo 3 de Daughter of Darkness} L'une des anecdotes montre le père qui l'épie par le trou de la serrure en train de prendre sa douche. Il finit par la violer, déchirant la chemise de nuit que lui avait offerte Kin, tout en prenant des photos d'elle. Il l'avoue à sa femme, mais celle-ci ne prend pas fait et cause pour Fong, et s'inquiète bien plus de voir son mari finir en prison.

Le lendemain, le père Mak fait pression sur Fong en lui montrant les fameuses photos et lui ordonne de venir le rejoindre le soir même. Le fameux soir, elle essaye de le menacer avec un couteau, mais il réussit à le lui prendre. Il l'attache ensuite et la viole de nouveau, jusqu'à l'arrivée de Kin, ce qui déclenche chez Fong une folie meurtrière et vengeresse qui l'amène à tuer tous ses persécuteurs.

Fong est naturellement conda{Photo 4 de Daughter of Darkness} mnée à mort. En prison, elle donne naissance à une petite fille que l'on ne lui laisse même pas le temps de regarder.

L'humour dans DAUGHTER OF DARKNESS, se pratique en des lieux où l'on n'a pas l'habitude de le voir. Totalement irrespectueux, il se fait sur le dos des morts et de Fong qui vit un véritable drame. C'est ainsi que le film suit l'enquête de Liu où se conjuguent morbidité et comique, souvent en dessous de la ceinture. Ce manque de respect choque. Le mélange des deux genres rend quelque chose de profondément malsain. Et même si l'objectif était de faire une parodie, on ne peut que constater le manque d'originalité et de tact du film. Le spectateur se trouve bien ulcéré devant un tel spectacle. On peut penser que le réalisateur cherche à relativiser les choses devant le drame que vit Fong. Drame qui est à ce titre atroce, mais pour lequel on a du mal à ressentir quoi que ce soit, tant les scènes " humoristiques " cassent le ry-thme du film. Elles n'apparaissent donc absolument pas comme un soulagement. Elles ont même plutôt tendance à rendre l'histoire de Fong surnaturelle, incroyable, et donc irréaliste. D'autant plus que l'on ne comprend pas pourquoi elle persiste à continuer à habiter chez la famille Mak.

Artistiquement parlant, le film ne possède aucune qualité. On peut juste lui accorder la justesse de ses scènes violentes, souvent des viols.

Il aurait pu s'agir d'un film très noir, un peu dans le style d'HORRIBLE HIGH HEELS, sur l'injustice de la vie. Mais trop d'humour tue le drame. Surtout lorsqu'il est d'un goût aussi douteux.


22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°8
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Daughter Of Darkness DVD Toutes zones 13 €
Daughter Of Darkness Epuise/out Of Print DVD Zone 2 25 €
Vous aimez Daughter of Darkness ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Daughter of Darkness - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    13€
  • Pochette Daughter of darkness EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    25€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €