Day Watch

Dnevnoy dozor


ORIGINE
Russie
Day Watch Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Timur Bekmambetov

INTERPRETES
Konstantin Khabensky
Viktor Verzhbitsky
Mariya Poroshina
Galina Tyunina
Dmitri Martynov
Critique Day Watch
{Photo 1 de Day Watch} DAY WATCH fait directement suite à NIGHT WATCH. Quelques années se sont écoulées, les personnages sont les mêmes, les situations également. Les Nightwatchs et les Daywatchs se surveillent les uns les autres, qui les Lumineux qui les Sombres. Grâce à ces sentinelles vigilantes, aucun des deux camps, celui du Bien ou celui du mal, ne prend le pas sur l'autre. Mais cet équilibre est précaire et les manigances nombreuses. Le but est de faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Une prophétie promet également que le jour où l'équilibre est rompu, la guerre sera alors déclenchée et la fin du monde proche.

Voici, en gros, le thème récurrent. Le premier film nous présentait cette thématique ainsi que le personnage principal, Anton, et son parcours dans le choix d'être un Lumineux. Dans le second opus, ce monde est toujours là, Anton aussi, mais l'action se concentre principalement sur les intrigues du chef{Photo 2 de Day Watch} des Sombres, Zavulon pour faire entrer le monde dans le chaos.

On retrouve les mêmes personnages que dans le premier film, quelques années plus tard, cinq tout au plus. Svetlana est entrée en apprentissage au service des Lumineux, le fils d'Anton a grandi et est formé par les Sombres. Il est promis à un brillant avenir... Celui d'être la main armée qui déclenchera la guerre entre les deux camps ! Et quand il se lâchera... Cela fera bien des dégâts !

Des dégâts, DAY WATCH en cause ! Apparemment immense succès dans son pays d'origine, le film aligne une galerie ininterrompue d'effets spéciaux ahurissants, de situations incroyables, un monde d'une richesse infinie et prometteuse et des personnages souvent intéressants.

Cette séquelle apporte, en plus de tout cela, l'histoire ancestrale de la craie du destin. Elle permet à celui qui regrette ses actes de réécrire les événements. Une certaine femme fatale d{Photo 3 de Day Watch} u côté sombre, bien trop naïve et fleur bleue pour son camp, apprendra à ses dépens qu'il ne s'agit pas de réécrire l'histoire comme elle l'arrange mais de redresser des erreurs que seul le responsable regrette sincèrement. Cette idée est sympathique, très sympathique même. Tout comme celle de l'échange des corps pour échapper à ses poursuivants. Amusante et bien rendue par des acteurs inspirés, elle semble cependant noyée dans le malstrom des scènes qui s'enchaînent et s'imbriquent les unes les autres à une vitesse incroyable. En fait, cela illustre le fait que ce film, beaucoup trop long, semble vouloir expliquer maintes choses et finalement s'y noie. Le spectateur n'a pas l'impression qu'on veuille lui raconter une histoire ; on cherche plutôt à le séduire !

Et pour se faire, les effets spéciaux sont une arme redoutable. Souvent magnifiques et bien trouvés, ils sont parfaitement exploités et mis en val{Photo 4 de Day Watch} eur. Certaines scènes impressionnent comme le rodéo entre un camion et des motos ou encore la mitraille de fin qui déchiquette Moscou. Néanmoins, souvent ils passent inaperçus car la surabondance de détails empêche le spectateur de voir quoique ce soit. De plus, le propos du film est extrêmement condensé alors qu'il est pourtant déjà bien long. Et que dire de la bande-son ?!? La musique tonitruante et saturée entraînera le spectateur dans le même délire audio que celui généré par les images.

Moins confus que le premier opus, DAY WATCH peine quand même à construire de manière cohérente sa narration. En réalité, le spectateur est plus porté par des images flash, des impressions que par un récit. Cela est certainement dû à ce rythme effréné et survitaminé omniprésent. Il nuit grandement à l'histoire mais qu'importe, on est jeune, on est branché, c'est trop cool !

Les productions russes qui parvenaient jusqu'à nos contrées nous avaient habitué à des illustrations poétiques et féeriques de contes par exemple. Elles avaient une patte, un style reconnaissable entre mille. C'était dépaysant et rafraîchissant, riche. Ici, même si le monde dépeint est intéressant en lui-même, l'amateur de Science-Fiction et de Fantastique reste quelque peu sur sa faim. En effet, il pressent des choses intéressantes, des vampires un peu différents, des êtres, les Lumineux et les Sombres, qu'il aimerait connaître un peu plus, des liens et des règles complexes... Mais à la place, on lui inflige une débauche de personnages à la pose mannequin, du bruit, de la lumière, de la fureur. Pour finir, l'hystérie ambiante fatigue le spectateur et émousse son intérêt. DAY WATCH s'avère finalement n'être qu'un ersatz de production made in US, bien fait, bien calibré, c'est certain, mais sans signe distinctif. En somme, un film américain de plus !

Angélique Boloré
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Angélique Boloré
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Gueule de truie
Lune noire
Apocalypse Z
Le chat noir
Points chauds
Autant en Emporte le Vent
Cannibal Holocaust
Hurlement
Les dents de la Mer
L’invasion des Profanateurs de Sépultures


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Day Watch DVD Zone 2 20 €
Day Watch BLURAY Zone 2 30 €
Day Watch (unrated) DVD Zone 1 27.24 €
Vous aimez Day Watch ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Day Watch - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
  • Pochette Day Watch - BLURAY  Zone 2
    BLURAY Zone 2
    30€
  • Pochette Day Watch (Unrated) - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    27.24€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €