Deadlands: The Rising


ORIGINE
USA
Deadlands: The Rising Affiche

ANNEE
2006
REALISATION

Gary Ugarek

INTERPRETES
Dave Cooperman
Gary Ugarek
Michelle Wright
Brian Wright
Critique Deadlands: The Rising
{Photo 1 de Deadlands: The Rising} 11 septembre 2001, une source intarissable de psychoses en tout genres, et aussi d'inspiration pour le réalisateur/scénariste (entre autre car c'est un touche-à-tout) Gary Ugarek. Son film traite d'une attaque terroriste qui aura de lourdes conséquences. Mais reprenons...

Une femme et son fils sont isolés du monde. Elle écrit ses pensées dans son journal. Ainsi, on apprend sous forme de grand flash back qu'un attentat à base d'arme bactériologique à eu lieu dans la ville où ils vivaient. A ce moment, son mari, Dave et un ami, étaient parti s'entraîner au tir dans la forêt. A partir de ce moment, les morts se lèvent de leurs tombes pour attaquer les vivants et les dévorer. Dave va tout faire pour rejoindre sa famille au plus vite afin de la mettre en sécurité hors de la ville qui est désormais{Photo 2 de Deadlands: The Rising} envahie par des hordes de zombies, mais va-t-il y parvenir?

Avant toutes choses il faut savoir que DEADLANDS est un film à petit budget ; c'est clairement un film indépendant. Mais attention ! il ne s'agit en aucun cas d'un film de série Z ni d'une bombe trash délirante. Gary Ugarek (dont c'est le 1er film) choisit la voie du film dur et très sérieux. A quelques exceptions près comme NOCTEM de Jens Wolf, ce choix est rarement fait dans le genre et plus particulièrement dans le circuit amateur. Même si DEADLANDS ne s'embête pas à compliquer son scénario, la très courte durée du film (1h) et l'action qui démarre tôt empêchent l'ennui de s'installer. Il est vrai que le film est pétri de clichés, mais la sincérité dont l'auteur fait preuve donne envie de lui laisser une chance.

Le réalisateur et{Photo 3 de Deadlands: The Rising} toute l'équipe se plient en quatre pour nous livrer quelque chose de décent, et ils y parviennent haut la main. La technique est à ce point stupéfiante par moment que l'on vient à oublier le côté amateur. L'utilisation d'une grue pour la caméra (ou quelque chose aux mêmes propriétés -qui sais ce que de petits malins peuvent accomplir pour que l'illusion soit parfaite-) et l'usage de travelling (mouvements de caméra latéraux) donnent de l'ampleur à la réalisation. Le montage et la musique tirent également et facilement l'ensemble vers le haut. Une scène de panique et de chaos dans un embouteillage en est un exemple tout simplement époustouflant. Grâce à un montage nerveux, cette scène le morceau de bravoure du film, Voir autant de maîtrise dans un film à si faible budget (10 000 dollars seulemen{Photo 4 de Deadlands: The Rising} t) fait plaisir à voir. Les 14 mois de travail n'ont pas été vain. Le public ne s'y est d'ailleurs pas trompé car DEADLANDS a récolté un prix et de bonnes retombées dans différents festivals.

En ce qui concerne les acteurs, ils font ce qu'ils peuvent et Michelle Wright s'en sort avec les honneurs en parfaite mère de famille qui sait prendre les choses en mains quand il le faut.

Même si nous n'avons pas affaire à une bande trash, le gore n'est pas oublié, c'est d'ailleurs une qualité pour un film de zombie et c'est le passage obligatoire pour réussir son film ! Donc, éventrements et gorges arrachées sont tout de même au menu ! Les effets de maquillage tout à fait honorables des non-morts sont plutôt sobres et font penser notamment à des films comme LA NUIT DES MORTS VIVANTS ou encore DAWN OF THE DEAD.

On peut être freiné dans son élan par le scénario ultra-classique, ce qui est malheureusement handicapant pour cette avalanche de bonnes volontés. La maîtrise technique et le sérieux du sujet abordé mettent en évidence une honnêteté vis à vis du spectateur et un grand respect du genre. Il se pourrait que DEADLANDS soit le premier film d'une série (le titre pendant la production était DEADLANDS épisode 1: the rising). On peut donc espérer voir naître quelque chose de vraiment superbe si un effort est fait pour raconter une histoire plus consistante et par la même occasion vraiment intéressante. Il faut définitivement jeter un coup d'oeil à DEADLANDS si on recherche un film sincère, d'un force technique inouïe (pour une pellicule amateur), sans oublier les effusions de sang bien gratinées !

Patrick Lang
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Indie Eye
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patrick Lang
SES DERNIERS ARTICLES
The Ferryman
Fantastic'Arts 2008
Big Bad Wolf
Zombie Self-Defense Force
Vengeance diabolique


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Deadlands: The Rising DVD Zone 1 22.75 €
Vous aimez Deadlands: The Rising ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Deadlands: The Rising - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    22.75€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €