DeathWatch


ORIGINE
Grande-Bretagne
DeathWatch Affiche

ANNEE
2001
REALISATION

Michael J. Bassett

INTERPRETES
Jamie Bell
Andy Serkis
Hugh O'Conor
Laurence Fox
Matthew Rhys
AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Sandy Blanco
Avant l'Aube
Planet of Dinosaurs
Bad Boy Bubby
Amusement
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse

Critique DeathWatch
{Photo 1 de DeathWatch} Peu de films mêlent Seconde Guerre Mondiale et fantastique. On se souvient de la FORTERESSE NOIRE au début des années 80 et, dernièrement, du soporifique THE BUNKER. DEATHWATCH, quant à lui, constitue plutôt une honnête surprise.

Le film démarre pourtant assez mal en essayant de reconstituer un champ de bataille sur lequel deux armées livrent combat. On est très loin d'un IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN et DEATHWATCH, à ce moment-là, cache très mal la minceur de son budget que l'on sent plus qu'étriqué. Heureusement, le scénario quitte rapidement le thème du film de guerre pour se concentrer sur une histoire plus fantastique. La suite du film se déroule d'ailleurs en une sorte de huis-clos à l'intérieur d'une tranchée qu'une poignée de soldats britanniques vient de prendre aux Allemands. Nos soldats anglais vont essayer de garder cette position mais cet endroit va rapidement avoir une influence néfaste sur leur comportement et sur les relations qu'ils entretiennent entre eux. Le film laisse planer le doute sur cet endroit. Est-ce l'enfer, sont-ils morts à la suite du combat du début du film ? Une chose est sûre, ils ne repartiront pas avant de s'être entretués.

On ne peut s'empêcher de comparer DEATHWATCH àTHE BUNKER puisqu'il s'agit de deux films fantastiques se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale et sortis quasiment en même temps. Heureusement, DEATHWATCH est largement supérieur à THE BUNKER même si l'on peut regretter que l'intrigue se focalise plus sur les relations psychologiques entre les soldats que sur la terreur pure. Heureusement, les choses se précipitent sur la fin et le film montre alors de vraies scènes d'horreur. C'est également à ce moment-là que le film devient réellement bon. Il faut bien admettre que le reste du film n'est pas forcément très captivant puisque l'originalité n'est pasvraiment de la partie. Sans doute conscient de cette lacune, le réalisateur s'appuie alors sur deux choses qui permettent au film de se situer au-dessus de la moyenne. Il faut tout d'abord saluer la prestation des acteurs qui sont pour beaucoup dans la bonne tenue générale du film. On s'en rend particulièrement compte dans les dernières scènes de DEATHWATCH, lorsque l'horreur pointe finalement son nez. C'est certainement grâce à l'excellente interprétation que ces séquences s'avèrent réellement remuantes. Ensuite, on constate également que les décors sont parfaitement utilisés. Cette tranchée dans laquelle évoluent les soldats britanniques est tout à fait impressionnante. Il ne cesse de pleuvoir et la boue s'infiltre partout. On a vraiment l'impression que les soldats sont pris au piège dans cette mélasse, comme s'ils s'enlisaient de plus en plus profondément. On ressent la présence de cette tranchée comme si elle constituait un personnage supplémentaire.

Le scénario de DEATHWATCH ne laissera sans doute pas un souvenir impérissable.

Cependant, sa réalisation efficace, la présence de deux ou trois scènes chocs en font une œuvre à découvrir. DEATHWATCH est un produit sympathique, sans prétention et réussi.

André Quintaine
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°13
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez DeathWatch ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €