Don't Be Afraid Of The Dark


ORIGINE
USA, Australie, Mexique
Don't Be Afraid Of The Dark Affiche

ANNEE
2010
REALISATION

Troy Nixey

INTERPRETES
Katie Holmes
Guy Pearce
Bailee Madison
Critique Don't Be Afraid Of The Dark
{Photo 1 de Don't Be Afraid Of The Dark} Sally est une petite fille qui a du mal à surmonter le divorce de ses parents. Sa mère l'envoie vivre chez son père, qui réside avec sa nouvelle fiancée dans une immense maison qu'il est en train de rénover. Guère heureuse d'être là, la fillette se passionne cependant pour la cave secrète qu'elle découvre par hasard. Un trou scellé dans le mur semble emprisonner de petites créatures qui disent vouloir devenir ses amies. Cependant, les petits êtres ne sont pas enfermés sans raison, et leurs motivations sont loin d'être bienveillantes à l'égard de la pauvre enfant.

Si Guillermo del Toro ne réalise pas ce film, il y participe activement, en tant que producteur et surtout co-scénariste. Dès les premières images, DON'T BE AFRAID OF THE DARK s'ancre dans son univers,{Photo 2 de Don't Be Afraid Of The Dark} sa mythologie. Tout comme avec HELLBOY 2 et LE LABYRINTHE DE PAN, nous sommes ici devant un conte de fées, aussi sombre qu'horrifique. Tous les éléments s'y retrouvent, et de nombreux parallèles peuvent être faits avec ce chef d'œuvre qu'est LE LABYRINTHE DE PAN. Là aussi, une enfant, voulant fuir la réalité, qu'elle juge trop horrible, explore une nature sombre et mystérieuse : passage vers un monde fantastique abritant d'étranges créatures. Ces fées sont les « petites souris », fées aux dents horribles qui se nourrissent des dents de lait qui passent à leur portée. S'il est facile de supposer que Guillermo del Toro s'est impliqué dans la confection de ce film, le réalisateur en est Troy Nixey, qui signe ici son deuxième métrage seulement. Il filme cependant{Photo 3 de Don't Be Afraid Of The Dark} un joli casting, puisque, jouant le père et sa nouvelle fiancée, Guy Pearce et Katie Holmes s'investissent beaucoup pour donner corps à des personnages certes simples et classiques, mais plutôt bien campés.

Le pré-générique, gothique à souhait, permet au spectateur d'entrer immédiatement dans l'histoire. Suit un générique, malsain au possible, qui, avec quelques dessins, permet de comprendre ce que sont les créatures et où elles résident. Après un premier meurtre horrible, le film s'assagit quelque peu, histoire de faire découvrir les différents protagonistes, et surtout, la magnifique demeure qui sert de cadre à cette histoire. La maison est impressionnante : un décor sublime entouré d'un jardin mystérieux qui joue délicieusement bien son rôle de porte entre l{Photo 4 de Don't Be Afraid Of The Dark} a réalité et le monde des fées.

Cependant, si le métrage prend le temps de laisser les personnages se dévoiler et fait comprendre aux spectateurs ce qui les anime, il ne verse pas dans les longueurs ou autres scènes de couloirs. Rapidement, la caméra se fait inquisitrice, suivant les personnages dans des couloirs sombres. Dès que la cave est découverte et ses habitants libérés, l'angoisse s'installe. Troy Nixey parvient à instaurer une ambiance sinistre en faisant se déplacer la caméra dans les parties obscures de la maison, en captant un mouvement furtif et indistinct. Ce qui est un peu dommage, c'est qu'il montre assez rapidement à quoi ressemblent les lutins. Certes, leur apparence, délicieusement monstrueuse, est servie par de très bons effets digitaux, mais les créatures ne sont jamais aussi effrayantes qu'avant qu'on les perçoive complètement. La première scène du film en est un exemple criant. Ainsi, le final qui est une lutte acharnée dans la maison, est trop démonstratif . Et même si la mise en scène est bien faite, les scènes perdent un peu de leur force.

Cependant, malgré ces réserves, DON'T BE AFRAID OF THE DARK reste un très bon film. Des créatures originales permettent de dynamiser cette classique histoire de maison hantée, et le film réserve son lot de scènes choc violentes, avec plusieurs sursauts dérangeants. De même, les dessins qui peuplent le film - plusieurs protagonistes ont dessiné les créatures - sont affreusement malsains ; ils parviennent à eux seuls à distiller une ambiance pesante dans le métrage.

Yannik Vanesse
12/10/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Don't Be Afraid Of The Dark DVD Zone 1 37.05 €
Don't Be Afraid Of The Dark BLURAY Zone A 40.30 €
Don't Be Afraid Of The Dark DVD Zone 2 20 €
Don't Be Afraid Of The Dark BLURAY Zone B 25 €
Vous aimez Don't Be Afraid Of The Dark ?
Trailer Don't Be Afraid Of The Dark
Tags du film
Conte, horreur, monstre, fée
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Don't Be Afraid Of The Dark - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    37.05€
  • Pochette Don't Be Afraid Of The Dark - BLURAY  Zone A
    BLURAY Zone A
    40.30€
  • Pochette Don't Be Afraid of the Dark - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
  • Pochette Don't Be Afraid of the Dark - BLURAY  Zone B
    BLURAY Zone B
    25€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €