Doomsday Book


ORIGINE
Corée du Sud
Doomsday Book Affiche

ANNEE
2012
REALISATION

Pil-Sung Yim
Kim Ji-Woon

INTERPRETES
Joon-ho Bong
Jin Ji-hee
John D. Kim
AUTEUR DE L'ARTICLE: Maï Painblanc
SES DERNIERS ARTICLES
Profondo Rosso
The Boston Strangler
The Bat
Safety Not Guaranteed
Jack & Diane

Critique Doomsday Book
{Photo 1 de Doomsday Book} DOOMSDAY BOOK, dont le titre s'inspire du Domesday Book, "livre du jugement dernier", pourrait être présenté comme un "Rapport sur ​​la destruction de l'humanité". Ce film sud-coréen de science-fiction touche à la fois au post-apocalyptique et à la comédie horrifique.

Cette réflexion sur la fin de notre monde va s'articuler en trois segments. Les premier et dernier sont l'oeuvre de Pil-Sung Yim, réalisateur d'HANSEL ET GRETEL et de l'ANTARTIC JOURNAL. L'opus central, lui, a été réalisé par Kim Ji-Woon que l'on retrouve ici à mille lieues des thématiques et de l'atmosphère de ses précédentes créations LES DEUX SOEURS, LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLÉ, ou J'AI RENCONTRÉ LE DIABLE.

La première partie, intitulée{Photo 2 de Doomsday Book} "Brave New World" tout comme le roman d'Aldous Huxley, met en scène un chercheur resté seul à la maison après que sa famille soit partie en voyage à l'étranger. Il a été chargé par ses parents de nettoyer et vider les ordures. Un point de départ banal qui n'augure en rien de la suite.

Dès lors, des gros plans répétés sur des déchets de tous ordres, leur recyclage et leur devenir amèneront le spectateur au bord de la nausée... Au départ d'une pomme pourrie (allusion à Eve et au paradis perdu?), Pil-Sung Yim part dans un délire sur la nourriture, sur le thème de "qui se nourrit de quoi", ou "on est ce que l'on mange". De sérieuses questions se posent étant donné que, par l'intermédiaire de ce fruit corrompu, une épidémie{Photo 3 de Doomsday Book} des plus étranges finira par contaminer toute la ville.

Ce "meilleur des monde" se révèle finalement aussi acerbe que son illustre prédécesseur. L'oeuvre très drôle, menée sur un rythme soutenu, se termine avec une savoureuse critique sur la manière dont les médias sont amenés à "traiter", ou plutôt à défigurer, l'information.

Dans le deuxième segment, "Créature Céleste", un spécialiste de la robotique est appelé dans un monastère bouddhiste afin d'examiner un robot qui aurait atteint le Nirvana.

Kim Ji-Woon nous présente là un avenir où les androïdes remplacent les humains dans un certain nombre de tâches. Lorsque le robot RU-4 employé dans le temple atteint l'illumination, l'entreprise qui l'a fabriqué s'inquiète{Photo 4 de Doomsday Book} et en vient à le considérer comme une menace...

Avec une esthétique très "zen" et un robot immaculé aux lignes épurées, le réalisateur initie une réflexion poussée et quelque peu pernicieuse sur le bouddhisme, intéressante mais en partie inaccessible pour la plupart des néophytes. Vu que cette philosophie vise à supprimer envie et désir, le robot ne serait-il pas plus apte à accéder à la perfection que l'humain?... La question est posée!

Le troisième opus, "Bon anniversaire", est centré sur une boule de billard, la numéro 8, plus précisément.

Une fillette, après avoir cassé la boule de billard n°8 de son père, en commande une autre sur un mystérieux site internet. Mais il semblerait qu'elle ait accidentellement propulsé cette boule dans une sorte de trou noir. En effet, deux ans plus tard, une gigantesque boule de billard n° 8 venue de l'espace se dirige vers la Terre qu'elle s'apprête à percuter.

... Ainsi se clôture ce triptyque atypique avec une vision ironique, drôle et décalée de l'apocalypse imaginée et mise en scène par Pil-Sung Yim, dont le seul et unique but semble être cette fois de divertir.

Dans son ensemble, DOOMSDAY BOOK, même s'il laisse le spectateur un peu sur sa faim, interpelle tant par la diversité des angles choisis que par ses qualités techniques et imaginatives. Il témoigne, si besoin était, de l'inventivité du cinéma sud-coréen, de sa capacité à explorer de nouvelle pistes, parfois même les plus improbables.

Maï Painblanc
16/10/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Doomsday Book ?
Trailer Doomsday Book
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €