Dylan Dog au pays des rêves brisés


Dylan Dog au pays des rêves brisés Affiche

LITTÉRATURE
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'Hiver du Magicien
Le Colt et l'Etoile
Le Gros
Les Spectres d'Eiffel
Le Jeu
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Critique Littéraire Dylan Dog au pays des rêves brisés
La parution du très beau SALUTI DI MOONLIGHT, l'un des tous meilleurs épisodes de DYLAN DOG, nous offre l'occasion de revenir sur les aventures du détective de l'occulte créé par le génial scénariste TIZIANO SCLAVI il y a 22 ans.

Romantique, policière et fantastique, souvent horrifique (et parfois gore, au moins dans les années 80), DYLAN DOG est un chef d'oeuvre absolu de la B.D, malgré u{Photo 2 de Dylan Dog au pays des rêves brisés} n insuccès incompréhensible en France (avec trois tentatives de traduction !). Plein d'hommages au cinéma (Argento, Romero et bien d'autres), ce fumetto explore le fantastique et l'angoisse avec un maestria rare. A l'horreur s'ajoute une incroyable capacité à susciter l'émotion pure. DYLAN DOG est l'une des ces oeuvres, tous médias confondus, qui se comptent sur les doigts d'une main, capables{Photo 3 de Dylan Dog au pays des rêves brisés} de donner envie de rire ou de pleurer. Evidemment, avec plus de 15 inédits par an, la série compte des hauts et des bas, c'est tout naturel. Mais depuis une poignée d'années, elle est revenue au top, avec le retour de SCLAVI, sa disciple la plus douée PAOLA BARBATO ou des scénaristes aussi talentueux que GIOVANNI DI GREGORIO, responsable de ce joyau qu'est SALUTI DI MOONLIGHT.

Les très be{Photo 4 de Dylan Dog au pays des rêves brisés} aux dessins de FREGHIERI illustrent une histoire profonde, pleine d'une intense nostalgie, romantique en diable. Le premier amour perdu de DYLAN est de nouveau évoqué, après le culte LUNGO ADDIO, mais les auteurs vont plus loin en développant le thème des rêves adolescents liquidés par la triste réalité du monde adulte. En d'autres termes, se rêvant écrivainà 15 ans, pourquoi finit-on employé de bureau, tapant des inepties administratives à longueur de journée ?

Dans DYLAN DOG, il y a toujours cette haine du quotidien, de la banalité, avec souvent un fonds social passionnant (ici les squatters qui occupent les bâtisses abandonnées).

SALUTI DI MOONLIGHT, désespérant, est d'une beauté fracassante.


Informations

Patryck Ficini
01/06/2008
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
Vous aimez Dylan Dog au pays des rêves brisés ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €