El Club


ORIGINE
Chilien
El Club Affiche

ANNEE
2015
REALISATION

Pablo Larraín

INTERPRETES
Alfredo Castro
Roberto Farías
Antonia Zegers
AUTEUR DE L'ARTICLE: Sophie Schweitzer
SES DERNIERS ARTICLES
Département V : Miséricorde
Nocturama
Hormona
The Forgotten
Sunset Edge

Critique El Club
{Photo 1 de El Club} Dans un village isolé sur la côte chilienne, des prêtres excommuniés vivent ensemble dans une maison régie par une bonne sœur. Passant leur temps à prier, chanter et participer officieusement à des courses de lévriers, ils voient d'un mauvais œil l'arrivée d'un nouveau venu. Ce dernier va, sans le savoir, bouleverser l'équilibre de la maison et briser le silence tabou.

Pablo Larraín est un cinéaste chilien remarqué à Cannes pour ses films NO sorti en 2012 et TONY MANERO en 2008, ainsi qu'à la Mostra de Venise avec SANTIAGO 73 POST MORTEM sorti en 2010. Son nouveau métrage, EL CLUB est une immersion dans un film social abordant un s{Photo 2 de El Club} ujet tabou de nos sociétés. Le film traite d'un drame intime bouleversant, touche aux perversions, à la culpabilité et à l'amoralité. Ce thriller dramatique nous plonge dans les abîmes des secrets de l'Église.

Les premières images de EL CLUB éveillent la curiosité. Tout d'abord, avec cette luminosité très vive et très bleutée : le bleu de la mer ressort ainsi que celui du ciel. C'est un bleu à la fois doux et austère, froid et distant, qui évoque les lumières froides des pays scandinaves. Puis le choix d'une focale de grand angle rappelle l'image magnifique des films de Terrence Malick. D'ailleurs l'approche poétique et l'évocation de la puiss{Photo 3 de El Club} ance des sentiments des personnages par des plans contemplatifs se retrouvent également dans la mise en scène léchée de Pablo Larraín. Sa manière de poser la caméra, de capter le regard de ses acteurs, de les filmer de près, avec la déformation du grand angle, sans se soucier de la beauté, cherchant les défauts de l'humanité avec cette image à la fois ciselée et pourtant proche du documentaire, étonne et déroute le spectateur. Surtout, il y a toute cette contemplation qui pousse à l'admiration presque sacrée de ces décors sublimes, naturels que concentre le silence qui entoure ces prêtres isolés.

Mais ce qui surprend le plus c'est la manière d{Photo 4 de El Club} ont le réalisateur chilien aborde la thématique délicate du honteux secret de l'Église à savoir la pédophilie chez les prêtres. Bien sûr, le film plante rapidement une atmosphère étouffante, gênante, tout en laissant une part d'humanité à travers des moments de maladresse. Le regard que porte le réalisateur conserve une humanité tout en pudeur, tout en mettant ses personnages dans des situations critiques hautement révélatrices. Mais le portrait qu'il fait de ses protagonistes est loin d'être manichéen. Il laisse à la société et au spectateur le soin de juger, mais surtout de comprendre.

Ce qui est très intéressant est indéniablement le personnage de Sandokan. Élément déclencheur du film, antagoniste des prêtres, marginal et vagabond, c'est un ancien enfant abusé qui clame à haute voix et sans pudeur, dans des détails qui choquent et frappent, tous les abus qu'il a subi sans sembler y porter de jugement. Véritable tornade par l'impact qu'il a sur le village et sur les prêtres, il est l'incarnation même des conséquences de ces actes masqués par l'Église et sans nul doute, la voix du réalisateur, qui sans jugement, montre au public quelque chose qu'on a cherché à lui cacher.

EL CLUB est un film d'une beauté plastique et d'une profondeur vraiment touchante. À découvrir de toute urgence !

Sophie Schweitzer
05/05/2016
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez El Club ?
Trailer El Club
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €