El Kebir, fils de Cléopâtre

Il figlio di Cleopatra


ORIGINE
Italie-Egypte
El Kebir, fils de Cléopâtre Affiche

ANNEE
1964
REALISATION

Ferdinando Baldi

INTERPRETES
Mark Damon
Scilla Gabel
Paolo Gozlino
AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Lecouffe
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'espion qui venait du surgelé
Le prix du danger
Glissements progressifs du plaisir
Le manoir de la terreur
Barbe-Bleue
La Horde Sauvage
Les Yeux Sans Visage
Mad Max
Suspiria
Zu Les Guerruers De La Montagne Magique

Critique El Kebir, fils de Cléopâtre
{Photo 1 de El Kebir, fils de Cléopâtre} Au premier siècle avant Jésus-Christ, l'Egypte est gouvernée, au nom de Rome, par le tyran Petrone qui asservit le pays et pille ses richesses. Mais depuis quelque temps, une tribu nomade du désert lui tient tête et inflige des défaites à son armée ; le vil Romain décide de tout faire pour capturer le meneur de cette rébellion, le valeureux El-Kébir. Alors que ce dernier apprend qu'il est en fait le fils caché (car menacé de mort) de César et de Cléopâtre, son frère Ouro est capturé et assassiné par Pétrone qui pensait détenir El-Kébir. Notre héros fait alors enlever Livie, la propre fille du tyran qui finit par épouser la juste cause des Egyptiens et par...tomber amoureuse de El-Kébir. Leur idylle triomphera -t-elle de l'adversité ? Parviendront-ils à vaincre l'infâme Petrone et à rendre sa liberté au peuple opprimé ?

Après avoir co-réalisé quelques productions italo-am{Photo 2 de El Kebir, fils de Cléopâtre} éricaines au tout début des années 60 (LES TARTARES avec Richard Thorpe en 1961), Ferdinando Baldi signera quelques bandes d'aventures avant de se spécialiser quasi-uniquement dans le western. Il a alors oscillé entre le bon (TEXAS, ADIOS avec Franco Nero, 1966), le délirant (BLINDMAN, 1971, avec Ringo Starr) et le médiocre (la série des « Trinita » avec Terence Hill) avant d'aligner les films de commande jusqu'au milieu des années 80 (on pourra retenir le malsain TERROR EXPRESS, 1979). EL KEBIR, FILS DE CLEOPATRE sort en 1964, année cruciale en Italie qui voit le néo-western lancé par Sergio Leone balayer à jamais le genre péplum/aventure (le « sword and sandal ») qui triomphait jusqu'alors. Le film de Ferdinando Baldi est donc un des ultimes représentants de ce genre populaire, à mi chemin entre la série A (nous avons ici un budget confortable permettant un tournage en d{Photo 3 de El Kebir, fils de Cléopâtre} écor naturel en Egypte, de nombreux figurants, une musique signée du maestro Carlo Rustichelli...) et la série B (tournage à peu de frais, acteurs de second plan, décors intérieurs un peu « cheap »,...). La majeure partie du film se déroule donc dans le désert égyptien où se trouvent le campement de la tribu de El-Kébir et les oasis où auront lieu les combats à cheval entre les nomades et les Romains ; ce cadre naturel est bien mis en valeur, son immensité bien retranscrite grâce à un efficace format 2.35 et l'utilisation presque systématique de plans très larges. Mais cet espace à la fois fascinant, inquiétant, insaisissable, est réduit à un aspect purement fonctionnel (un simple décor) et les quelques scènes de combat qui s'y déroulent manquent réellement de souffle épique et d'impact (pour cela, plutôt revoir LAWRENCE D'ARABIE de David Lean, 1962). De même, il manque au{Photo 4 de El Kebir, fils de Cléopâtre} film une vraie tension dramatique : le frère du héros, prisonnier de Petrone, meurt en quelques instants, la fille du tyran (Scilla Gabel, la Elsie de LE MOULIN DES SUPPLICES de Giorgio Ferroni, 1960, ici scandaleusement sous-employée) se range du côté de El-Kébir en quelques minutes et le seul adversaire égyptien du héros lui fera amende honorable après un bref petit duel. L'amateur d'action devra se contenter d'une séquence assez réussie au cours de laquelle les jeux du cirque sont transposés dans le désert, sous l'œil cruel de Petrone. Des captives égyptiennes y sont enchaînées tandis que des chars armés de pointes dentées (merci BEN-HUR !) les lacèrent à chaque passage avant que n'intervienne El-Kébir qui combattra le chef des gladiateurs au fléau. Ceci est bien mince et ne saurait faire oublier les nombreux moments où l'on s'ennuie gentiment faute de péripéties et de rythme narratif satisfaisant (de nombreuses scènes se déroulant dans le campement nomade tiennent plus du « remplissage » et celles mettant en scène Petrone ne font pas progresser l'action). Ce n'est malheureusement pas non plus la « love-story » entre El-Kébir et Livie qui tirera le film vers des sommets d'émotion puisqu'elle est traitée de manière anecdotique (un seul petit baiser vite fait !). Dans le rôle du fils de Cléopâtre, Mark Damon (héros du segment « Les Wurdalak » de LES TROIS VISAGES DE LA PEUR de Mario Bava, 1963) manque de charisme et de densité tandis que Scilla Gabel semble elle aussi s'ennuyer dans un rôle purement « décoratif ». On l'aura compris, EL KEBIR, FILS DE CLEOPATRE peut se regarder sans déplaisir mais il manque cruellement de saveur, de rythme et de profondeur ; la rareté du film fait qu'il mérite néanmoins un petit coup d'œil...

Alexandre Lecouffe
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
El Kebir, Fils De Cléopatre + Joseph Vendu Par Ses Frères DVD Zone 2 15 €
Vous aimez El Kebir, fils de Cléopâtre ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette El Kebir, fils de Cléopatre + Joseph vendu par ses frères - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €