Far West Story

La banda J.S: Cronaca criminale del Far West


ORIGINE
Italie-Espagne
Far West Story Affiche

ANNEE
1972
REALISATION
Sergio Corbucci
INTERPRETES
Tomas Milian
Susan George
Telly Savalas
Critique Far West Story
{Photo 1 de Far West Story} Sergio Corbucci est une des figures incontournables du cinéma de genre italien des années 60 et 70, un des trois grands « Sergio » (avec Leone et Sollima) du western transalpin auquel il aura donné entre autres réussites deux œuvres importantes et désormais cultes : DJANGO (1966) et LE GRAND SILENCE (1968). Le réalisateur débute dans les années 50 avec une série de films dramatiques marqués par l'influence du néo-réalisme avant de se tourner vers un cinéma plus populaire, alignant alors plusieurs titres avec le comique Toto. A l'aube des années 60, Sergio Corbucci signe ou co-signe quelques peplums (LE FILS DE SPARTACUS avec Steve Reeves, 1962) avant de se spécialiser dans le western, qu'il a été le premier à lancer en Italie, en même temps que son ami Sergio Leone. Outre les deux titres majeurs pré-cités, Sergio Corbucci est également l'auteur d'une remarquable « trilogie mexicaine » (LE MERCENAIRE, 1969 ; COMPANEROS, 1970 ; MAIS QU'EST-CE QUE JE VIENS FOUTRE AU MILIEU DE CETTE REVOLUTION ? 1972) qui mêle humour et regard critique sur les idéaux révolutionnaires. Malheureusement{Photo 2 de Far West Story} , le réalisateur va ensuite se fourvoyer dans les comédies lourdingues avec le duo Bud Spencer/Terence Hill (SALUT L'AMI, ADIEU LE TRESOR, 1981) et terminer sa carrière à la télévision, léguant une filmographie faite de (très) hauts et de (très) bas.

Jed, un petit bandit qui se rêve en Robin des Bois, est traqué par le shérif Franciscus auquel il a récemment échappé. Alors que Jed est sur le point de tomber dans un piège, il est sauvé par Sonny, une jeune fille sans attache qui est amoureuse de lui. Peu scrupuleux et peu attiré par la jeune femme, le hors-la-loi accepte une proposition de la « revendre » dans un bordel puis change d'avis in-extremis, touché par l'amour que lui porte Sonny. Il décide alors de la former au métier de bandit et tous deux commencent avec succès une série de vols et de hold-ups. Mais les deux tourtereaux sont bien vite talonnés par des chasseurs de prime et par la bande du cruel Franciscus...

Tourné à une période où le western italien s'éteignait ou sombrait dans la parodie et la farce (ON CONTINUE DE L'APPELER TRINITA de Enzo Barboni, 1971), FAR WEST{Photo 3 de Far West Story} STORY est lui aussi marqué par la tonalité légère et humoristique qui dominait le genre et finirait par l'enterrer. Nous sommes donc à des années-lumière de l'ultra-violence de DJANGO ou du pessimisme abyssal de LE GRAND SILENCE et plus proche de l'esprit sarcastique qui animait la « trilogie mexicaine » sus-citée dans laquelle l'humour était déjà présent. Il se manifeste ici de façon constante, à travers son protagoniste à la fois roublard et naïf, truculent et désarmant puis dans la relation chaotique qu'il va entretenir avec sa compagne "imposée".Tomas Milian campe avec la verve qu'on lui connaît un personnage proche du « peon » qu'il interprétait dans de nombreux westerns se déroulant au Mexique (COLORADO de Sergio Sollima, 1967) et Susan George (tout juste sortie de l'enfer de LES CHIENS DE PAILLE de Sam Peckinpah, 1971) prouve qu'elle est une actrice très crédible dans un rôle à la « Calamity Jane » qu'elle reprendra presque à l'identique deux ans plus tard dans l'excellent LARRY LE DINGUE,MARY LA GARCE de John Hough. Si FAR WEST STORY est fortement travaillé par des archétypes{Photo 4 de Far West Story} , des thèmes et une structure propres aux films du « Nouvel Hollywood » (le couple de BONNIE AND CLYDE de Arthur Penn, 1967, la contre-culture « hippie » dont on retrouve des bribes chez Jed, le « road-movie »...), il parvient néanmoins à mettre en place un dispositif narratif et thématique qui lui est propre. En effet, l'histoire de Sonny et Jed a tout d'un récit picaresque dans lequel aucun des traits principaux de ce genre n'est omis depuis les origines « basses » du anti-héros (ou « picaro ») qui rêve de changer sa condition sociale, son échec, sa repentance, jusqu'à la forme naturaliste et satirique qu'adopte le film. Ce dernier aspect, très présent dans les westerns « mexicains » à tendance marxiste de Sergio Corbucci, est ici plus allégé : on se contentera de quelques envolées verbales pseudo-révolutionnaires de Jed et d'une séquence un peu caricaturale montrant le couple dépouiller de riches propriétaires terriens décrits comme oisifs, mesquins ou dégénérés (l'aristocrate nymphomane kidnapée qui harcèle Jed sexuellement !). Mais l'apport essentiel du film tient surtout à la place inattendue qu'il confère au personnage de Sonny : au départ simple gamine enamourée, prête à toutes les vexations pour rester dans l'ombre de son homme, elle évolue au contact des épreuves et des trahisons pour se muer en femme émancipée et libre de ses choix. Si les nombreuses « scènes de ménage » qui émaillent le récit participent à sa tonalité humoristique, le film n'en propose pas moins un portrait féminin à la fois mature et affiné, fait assez unique dans le western (surtout italien !) et qu'il faut donc souligner. En dépit de ses nombreux atouts (on ne s'ennuie jamais à suivre cette petite « chronique criminelle du Far West »), FAR WEST STORY reste un opus mineur, un peu trop anecdotique sûrement (à l'image du personnage de méchant interprété par un Telly Savalas sous-exploité) et auquel il manque l'énergie lyrique de DJANGO ou la profondeur satirique de COMPANEROS. Sergio Corbucci reviendra une dernière fois au western (comique) avec le pénible LE BLANC, LE JAUNE ET LE NOIR (1975) puis le genre aura droit à un enterrement de première classe avec KEOMA (1976) de Enzo G.Castellari.

Alexandre Lecouffe
26/04/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Alexandre Lecouffe
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
La vengeance de Lady Morgan
Et mourir de plaisir
Le monstre au masque
Dark Star
En quatrième vitesse
La Horde Sauvage
Les Yeux Sans Visage
Mad Max
Suspiria
Zu Les Guerruers De La Montagne Magique


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Far West Story DVD Zone 2 25 €
Vous aimez Far West Story ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Far West Story - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    25€
Moteur de recherche