Faux-Semblants

A Kiss Gone Bad


ORIGINE
USA
Faux-Semblants Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2004
AUTEUR

Jeff Abbott

AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The Burbs
La Vallée du solitaire
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Critique Littéraire Faux-Semblants
L'action se situe dans une petite ville du Texas. Le fils d'une sénateur y est découvert, mort. Tout a l'apparence du suicide, mais le juge Mosley, juge de paix atypique du coin, pressent quelque chose de différent. Entre la carrière secrète de star du porno de Pete Hubble, la victime, son enquête sur la disparition de son frère, des années auparavant, les fausses pistes et la disparition de jeunes femmes, Mosley aura fort à faire pour démêler le vrai du faux.

Jeff Abbott est un auteur américain qui, après avoir fait des études de lettres, se lance dans l'écriture de romans. FAUX-SEMBLANTS est son troisième livre, et le premier ayant pour héros le juge de paix Mosley et l'enquêtrice Salazar, des personnages qui deviendront récurrents dans son œuvre.

Des les premières pages, le lecteur est saisi par la fluidité de l'écriture. Simple mais agréable, FAUX-SEMBLANTS se lit vite et sans ennui. Du moins au début car, rapidement, quelque chose cloche un peu. Certes, les personnages sont un peu caricaturaux et leurs traits un peu forcés (le juge Mosley, qui ne s'habille qu'avec des short et des chemisesde toutes les couleurs par exemple) mais ce n'est pas ce qui dérange le plus. Ce qui gène, c'est toute la partie tournant autour du monde du porno. La victime y ayant officié longuement, et un des personnages important du livre étant sa compagne, actrice et réalisatrice de ce genre de films, une grande partie de l'intrigue s'y intéresse. Et, s'il est normal que nombre de personnages méprisent cet univers (la sénatrice craignant un scandale, les Texans vieux jeux), le lecteur a rapidement l'impression que le propos dépasse le cadre des personnages pour refléter l'opinion de l'auteur. Ainsi, à longueur de temps, l'écriture laisse entendre qu'on ne peut s'engager dans le X que si on a eu une enfance malheureuse, une vie triste, et bien d'autre choses et, bien évidemment, Velvet Mojo (compagne de la victime) finira par se repentir, par abandonner le porno et par devenir une femme respectable.

Le propos devient ainsi un peu dérangeant par son côté moralisateur, et finit par agacer, et le lecteur ne continue à lire que parce qu'il désire tout de même connaître le fin mot de l'histoire. Et là, une agréable surprise attend les personnes lisant le livre jusqu'au bout. L'identité du serial killer officiant dans les parages est on ne peut plus surprenante, de même que ce qui est arrivé au frère de la victime, des années avant le début de FAUX-SEMBLANTS.

Ainsi, si souvent, des polars passionnants s'effondrent dans leur final, FAUX-SEMBLANTS est tout l'inverse. Agaçant jusqu'à un final passionnant, il ne donnera pas forcément envie de suivre la suite des aventures de Mosley et Salazar, mais se laisse lire en laissant une impression mitigée, mais pas totalement négative.

Yannik Vanesse
04/07/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique
Vous aimez Faux-Semblants ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €