Frankenstein et le Monstre de l'Enfer

Frankenstein and the Monster from Hell


ORIGINE
Grande-Bretagne
Frankenstein et le Monstre de l'Enfer Affiche

ANNEE
1973
REALISATION

Terence Fisher

INTERPRETES
Peter Cushing
Shane Briant
Madeline Smith
David Prowse
John Stratton
AUTEUR DE L'ARTICLE: Eric Escofier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Frankenstein 1970
Monolith Monsters
Leech Woman
The Deadly Mantis
L'Oasis des Tempêtes
La Malédiction d’Arkham
Le Bal des Vampires
Le Cimetière des Morts-Vivants
Les Maîtresses de Dracula
L’Empreinte de Frankenstein

Critique Frankenstein et le Monstre de l'Enfer
{Photo 1 de Frankenstein et le Monstre de l'Enfer} FRANKENSTEIN ET LE MONSTRE DE L'ENFER clôture les aventures fishériennes du Baron de Frankenstein. Durant 5 films, le spectateur a pu assister aux différentes évolutions des travaux du célèbre Baron. C'est tout d'abord la naissance d'une créature horrible dont la tête renferme le cerveau d'un brillant professeur et dont les mains sont celles d'un célèbre sculpteur (FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE). Puis, nous avons eu droit à l'être parfait devenu criminel par la faute d'un geôlier ivrogne (LA REVANCHE DE FRANKENSTEIN). Nous assistâmes ensuite au transfert d'une âme dans une autre enveloppe charnelle (FRANKENSTEIN CREA LA FEMME). Vint alors le succès d'une trépanation (LE RETOUR DE FRANKENSTEIN). Dans ce testament qu'est LE MONSTRE DE L'ENFER,{Photo 2 de Frankenstein et le Monstre de l'Enfer} nous voilà de retour à la case départ !

Frankenstein revient à ses premières amours et créé une nouvelle créature encore plus monstrueuse et meurtrière que celle de FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE, malgré son intelligence manifeste.

Nous sommes ici en 1973 et la Hammer est sur le déclin et Michael Carreras n'est plus producteur. Après Aïda Young, c'est Roy Skeggs qui sera le dernier commanditaire des films Hammer. Ceux-ci termineront leur épopée en 1976 avec le film de Peter Sykes UNE FILLE POUR LE DIABLE dans lequel on retrouvait Christopher Lee, Richard Widmark et Nastassiya Kinsky.

LE MONSTRE DE L'ENFER souffre de l'absence des maîtres d'oeuvre qui avaient fait la renommée des studios Hammer. Derrière la caméra, on ne trouve ni Jack Asher, ni Arthur Grant, mais Brian Forbyn et son travail n'est pas à la hauteur de celui de ses prédécesseurs. De même, le laboratoire de Frankenstein n'a plus l'opulence de ceux confectionnés par Bernard Robinson à l'occasion des précédents Frankenstein. Même la partition musicale de James Bernard semble emphatique et manque de nervosité.

Cependant, il faut avouer que le script écrit par John Elder est agréablement délirant. Frankenstein a échoué dans un asile psychiatrique où il cherche à se faire oublier pour continuer malgré tout ses travaux. La chance lui sourit lorsqu'un nouvel arrivant débarque dans l'asile, le Docteur Simon Elder qui vient d'être condamné pour sorcellerie. C'est avec sa complicité ainsi que celle de Sarah, la propre fille du Directeur de l'établissement, que le célèbre professeur incarné par Peter Cushing va pouvoir continuer ses maléfiques expériences. Comme d'habitude, elles se solderont par un nouvel échec qui n'entamera pas pour autant la motivation de Frankenstein, déjà prêt à recommencer ! Malheureusement la Hammer n'accorda aucun crédit à Terence Fisher, malade, et lui refusa la mise en chantier de nouvelles aventures.

On retrouve avec plaisir Peter Cushing qui reprend avec verve son rôle fétiche. Le visage émacié, les cheveux légèrement bouclés, il reprend avec fougue ses travaux qu'il avait laissés en plan après LE RETOUR DE FRANKENSTEIN... Ses mains brûlées laissent à penser que FRANKENSTEIN ET LE MONSTRE DE L'ENFER en est une suite directe et qu'il a hérité de ces cicatrices à l'occasion de son final. Ici, Frankenstein n'a perdu ni sa suavité coutumière ni son machiavélisme. Il fait chanter le directeur de l'asile, pousse ses malades au suicide, s'octroie la présence de la propre fille du directeur pour ses travaux et songe même à l'accoupler avec sa créature ! David Prowse incarne pour la deuxième fois le rôle du monstre après LES HORREURS DE FRANKENSTEIN de Jimmy Sangster en 1971. Plus tard, il sera Darth Vador dans la Saga de la GUERRE DES ETOILES.

Dernière oeuvre de Terence Fisher, FRANKENSTEIN ET LE MONSTRE DE L'ENFER (dont le titre ridicule fut imposé par les producteurs) reste un film émouvant même s'il n'arrive pas à la cheville des meilleurs films de Terence Fisher.

Eric Escofier
22/12/2009
Cet article est paru dans Sueurs Froides n°29
Cliquer ici pour télécharger ce numéro
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Frankenstein Et Le Monstre De L'enfer DVD Zone 2 12.75 €
Vous aimez Frankenstein et le Monstre de l'Enfer ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Frankenstein et le monstre de l'enfer - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    12.75€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €