Full Moon Scimitar

Yuan yue wan dao


ORIGINE
Hong Kong
Full Moon Scimitar Affiche

ANNEE
1979
REALISATION

Chu Yuan

INTERPRETES
Derek Yee
Lisa Wong
Meg Lam
Yueh Hua
Norman Chu
Johnny Wang
Critique Full Moon Scimitar
{Photo 1 de Full Moon Scimitar} Moins connu que son compatriote Chang Cheh, le cinéaste Chu Yuan a néanmoins livré une bonne poignée de chef d'œuvres pour le compte de la Shaw Brothers. Parmi ses plus grandes réussites citons INTIMATE CONFESSIONS OF A CHINESE COURTESANE, LA GUERRE DES CLANS, LE COMPLOT DES CLANS, LE TIGRE DE JADE et LE SABRE INFERNAL, tous édités en France en DVD. Mais sa pléthorique production n'est pas toujours d'un aussi bon niveau et il faut avouer que FULL MOON SCIMITAR s'avère plutôt décevant. L'intrigue, pourtant, se révèle un peu plus originale que de coutume et, aux habituels (et parfois lassants) complots entre les différents clans martiaux, Chu Yuan ajoute une dimension fantastique par la présence d'une Renarde, une belle fantôme de la myth{Photo 2 de Full Moon Scimitar} ologie chinoise tombant amoureuse du héros.

Tout commence par les exploits du jeune Ding, détenteur d'une technique martiale infaillible appelée la "shooting star". Il parcourt le pays en vue de défier les plus grands maîtres et, sur sa route, croise le chemin d'une jeune femme dont une poignée de bandits veulent abuser. Le chevalier la sauve et la belle l'invite dans son lit en guise de remerciement mais, au matin, Ding constate que son précieux manuel de kung fu (refrain connu!) lui a été dérobé. La jeune femme est, en réalité, l'épouse de son rival lequel lui a tendu un piège. Le mécréant bat notre héros et l'humilie publiquement en le traitant de voleur. S'en est trop pour Ding qui s'enfuit et songe au suicide...mais une belle Renarde le{Photo 3 de Full Moon Scimitar} sauve et lui enseigne la maîtrise d'une arme redoutable: le "scimitar" en forme de lune.

Voilà pour le début d'une intrigue qui, comme souvent chez Chu Yuan, part ensuite dans tous les sens en multipliant les fausses pistes, les rebondissements et les trahisons en tous genre. Au risque, évidemment, de perdre le spectateur d'autant que le scénario recèle plusieurs trous importants. Autre point plutôt génant, le héros n'est pas non plus particulièrement sympathique et il semble même un peu stupide. Un choix discutable, d'autant que Chu Yuan le suit tout au long du récit, se focalisant sur ce personnage quelque peu énervant au détriment des nombruex autres protagonistes, à peine esquissés.

Le final, abrupt, constitue une véritable déception{Photo 4 de Full Moon Scimitar} et les révélations en cascades (en particulier l'imbuvable twist final) semblent toutes plus poussives les unes que les autres. Il est plutôt désagréable de terminer un métrage sur la tenace impression de s'être fait avoir sur toute la longueur et, dans l'ensemble, FULL MOON SCIMITAR s'avère donc assez raté. Les qualités habituelles du cinéaste (décors féeriques bien exploités, climat onirique, éclairages travaillées et costumes somptueux) sauvent heureusement les meubles et évitent au film d'être vraiment pénible à suivre mais le tout n'est guère convaincant pour autant. Reste quelques chorégraphies efficaces et entraînantes (qui, comme toujours chez Chu Yuan, servent le récit sans le phagocyter complètement), ainsi qu'un romantisme indubitablement naïf mais dont la fraîcheur est plutôt réussie en ces temps de cynisme triomphant.

Toutefois, le nombre de métrage de Chu Yuan vus précédemment risque d'influencer positivement ou négativement l'impression générale devant ce FULL MOON SCIMITAR, lequel risque de plaire davantage aux novices du cinéaste, et du Wu Xia pian ("ouah, le kung fu ce n'est pas que des bastons, c'est aussi de la romance, du mystère et de beaux jeunes gens bien habillés qui se battent pour de belles jeunes filles elles aussi bien habillées") plutôt qu'aux déjà convaincus. Ceux-ci se reporteront avantageusement aux vrais classiques de Chu Yuan cités plus haut et ne jetteront qu'un œil distrait à ce titre indubitablement mineur mais néanmoins distrayant.

Frédéric Pizzoferrato
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
3 pistolets contre César
Comment claquer un million de dollars par jour
Le Triangle du diable
L'agent invsible contre la Gestapo
Deux nigauds et l'homme invisible
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Full Moon Scimitar Epuise/out Of Print DVD Zone 3 NC €
Vous aimez Full Moon Scimitar ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Full Moon Scimitar EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 3
    DVD Zone 3
    NC€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €