Gamera contre Viras - Les monstres attaquent

Gamera Vs Viras


ORIGINE
Japon
Gamera contre Viras - Les monstres attaquent Affiche

ANNEE
1968
REALISATION

Noriaki Yuasa

INTERPRETES
Tôru Takatsuka
Carl Craig
Kôjirô Hongô
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Virginien - Saison 4 - volume 1
Body girls
Let's get physical
Cheeseburger Film Sandwich
3 pistolets contre César
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer

Critique Gamera contre Viras - Les monstres attaq
{Photo 1 de Gamera contre Viras - Les monstres attaquent} Quatrième épisode des aventures de la torture géante Gamera, grande concurrente de Godzilla, ce métrage témoigne de l'infantilisation galopante de la saga et du je-m'en-foutisme sidérant des producteurs qui recyclent près de 20 minutes d'images provenant des trois premiers films pour atteindre la durée réglementaire. Dès l'entame, l'autrefois effrayante créature est présentée comme la protectrice de la Terre capable de contrer n'importe quelle invasion extra-terrestre. Elle le prouve d'ailleurs en exterminant un vaisseau d'envahisseurs avant que ne retentisse une chanson aux paroles naïvement risibles (« tu es fort Gamera, monstres de l'espace prenez garde »). Noriaki Yuasa, maitre d'œuvre de l{Photo 2 de Gamera contre Viras - Les monstres attaquent} a série, prend une nouvelle fois place dans le fauteuil de metteur en scène mais ne parvient toujours pas à élever le produit, lequel apparait comme un piètre ersatz des Godzilla les plus juvéniles.

Vaincus par Gamera lors d'une première tentative de conquête de notre planète, de méchants Aliens cherchent la seule faiblesse de la tortue géniale. Pendant ce temps, deux insupportables boy-scouts, Masao et Jim, s'amusent au volant (?!) d'un mini submersible. Ils croisent Gamera et Jim s'inquiète de la taille cyclopéenne de la bête mais Masao le rassure : « Gamera aime les enfants ». Toutefois, la première idée des envahisseurs est de découvrir ses faiblesses.

L'entreprise, accomplie via des flashba{Photo 3 de Gamera contre Viras - Les monstres attaquent} cks des trois premiers longs-métrages, occupe une quinzaine de minutes et nous rappelle les précédents affrontements entre Gamera et des adversaires comme Barugon ou Gaos. Par la suite, les extraterrestres décident d'exploiter la seule faiblesse de la tortue, à savoir sa compassion vis-à-vis des ch'tis n'enfants. Ils capturent les deux scouts et forcent Gamera à anéantir l'humanité. Heureusement, les gamins parviennent à s'échapper. A court de ressources, les Aliens envoient un nouveau monstre indescriptible proche du calamar combattre la tortue volante.

En dépit d'une durée restreinte à seulement 81 minutes, GAMERA CONTRE VIRAS parait bien longuet et languissant. Les scènes se déroulant à bord du vaisseau extraterrestre paraissent, en effet, interminables et incluent, notamment, les efforts des deux boy-scouts pour obtenir un couteau de la part d'un ordinateur dispensateur de nourriture. Tout cela se traine et manque de rythme ou d'humour quoique le design rétro-futuriste du vaisseau possède un certain charme pour les plus conciliants.

Les quinze bonnes (façon de parler) minutes de flashbacks rendent, elles-aussi, le film indigeste mais, heureusement, la dernière demi-heure rehausse légèrement le niveau et implique des scènes raisonnablement efficaces de destructions massives élaborées avec des effets spéciaux au charme suranné. Cependant, pour économiser encore davantage sur un budget sans doute miséreux, les passages au cours desquels la tortue, manipulée par les Aliens, s'en prend à Tokyo sont, une fois de plus, des images d'archives du premier GAMERA. La désinvolture absolue de l'entreprise transparait dès lors puisque ces séquences en noir et blanc sont intercalées sans remords ni explications à une production en couleur !

Handicapé par la présence pénible de deux héros boy-scouts, l'intrigue peine à passionner et GAMERA CONTRE VIRAS ne fonctionne guère, d'autant que les flashbacks, issus des épisodes antérieurs de la saga, rendent l'ensemble antipathique. Seuls les inconditionnels indulgents de Kaiju Eiga trouveront leur bonheur à la vision de cette curiosité bien peu inspirée.

Frédéric Pizzoferrato
31/01/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
Vous aimez Gamera contre Viras - Les monstres attaquent ?
Trailer Gamera contre Viras - Les monstres attaquent
Tags du film
Gamera, Kaiju eiga
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €