Gamera le monstre géant

Daikaijû Gamera


ORIGINE
Japon
Gamera le monstre géant Affiche

ANNEE
1965
REALISATION

Noriaki Yuasa

INTERPRETES
Eiji Funakoshi
Harumi Kiritachi
Junichirô Yamashiko
Critique Gamera le monstre géant
{Photo 1 de Gamera le monstre géant} Au Japon, les monstres géants forment une institution et, derrière l'immense succès jamais démenti de Godzilla, les suiveurs se bousculent au portillon, affublés de patronymes exotiques comme Barugon, Varan, Rodan, etc. Toutes ces créatures, épigones du roi des monstres, connurent pour la plupart une existence éphémère et ne parvinrent point à s'imposer dans le cœur des zélateurs du Kaiju Eiga.

Pourtant, décidé à contrecarrer la suprématie de la Toho, qui règne sans partage sur le genre depuis GODZILLA en 1954, le studio rival Daiei lance, au milieu des années '60, la première aventure de la tortue géante Gamera. Ce nouveau monstre gagne rapidement des adeptes, au point que six suites seront produites en autant d'années. Un film de montage fut également présenté en{Photo 2 de Gamera le monstre géant} 1980 sous le titre GAMERAK (sic !). Après une longue éclipse, la bestiole revint sur les écrans pour une trilogie de haute volée, entamée avec GAMERA GARDIEN DE L'UNIVERS, sous la direction de Shūsuke Kaneko. Quelques années plus tard, un ultime long-métrage, destiné à un public juvénile, apparu sur les écrans : GAMERA THE BRAVE.

Revenir aux sources de cette populaire franchise s'apparente malheureusement à une déception tant la première aventure de la monstrueuse tortue souffre de la comparaison avec GODZILLA, en tout point supérieur.

L'écrasement d'un avion de chasse au cœur de l'Arctique cause une gigantesque explosion nucléaire qui réveille de son sommeil séculaire une tortue gigantesque. Les indigènes y reconnaissent la légendaire Gamera, venue tout droit{Photo 3 de Gamera le monstre géant} de l'Atlantide engloutie. Apparemment invulnérable, Gamera peut absorber les flammes et les recracher sous forme de rayons dévastateurs. Son unique point faible réside dans son incapacité à supporter de très basses températures. Tandis que les militaires essaient de stopper Gamera, un gamin, Yoshio, tente, pour sa part, de la sauver.

Dernier Kaiju tourné en noir et blanc, GAMERA LE MONSTRE GEANT souffre terriblement de ses contraintes budgétaires et de son manque d'ambition. Le scénario, tout d'abord, se contente de singer GODZILLA dont il reprend toutes les péripéties : créature légendaire tirée de son sommeil par une explosion atomique, opposition des scientifiques et des militaires sur la manière de gérer le problème, destructions en série,...A cela s'ajoute des caractéristiques communes aux deux monstres: feu ravageur, cri strident, invulnérabilité, etc. Toutefois, si Gamera est envisagée comme une force destructrice, elle n'est pas, pour autant, considérée comme strictement maléfique mais s'apparente plutôt à une catastrophe naturelle. Le monstre s'attire même la sympathie d'un insupportable bambin, véritable plaie du Kaiju tenté par une juvénilisation effrénée afin de s'attirer les faveurs d'un public avide de monstre en peluche et grand consommateur de produits dérivés.

Au niveau des moyens investis, GAMERA LE MONSTRE GEANT s'apparente, hélas, à un parent pauvre du dinosaure atomique de la Toho : les effets spéciaux sont rarement convaincants, le costume de la créature ne fait guère illusion et les maquettes manquent de finition. Les passages de destructions massives sont par contre efficaces mais, hélas, peu nombreux. Heureusement, le rythme est enlevé en dépit des habituels babillages sans intérêt (Gamera surgit des glaces après quelques minutes et reste présente à l'écran une bonne partie du métrage, lequel ne dure d'ailleurs qu'environ une heure vingt, ce qui semble bien suffisant).

Le climax, au cours duquel la tortue est prise au piège d'une fusée puis envoyée vers la planète Mars, constitue cependant une bonne idée adroitement mise en images.

Dans l'ensemble, GAMERA se regarde sans déplaisir. Aujourd'hui terriblement daté, le long-métrage s'est paré d'un charme nostalgique agréable qui évite tout ennui même si le film ne soutient jamais la comparaison avec ses modèles. A voir par curiosité.

Frédéric Pizzoferrato
24/11/2013
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'agent invsible contre la Gestapo
Deux nigauds et l'homme invisible
La vengeance de l'homme invisible
Le Retour de l'Homme Invisible
Moonwalkers
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Gamera Classique (coffret 1) DVD Zone 2 40 €
Vous aimez Gamera le monstre géant ?
Trailer Gamera le monstre géant
Tags du film
Gamera, Kaiju eiga
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Gamera classique (Coffret 1) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    40€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €