Garbage Rampage


ORIGINE
France
Garbage Rampage Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2014
AUTEUR

Julian C. Hellbroke

Critique Littéraire Garbage Rampage
« Un des rats claqua des dents et sa machoire se referma sur le mollet droit du flic, qui cria de douleur. Les dents transpercèrent la chair comme un poinçon, creusant jusqu'à l'os, qui s'effrita sous l'assaut. »

(P. 105)

Avec GARBAGE RAMPAGE, joliment dédié à James Herbert (génial auteur de la trilogie des RATS) Trash Editions donne dans le roman gore ultra référentiel, pour notre plus grand plaisir.

Julian C. Hellbroke est l'auteur, au Carnoplaste, des jouissifs GREEN TIBURON (entre Santo le catcheur masqué et l'Euro-spy), mais aussi de MIDGET RAMPAGE, un assez incroyable fascicule qui rend hommage à Nelson de la Rosa,le célèbre acteur nain malheureusement décédé (METALUNA 8 en fait un beau portrait). Ces fascicules délirants sont bien sûr cités dans GARBAGE RAMPAGE. Il n'y a pas de mal à se faire du bien !

De la Rosa a notamment joué les monstres dans RATMAN de l'Italien Anthony Ascott... Ce n'est évidemment pas un hasard, GARBAGE RAMPAGE décrit les horreurs cannibales perpétrées par des hommes-rats mutants en plein New-York ! C'est RATMAN 2, en quelque sorte. Puissance 1000.

1982. Un flic raciste et sa collègue, une Noire magnifique tout droit sortie d'un polar Blaxploitation, enquêtent sur ces meurtres atroces et enlèvements (les femmes). On pense aussi à un petit Gore sympathique, CAUCHEMAR A STATEN ISLAND de Gilles Bergal, d'ailleurs cité dans le texte. Un petit Gore qui n'était pas sans rapport avec le film culte CHUD, même si pour le coup il s'agissait bien d'une simple coïncidence. (Bergal est interviewé sur ses Gore/Fleuve Noir dans l'indispensable GORE DISSECTION D'UNE COLLECTION, de David Didelot).

New-York, à travers ses bas-fonds, est très bien décrite, par le moindre détail craspec et peu engageant. On s'attend presque à voir débarquer le Commandeur de Michel Honaker d'une page à l'autre. Mais non, nos flics sont livrés à eux-mêmes. Pas de super Combattant de l'Occulte pour venir les tirer des griffes acérées des hommes-rats, fruits d'une expérience que les hautes sphères cherchent à étouffer... par tous les moyens.

GARBAGE RAMPAGE est une excellente série B à l'américaine, qui fait parfois songer, au-delà de CHUD et RATMAN, à STREET TRASH (pour la Cour des Miracles des clochards qui fournit des infos à la police), tout en faisant un petit clin d'œil à l'occasion à BASKET CASE. Que du bon !

Les scènes d'agressions sont gore mais haletantes (l'un ne va pas forcément avec l'autre), le tout est très sanglant sans être répugnant ou malsain.

Pour Trash, Hellbroke a déjà signé (Degellüs !) le médiéval PESTILENCE, un véritable petit chef d'œuvre du genre. GARBAGE RAMPAGE est passionnant et se lâche difficilement (150 pages ! mais cela n'explique pas tout). Il reste quand même un peu plus faible, car nettement moins original.

La qualité de l'écriture (Hellbroke peut écrire un Série Noire quand il veut) emporte le morceau si l'on ajoute à cela des personnages très vivants et une atmosphère new-yorkaise littéralement palpable, et poisseuse.

Bienvenue dans un monde où les rats mutants engrossent des femelles humaines sur des tas d'ordures pour engendrer leur futur. Et oblitérer le nôtre.

Patryck Ficini
28/06/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Trois autres Romans Erotiques de la Brigandine
Massacre à Odessa
Heca-Tomb
Johnny Metal et le Dé de Jade
Wake the Dead
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Vous aimez Garbage Rampage ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €