Génération Clash


ORIGINE
France
Génération Clash Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
1983
AUTEUR

G. Morris-Dumoulin

Critique Littéraire Génération Clash
{Photo 1 de Génération Clash} L'histoire se déroule au 21ème siècle, mais un 21ème siècle futuriste plongeant l'histoire dans ce genre très intéressant qu'est l'anticipation. Les villes sont séparées en deux parties, les quartiers normaux, et les ghettos, appelés Quartier Balkanisés, ou, pour simplifier, QB. Les enfants reçoivent l'éducation via un système télévisuel, et sont devenus bien plus intelligents que leurs parents. Ne supportant pas les réactions rétrogrades et passéistes de certains, les châtiments corporels éventuels (fessées), ou punitions humiliantes à leurs yeux, certains se sont retranchés dans ces ghettos, où ils peuvent vivre libres. C'est là que se rend notre héros, bientôt douze ans, considéré comme un surdoué par ses professeurs télévisuels, après avoir subi une fessée déculottée. Il cherche à se plaindre de cette réaction qui n'a plus lieu d'être, mais ignore qu'il va mettre le feu aux poudres en déclenchant un mouvement de révolte contre les adultes.

Derrière le pseudo de G. Morris-Dumoulin se cache Gilles-Maurice Dumoulin. Né en 1924, il se lance très tôt dans la science-fiction et l'anticipation et écrit GEBERATION CLASH en 1983. Il s'agit du premier tome d'une trilogie. Il est toujours intéressant de voir une version de notre siècle, imaginée par un auteur passé. Ce roman, par bien des côtés, se montre en avance sur notre technologie, mais par d'autres, comme l'enseignement télévisuel, l'accroissement de séparation des ghettos, ou le choc des générations poussés à l'extrême, ne sont pas très loin de ce que nous vivons ou vers quoi nous semblons aller.

Ce qui marque immédiatement la lecture de GENERATION CLASH, c'est le style de G Morris-Dumoulin, tout simplement brillant. Ecrit à la première personne, le livre nous plonge dans les pensées et les actes de notre héros juvénile, et l'auteur parvient non seulement à rendre crédible l'âge du personnage principal, mais rend aussi vivant que réaliste ce 21ème siècle futuriste. En effet, l'auteur utilise un langage faussement familier, reprenant des mots d'un argot inventé, ainsi que certaines expressions. Grâce à sa plume, le lecteur ressent véritablement les pensées et sensations de son auteur, que ce soit ses doutes, ses convictions, ses espoirs, son humour, sa rage parfois. Et, quand ce jeune héros découvre l'amour physique pour la première fois, la beauté de l'acte, tout en hésitations et en découvertes, touche en plein cœur, tant G. Morris-Dumoulin sait nous fairepartager, par empathie, ce beau moment.

Si certains auteurs écrivent souvent volontairement comme on parle, pensant donner un sentiment de vie réaliste à l'univers dépeint, G Morris-Dumoulin prouve qu'il n'est pas aisé de le faire, mais qu'y parvenir donne un aspect délicieux à la lecture. Le héros réfléchit ainsi avec ses mots, médite sur tout, mais il est visible que l'auteur s'est donné beaucoup de mal pour obtenir ce résultat, et la lecture en est ainsi magnifique. Les personnages sont réfléchis, cohérents, loin d'être manichéens, et chaque protagoniste est vu par les yeux du héros, et donc de la jeunesse, et ils prennent une dimension encore supplémentaire.

L'auteur exploite des thématiques de crainte très présentes, à savoir celles de la rébellion de l'enfance. Ici, les mineurs de GENERATION CLASH deviennent des terroristes dangereux, mais si inoffensifs en apparence, cherchant à ce qu'on prenne en compte leurs revendications et souhaits. Bien exploitée, l'histoire, certes logique, ne baisse jamais dans sa tension, et nous emmène jusqu'à une fin aussi ironique que surprenante mais finalement, difficile d'achever autrement ce livre.

French pulp réédite ce roman en numérique et, vu le plaisir littéraire qu'il représente, l'initiative ne peut qu'être salué, tant il aurait été dommage qu'un tel ouvrage disparaisse. Comme toujours, en annexe, l'éditeur ajoute les moments les plus marquants de l'année où le livre a été publié, que ce soit au cinéma, à la télé, en lecture ou dans la vie de tous les jours, un petit plus appréciable qui permet, pour les lecteurs n'ayant pas vécu cette époque, de mieux s'y plonger.

Yannik Vanesse
20/04/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Yannik Vanesse
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les Sentiers de la haine
Holocauste Nazi
Savage Weekend
Le Pionnier de l'espace
Le Scorpion Rouge
Alien, le Huitième Passager
Cannibal Holocaust
Halloween (John Carpenter)
Le Masque du Démon
Zombie

Vous aimez Génération Clash ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €