Goodbye, Mister Christie


ORIGINE
GB
Goodbye, Mister Christie Affiche

ANNEE
2010
REALISATION

Phil Mulloy

AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Delvaux
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Free Fire
Swiss army man
This Giant Papier-Mâché Boulder Is Actually Really Heavy
The icebreaker
Director’s cut
Conan le Barbare
C’est Arrivé Près De Chez Vous
Marquis
Princesse Mononoke
Sacré Graal

Critique Goodbye, Mister Christie
{Photo 1 de Goodbye, Mister Christie} Mme Christie vit sa petite vie paisible dans la campagne anglaise, aux côtés de l'égocentrique Mister Christie. L'arrivée du marin français Ramon va tout changer. Mme Christie ne peut se retenir de se donner à lui chaque fois qu'une musique aux pouvoirs magiques est jouée par Ramon. Troublée, elle se confie au prêtre qui fantasme en secret à son propos. Pendant ce temps, la quiétude de Mister Christie est troublée par une équipe de télévision venue interviewer leur chien parlant. Mister Christie se renferme sur lui-même et commence à creuser un tunnel qu'il espère mener jusqu'en Australie mais qui pourrait bien le mener à Dieu, ce dont se contrefout Mister Christie qui ne croit pas au Grand Barbu, ce en quoi il n'aurait pas tort puisque ce dernier préfère prendre l'apparence d'une araignée.

THE CHRISTIES était une série animée vidéo dirigée par l'animateur trublion Phil Mulloy. A la fin de cette dernière, dont la distribution française a été assurée par l'excellent label ED Distribution, Phil Mulloy a voulu lui donner un prolongement au format d'un long métrage dont l'aboutissement a été présenté au festival Offscreen, lors d'un module thématique consacré au réalisateur. L'œuvre quasi complète de Phil Mulloy sera d'ailleurs prolongée au cinéma NOVA de Bruxelles en avril 2010, en accompagnement d'une mini sortie de GOODBYE, MISTER CHRISTIE.

L'œuvre de Phil Mulloy a été défrichée en France par le label ED Distribution qui, outre ses éditions dvd, a placé certains des courts du réalisateur sur ARTE. En Belgique, le festival Anima a régulièrement suivi le travail de l'animateur.

Et son premier long métrage reflète bien la déliquescence de l'animation anglaise, autrefois si prolixe. Si les studios Aardman sont toujours bien présents pour donner le change, force est de constater que la situation n'est pas rose pour nombre d'animateurs autrefois soutenu qui par la BBC, qui par l'extraordinaire travail de production de Channel Four. Depuis que ce dernier a abandonné l'animation il y a quelques années, le secteur souffre.

Ainsi de Phil Mulloy dont le travail, pourtant peu onéreux (en tout cas, pas plus que celui de nombre de ses confrères) a dû être strictement cadré pour THE CHRISTIES. Phil Mulloy a dû produire lui-même sa série et le long métrage qui la prolonge et n'a pu y parvenir qu'en resserrant drastiquement le budget. De cette contrainte a découlé le choix stylistique de ne filmer que des têtes schématisées, lesquelles ne possèdent que quelques expressions faciales. En outre, le nombre de protagonistes est lui aussi relativement limité. Les décors sont enfin réduits eux aussi à un arrière plan quasi statique. Bref, on évolue dans le minimalisme.

Pour pallier aux limites de l'exercice, le cinéaste joue sur le rythme relativement rapide des plans et sur un dialogue constamment maintenu. Ces choix ont la force de faire fonctionner l'ensemble mais contiennent leurs propres limites : on ne s'interdira pas de trouver le résultat parfois un peu longuet. Ce qui fonctionne sur un court s'essouffle étiré sur 78 minutes.

Néanmoins, longueur ne signifie pas ratage et on reconnaît à Mulloy les efforts consentis pour rythmer l'ensemble, l'humour noir et la portée philosophique nihiliste du projet.

Amateurs d'animations hardcore, de projets décalés, de minimalisme, d'absurde et de dieu-araignée, ce film est pour vous.

Philippe Delvaux
16/02/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez Goodbye, Mister Christie ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €