Guignol Tragique


ORIGINE
France
Guignol Tragique Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
1964
AUTEUR
Marc Agapit
Critique Littéraire Guignol Tragique
Ulysse, après avoir raté ses études, se donne le choix : se pendre ou épouser une fille riche. Sans scrupule, il n'aurait pas hésité à plaquer ses petite amie s'il n'avait découvert sa fortune... Mais avant de conquérir celle-ci, il lui faudra encore se faire engager comme valet par son tuteur. Un valet qui en remplace d'autres, mystérieusement disparus après, peut-être, une expérience qui aurait pour but de les transformer en robots parfaits.

Marc Agapit aimait autant la S.F, à sa façon c'est le moins que l'on puisse dire, que le fantastique vaguement policier. L'un de ses romans, uniquement publié en Italie, reste encore inédit en France : LES CUISINES DE SIRIUS.

GUIGNOL TRAGIQUE, avec beaucoup d'humour (un humour particulier, « agapien » : on se demande parfois s'il joue avec nous ou s'il se joue de nous), plonge dans l'angoisse le lecteur et le narrateur (d'une cupidité qui ne le rend pas sympathique : Agapit aimait décrire ce trait de caractère, comme l'avarice).

La jeune femme l'aime-t-elle vraiment (alors que lui n'en veut qu'à son argent) ou se sert-elle de lui pour l'utiliser pour les expériences d'un « vieux »énigmatique ? Ses employeurs voudraient-ils créer un valet parfait ou un surhomme ?

Le thème du valet et celui du robot évoquent le roman

« littéraire » de Agapit LE VALET (on relira l'article de Jacques Baudou dans NUITS BLANCHES 4 ou dans MATER TENEBRARUM spécial Agapit), mais aussi LA MAISON DU ROBOT, un petit Ferenczi policier réédité par l'Antre il y a quelques années.

Toute une histoire, les obsessions de Marc Agapit, bien qu'elles ne nuisent jamais à son originalité. On retrouve souvent les mêmes thèmes, comme chez tout Auteur qui se respecte mais sans jamais avoir l'impression de lire le même livre.!

Le thème du savant fou est ici traité de la plus originale des façons et le pré-final en surprendra plus d'un tant il est « autre », quasi surréaliste. Le final lui-même est tout de même plus facile.

Avec un Angoisse comme GUIGNOL TRAGIQUE, est-on encore dans l'épouvante, telle que pouvait la pratiquer un Maurice Limat ? Oui et non : le talent et la spécificité de Agapit font toute la différence pour obtenir au bout du compte une oeuvre unique, à l'image de la plupart de ses romans.

GUIGNOL TRAGIQUE commence ainsi, c'est un régal :

« Approchez, mesdames et messieurs. Le théatre est ouvert. Le spectacle va commencer. Asseyez-vous sur les bancs, là devant. Et soyez bien sages. (...) Aujourd'hui, les petits enfants ne sont pas admis. C'est un spectacle pour grandes personnes. Attention ! je passe de l'autre côté. Je vais dire à mes marionnettes d'entrer en scène. N'ayez pas peur quand vous entendrez un coup de revolver. C'est pour éveiller quelqu'un qui dort. »

Pour Agapit, ses personnages ne seraient que des marionnettes manipulées par un destin aussi facétieux que cruel...

Patryck Ficini
13/06/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Les Hommes Marqués
Pandemonium Follies
Les Bannières de Persh
Pas même un Dieu
Reich
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Vous aimez Guignol Tragique ?
Moteur de recherche