Her Vengeance

Xue mei gui


ORIGINE
Hong Kong
Her Vengeance Affiche

ANNEE
1988
REALISATION

Nam Lai Choi

INTERPRETES
Pauline Wong
Lam Ching Ying
Billy Chow
Shing Fui-On
Critique Her Vengeance
{Photo 1 de Her Vengeance} Chieh Ying (incarnée par la convaincante et mignonne Pauline Wong) est une jeune femme menant une vie sans histoire à Macao. Un jour, en sortant de son travail, elle est agressée par cinq infâmes personnages qui la frappe et la viole. Chieh tente d'oublier cette expérience mais une visite chez son médecin lui apprend que les gros porcs lui ont, en outre, refilé une maladie vénérienne mortelle. La jeune demoiselle part alors à Hong Kong auprès de son oncle, un expert en arts martiaux coincé dans un fauteuil roulant qui tient un bar à hôtesses. Elle prépare sa vengeance.

HER VENGEANCE est un long métrage atypique pour Nam Lai Choi, souvent comparé à Ed Wood pour une série de titres extrêmement bis comme THE CAT (mettant en scène un matou alien adepte du kung-fu), THE SEVENTH CURSE, EROTIC GHOST STORY ou l'ult{Photo 2 de Her Vengeance} ra gore STORY OF RICKY. Ici, le bonhomme s'attaque au thème délicat de l'auto justice et de la vengeance en s'inspirant manifestement des classiques de ce sous-genre (dénommé « rape and revenge ») et en particulier de I SPIT ON YOUR GRAVE. Alors que l'on pouvait craindre (ou espérer, pour les plus pervers) une œuvre excessive et complaisante, le cinéaste nous étonne par sa relative retenue en privilégiant la psychologie et les divers sentiments de son personnage principale tentant de surmonter cette expérience traumatisante. La demoiselle hésite sur la voie à suivre et, sur les conseils de son oncle, essaie d'oublier pour ne pas sombrer dans une spirale de violences. Mais, production d'exploitation oblige, la volonté de se venger des cinq salopards finit par l'emporter. L'oncle en question est joué par{Photo 3 de Her Vengeance} Lam Ching Ying, bien connu des amateurs de cinéma hongkongais puisqu'il incarna le valeureux Mr Vampire dans d'innombrables épisodes et autres déclinaisons plus ou moins officielles de cette saga culte. Du côté des méchants, on retrouve avec plaisir la tronche familière de Billy Chow qui se lâchera lors du final lequel constitue d'ailleurs un grand moment de délire bestial. En effet, Nam Lai Choi s'affranchit alors du réalisme et de la relative sobriété précédente pour donner dans le grand guignol réjouissant, un peu à la manière des dernières séquences du JUSTICIER DE NEW YORK. En effet, nous voyons Pauline Wong préparer une série de pièges farfelus (la belle doit sans doute être une admiratrice de Mc Gyver) mais terriblement dangereux. Lam Ching Ying, pour sa part, s'entraîne avec assiduité au kung-fu en{Photo 4 de Her Vengeance} chaise roulante sur les toits d'un immeuble afin d'aider sa nièce à triompher des violeurs survivants. Ce final excentrique et excessif tranche résolument avec le reste du métrage mais permet cependant au spectateur d'en recevoir pour son argent en termes de violences. Furieux et bien saignant cette petite dizaine de minutes barbares justifient à elles seules la vision de ce métrage (bizarrement classé non pas « Catégorie III » mais seulement IIb). Les autres séquences choquantes, quoique relativement dures, risquent par contre de décevoir les habitués du cinéma hongkongais le plus extrême nous sommes loin des sommets de sauvagerie de RED TO KILL ou RUN AND KILL par exemple.

La mise en scène, elle, se révèle très classique mais assez professionnelle, loin du « je m'en-foutisme » satisfait auquel certaines productions extrêmes venues d'Asie ont pu nous habituer. L'abus de filtres bleus et de séquences nocturnes censées donner à l'ensemble une atmosphère oppressante et glauque sont une caractéristique habituelle des thrillers hongkongais des années 80 et si le cinéaste n'innove guère à ce niveau il reprend simplement mais efficacement une recette ayant fait ses preuves.

HER VENGEANCE constitue donc une petite réussite dans le domaine du « rape and revenge » et un titre tout à fait honorable dans son genre : ni trop extrême ni trop mièvre, le métrage trouve un juste équilibre entre les éléments dramatiques sérieux et les excès sanglants et peu réaliste du cinéma d'exploitation. Une œuvre qui n'est sans doute pas impérissable mais dont la vision reste distrayante et agréable, ce n'est déjà pas si mal !

Frédéric Pizzoferrato
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans
AUTEUR DE L'ARTICLE: Frédéric Pizzoferrato
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Body girls
Let's get physical
Cheeseburger Film Sandwich
3 pistolets contre César
Comment claquer un million de dollars par jour
Edward aux Mains d’Argent
Evil Dead
Le Seigneur des Anneaux
Rocky Horror Picture Show
The Killer


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Her Vengeance VCD 9.95 €
Her Vengeance DVD Zone 3 11.95 €
Vous aimez Her Vengeance ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Her Vengeance - VCD
    VCD
    9.95€
  • Pochette Her Vengeance - DVD  Zone 3
    DVD Zone 3
    11.95€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €