Horror stories


ORIGINE
Corée du sud
Horror stories Affiche

ANNEE
2012
REALISATION

Jung Bum-shik
Lim Dae-woong
Young Hong-ji
Kim Gok
Kim Sun et Min Kyu-dong

INTERPRETES
Hong Ji-young
Im Dae-woong
Critique Horror stories
{Photo 1 de Horror stories} 2ème film à sketch coréen du Paris International Fantastic Film Festival de 2012, Horror story - également programmé au 31e Brussels International Fantastic Film Festival - est composée de 4 histoires avec comme fil conducteur une jeune femme captive d'un psychopathe qui pour gagner du temps avant de passer à trépas, raconte des histoires terrifiantes à son geôlier pour l'aider à trouver le sommeil. On a vu pire comme fil conducteur mais celui reste néanmoins pas mal dans le genre hautement improbable.

Que retenir de ce métrage où chaque réalisateur s'essaie à la difficulté de déclencher le trouillomètre en moins de trente minute{Photo 2 de Horror stories} s. Celui qui joue le plus avec les nerfs du spectateur est sans conteste le premier métrage qui relate l'histoire d'une jeune ado et de son petit frère livrés à eux-mêmes dans leur appartement et se retrouvant les proies d'un livreur psychopathe et d'un fantôme (du type Ring). Le second se situe dans un avion où des policiers escortent un tueur de série (de jeunes femmes bien sûr) pour qu'il soit jugé. Ce dernier se débarrasse avec facilité de ses gardiens et affronte une hôtesse de l'air plus résistante que ses collègues. Le troisième, le moins agité en termes de rythme et de rebondissements, ce qui permet de se détendre un peu entr{Photo 3 de Horror stories} e deux attaques de psychopathes ou de zombies, narre l'histoire de deux sœurs s'affrontant pour épouser le président d'une compagnie importante. Ce pdg a la particularité de faire bien plus jeune que son âge grâce à une alimentation reposant principalement sur de la viande marinée. Enfin, le dernier volet, se situe dans un espace clos encore plus réduit que le second où l'action était enfermé dans un avion. Il s'agit ici d'une ambulance roulant à vive allure pour échapper à une fin du monde où les zombies sèment le chaos. Sur la civière, une petite fille inconsciente qui semble avoir été mordue par un mort-vivant, à son chevet s{Photo 4 de Horror stories} a mère folle d'inquiétude, un infirmier de moins en moins rassuré à la vue de cette gamine potentiellement en devenir zombie, une infirmière et le chauffeur. Tout ce petit monde fonce vers une zone sécurisée alors que dehors les zombies, détalent comme des sprinters, ce ne sont pas ceux de Georges A. Romero qui avancent cahin-caha, mais ceux de Danny Boyle qui courent comme des dératés.

Si ce n'est le premier sketch qui, parfois avec succès, cherche à provoquer ce sentiment d'angoisse, les trois autres sont plus d'ordre de l'horreur grand guignol. Qu'il s'agisse du psychopathe prenant possession d'un avion, du président d'une compagnie trop jeune pour être honnête et d'une ambulance poursuivie par une horde de zombies, le registre est plus celui du film d'horreur balisé où le spectateur est en terrain connu. Assaut de sociopathes, de zombies et de spectres, c'est un vrai tour dans un train fantôme proposé par ce tryptique coréen, une introduction de qualité pour ceux qui ne connaissent pas le genre et pour les amateurs une révision des classiques en attendant une œuvre un peu plus originale.

Retrouvez notre couverture du 31ème Brussels International Fantastic Film Festival (BIFFF).

Stéphane Pretceille
11/12/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Asian Scans
AUTEUR DE L'ARTICLE: Stéphane Pretceille
SES DERNIERS ARTICLES
L'exorcisme
Fedora
Les apaches
Mademoiselle Frankenstein
Touchback

Vous aimez Horror stories ?
Tags du film
Horro stories
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €