Jean-Christian Tassy


Jean-Christian Tassy Affiche

ANNEE
2011
Entretien Jean-Christian Tassy
{Photo 1 de Jean-Christian Tassy} 23 avril 2011, Lyon, Festival Hallucinations Collectives. CALIBRE 9 vient d'être projeté en première mondiale. Dans la salle, outre un public curieux de découvrir cette exclusivité, l'équipe du film voit pour la première fois le résultat d'un long travail sur un grand écran. Un échange entre les spectateurs et le réalisateur Jean-Christian Tassy prolonge l'expérience après la séance. Cette première épreuve passée, Jean-Christian prend encore le temps de répondre aux questions de Sueurs Froides, histoire de nous renseigner sur son parcours et ses influences.

Jean-Christian, peux-tu nous parler de ton parcours ?

Jean-Christian Tassy : J'ai fait une école de cinéma après le bac durant deux ans à Montpellier pour avoir un DEUG. Puis j'ai intégré l'École Supérieure AudioVisuelle (ESAV) à Toulouse. J'ai réalisé deux courts métrages, mais ma plus grosse activité fut celle de monteur. Pour CALIBRE 9 j'appréhendais d'ailleurs beaucoup le fait de retourner à la réalisation.

Apparemment CALIBRE 9 a été un projet difficile à conclure ?

Jean-Christian Tassy : Surtout très long. Le film a été{Photo 2 de Jean-Christian Tassy} tourné en 45 jours, mais étalés sur deux ans, suivi d'une longue postproduction. Il faut savoir que nous n'avions presque pas d'argent pour le faire, j'avais un travail à côté... Les premières démarches pour obtenir une subvention ont porté leur fruit très rapidement puisqu'on en a obtenu une alors que le scénario était écrit, vers 2005-06. CALIBRE 9 n'était à ce moment qu'un projet de court métrage. Le tournage a débuté en 2007 pour se terminer l'année suivante. Enfin la postproduction s'est étalée jusqu'en 2011, j'ai terminé le mixage hier soir et le film a été diffusé depuis mon ordinateur cet après-midi. Pour finir le film, devenu entre-temps un long métrage, on a emprunté de l'argent à nos familles et des amis.

Pourquoi une période de postproduction si longue ?

Jean-Christian Tassy : Après le tournage j'avais peur de remettre les mains dans le cambouis, peur de ne pas réussir le montage de mon propre film. J'étais plus à l'aise en tant que monteur lorsque j'avais un réalisateur à côté de moi et que je pouvais le rassurer et lui dire de ne pas s'inquiéter, que j'allais arriver à finir son truc. Le fait de faire ce travail pour moi-même a été assez complexe, heureusement j{Photo 3 de Jean-Christian Tassy} 'étais aidé par mon assistant réalisateur, Raphaël Piccin, qui touche aussi au montage.

Visiblement CALIBRE 9 est un film sous influences...

Jean-Christian Tassy : En effet, au niveau de la structure dramaturgique, j'aime beaucoup UNE NUIT EN ENFER (From Dusk till Dawn. Roberto Rodiguez, 1996) qui commence comme un polar et d'un coup on se retrouve dans un film de vampires. Pour CALIBRE 9, c'est un peu pareil, on part avec une prostituée durant quatorze minutes et ensuite on se retrouve avec un urbaniste qu'on a pas encore vu, puis les choses se regroupent. Au niveau du style, outre Rodriguez, je puise chez Tony Scott, et le cinéma de Hong Kong.

Il y a aussi un petit côté VERSUS (id. Ryuhei Kitamura, 2000)...

Jean-Christian Tassy : Oui aussi. Ça a d'ailleurs été un choc visuel pour moi. C'est un film qui dégage une grosse énergie, fait avec des bouts de ficelles, à la EVIL DEAD (id. Sam Raimi, 1981). EL MARIACHI (id. Roberto Rodriguez, 1993) est construit sur le même modèle. Ce sont des films réalisés à l'époque par des inconnus avec des budgets ridicules. Depuis ces mecs là sont devenus célèbres alors qu'ils partaient de rien.

<{Photo 4 de Jean-Christian Tassy} b>Pour en revenir au film, on retrouve Éric Cherrière, réalisateur de nombreux courts et documentaires, au scénario de CALIBRE 9.

Jean-Christian Tassy : Éric est un ami, j'ai monté certains de ses films dont LA MAIN NOIRE (2009), son film de pirates. C'est sur ses tournages où j'étais présent que j'ai aussi pu apprendre plein de choses. Éric a aimé le pitch de CALIBRE 9. Mon scénario faisait 25 pages, lorsque Éric me l'a rendu, il en faisait 55. J'ai ensuite gonflé le tout pour avoir de quoi faire un long métrage.

Quels sont tes objectifs pour CALIBRE 9, comment vois-tu son avenir ?

Jean-Christian Tassy : Déjà, il peut y avoir un effet boule de neige du fait de sa présentation ici, au Festival Hallucinations Collectives, puisque j'ai été contacté pour une éventuelle présentation au Festival Fantasia de Montréal. Le gars est tombé sur la bande annonce du film, qui est sur le net depuis deux ans déjà. J'ai envie que CALIBRE 9 soit projeté dans de nombreux festivals pour intéresser les gens. Sinon, on va essayer de trouver un distributeur pour le sortir en salles. J'ai des contacts car il y a deux ans on a été à Cannes avec la bande annonce et des distributeurs américains, japonais et allemands ont été intéressés. Je mise sur ces marchés qui sont assez friands de trucs déjantés. Mon producteur va tenter de trouver quelqu'un cette année à Cannes avec le film terminé, histoire de pouvoir rembourser nos familles et nos amis...

Des projets pour la suite ?

Jean-Christian Tassy : Il faut toujours avoir des projets, j'en ai deux sous le coude. Un thriller/polar et un film d'action genre buddy movie sur lequel j'espère avoir quelqu'un d'un peu connu.

Une petite anecdote sur le tournage pour finir ?

Jean-Christian Tassy : Pour la scène avec les mercenaires, ce sont des vrais militaires que j'avais rencontrés et qui se sont arrangés pour venir deux jours. À ma grande surprise, ils sont arrivés avec deux camions au lieu d'un, et l'un des gars m'a dit qu'il était venu avec son bazooka ! J'ai donc rajouté une séquence de bazooka. Parfois il arrive des miracles comme celui-ci sur un tournage, tu peux galérer pendant des mois pour trouver un décor de salle de mairie alors qu'une autre fois un type arrive avec un bazooka.

Merci à Jean-Christian pour sa disponibilité, et à Anne-Laure de Boissieu pour avoir organisé cette entretien

Éric Peretti
12/05/2011
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Entretiens
AUTEUR DE L'ARTICLE: Éric Peretti
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Black Movie 2015 : Toutes les couleurs de la vie
Black Movie 2015 : Toute la noirceur du monde
Black Movie 2014
Anahita Ghazvinizadeh : Rencontre avec une réalisatrice à suivre
Alfonso Acosta : Discussion autour d’une première œuvre
Café Flesh
Cannibal Holocaust
New York 1997
Punishment Park
Ré-Animator

Vous aimez Jean-Christian Tassy ?
Trailer Jean-Christian Tassy
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €