Jean Parker, reine de la série B


Jean Parker, reine de la série B Affiche

AUTEUR DE L'ARTICLE: André Quintaine
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Magicien d’Oz le plus célèbre film de Jack Haley
Jack Haley, l’Homme de Fer Blanc
Sandy Blanco
Avant l'Aube
Planet of Dinosaurs
Frayeurs
Freaks
Les Griffes de la Nuit
Made in Britain
Massacre à la Tronçonneuse

Critique Jean Parker, reine de la série B
Jean Parker est née le 11 août 1915 à Deer Lodge, un bourg de 3 000 habitants dans le Montana, au nord-est des États Unis.

Elle fait ses études à Pasadena. Elle s'intéresse aux beaux-arts et au dessin.

En 1932, encore étudiante, elle pose sur un char lors du « Tournoi de la parade des roses » de Pasadena. Là, elle est remarquée par Ida Koverman, la secrétaire personnelle de Louis B. Mayer, la même femme qui avait déjà découvert Judy Garland.

Le lendemain, Jean est contactée par téléphone pour faire un essai et c'est ainsi qu'elle commence sa carrière chez MGM, RKO et la Columbia.

Durant les années 30, on la voit dans Les Quatre Filles du docteur March (1933) de George Cukor avec Katharine Hepburn, La Grande Dame d'un jour (1933) de Frank Capra, Gabriel au-dessus de la maison blanche (1933), Limehouse Blues (1934), Fantôme à vendre de René Clair (1935) et surtout Rasputin and the Empress (1932), son premier film important puisqu'elle y tient tête à Lionel, John et Ethel Barrymore. Elle sera auditionnée pour le rôle de Mélanie dans Autant en emporte le vent mais on lui préférera Olivia de Havilland.

Jolie et dynamique, elle ne parvient pas à s'imposer dans les films importants des grands studios. Pourtant, elle a la réputation de travailler rapidement et pour pas cher, ce qui la hisse en reine de la série B.

En 1939, elle est ainsi auxcôtés de Stan Laurel et Oliver Hardy dans Laurel et Hardy conscrits pour la RKO.

À cette époque, et jusqu'au début de la guerre, elle gère avec son mari Doug Dawson une compagnie aérienne à Palm Springs en Californie. Puis, durant la guerre, elle fait le tour des hôpitaux de vétérans à travers les États-Unis et se consacre à la radio.

En décembre 1941, elle débute sur les planches au Théâtre Orinda à Oakland en Californie. Mais durant les années 40, elle continue à travailler pour le cinéma. On la retrouve aux côtés de Lon Chaney Jr. dans Dead Man's Eyes de Reginald Le Borg.

Chez Monogram, Jean Parker est Kitty O'Day l'héroïne d'une saga qui ne connaît malheureusement que deux épisodes : Detective Kitty O'Day en 1944 et Adventures of Kitty O'Day en 1945. C'est durant cette période qu'on la retrouve aux côtés de Jack Haley dans One Body Too Many (1944) de Frank McDonald.

Après la guerre, Jean Parker investit les planches. À Broadway, en 1949, elle remplace Judy Holiday dans le classique Comment l'esprit vient aux femmes où elle contre un franc succès.

La même année, elle épouse l'acteur Robert Lowery qui vient d'interpréter Batman dans Batman and Robin de Spencer Gordon Bennet, et avec lequel elle a un fils.

Durant les années 50, on la voit moins au cinéma. Elle participe à des westerns et c'est ainsi qu'on peut la voir avec Gregory Peck et Helen Westcott dans La Cible humaine d'Henry King (1950). En 1954, on la retrouve également dans Mardi, ça saignera ! avec Edward G. Robinson.

En 1954, elle joue dans un épisode de Histoires du siècle dernier, la première série de westerns ayant remporté un Emmy Award.

Elle continue au théâtre et donne des cours de comédie. Sa carrière au cinéma s'arrête en 1965 avec Apache Uprising, film dans lequel elle n'a qu'une seule scène.

Jean Parker décède le 30 novembre 2005 à l'âge de 90 ans d'une attaque cardiaque.

Source : Wikipedia

One Body too Many en DVD



André Quintaine
16/07/2018
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Horizons
Vous aimez Jean Parker, reine de la série B ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €