John dies at the end


ORIGINE
Etats-Unis
John dies at the end Affiche

ANNEE
2012
REALISATION

Don Coscarelli

INTERPRETES
Chase Williamson
Rob Mayes
Paul Giamatti
Fabianne Therese
Angus Scrimm
AUTEUR DE L'ARTICLE: Nassim Ben Allal
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Cul-de-sac
Répulsion
La charge de la brigade légère
Mondwest
Retreat
Les Aventures de Jack Burton
Les Frissons de L’angoisse
The Killer
The Thing
Y’a-t-il Un Pilote Dans L’avion?

Critique John dies at the end
{Photo 1 de John dies at the end} Dix ans après la sortie de BUBBA HO-TEP, Don Coscarelli est enfin de retour sur grand écran. S'il a fait un détour télévisuel via l'excellent LA SURVIVANTE pour la première saison des MASTERS OF HORROR, on ne peut pas dire que Coscarelli enchaine les tournages. Depuis une suite à BUBBA HO-TEP intitulée BUBBA NOSFERATU annoncée puis repoussée avant d'être annulée...pour enfin être de nouveau annoncée sous le titre BUBBA NOSFERATU : CURSE OF THE SHE-VAMPIRES, le réalisateur n'avait pas vraiment donné de nouvelles. Le voilà donc de retour avec un film ovni qui a fait le tour des festivals en 2012 et ouvert la deuxième édition du PIFFF avant de sortir d'abord en VOD aux Etats-Unis puis sur une combinaison limitée d'écran à partir du 25 janvier 2013, toujours outre-Atlantique. Le 31e Brussels Internat{Photo 2 de John dies at the end} ional Fantastic Film Festival ne pouvait décemment pas passer à côté et l'a programmé dans sa célèbre Nuit du fantastique, juste après le terrifiant MAMA.

David Wong, jeune américain, reçoit un journaliste pour lui raconter les aventures hallucinantes qu'il vit sous l'emprise d'une nouvelle drogue, la sauce soja. Voyageant d'une dimension à une autre, dans le passé et le futur, capables de lire dans l'esprit des gens, David et son ami John apparaissent peu à peu comme les seuls remparts à la terrible menace qui pèse sur la terre...

Alors, JOHN DIES AT THE END ? Eh bien non, John dies au début...et ce n'est pas la seule surprise d'un film complètement fou et hallucinatoire où les hot dogs servent de téléphone portable permettant de dialoguer avec un mort, qui réussit le pari non moins fou et ha{Photo 3 de John dies at the end} llucinatoire de nous raconter une histoire de la manière la plus folle et décousue...pour mieux retomber sur ses pieds et faire sens...at the end.

Le nombre de films fantastiques et/ou d'horreur qui sous prétexte de « trip » ou d'errances oniriques enchainent les séquences sans queue ni tête sont légion, tout comme ceux qui ne racontent rien sous prétexte de laisser l'interprétation de l'histoire au spectateur. Ici, rien de tout cela : Don Coscarelli est un vrai raconteur d'histoire, un solide scénariste et un metteur en scène chevronné dont la gestion du temps et de l'espace créent un univers censé et logique malgré les différents allers et retours...spatio-temporels, justement.

En nous forçant à adopter le point de vue de Dave Wong, jeune étudiant qui, comme son nom ne l'indique pas, n'a rie{Photo 4 de John dies at the end} n d'asiatique, Coscarelli nous plonge dans une aventure polymorphe qui démarre comme une comédie pour ados avant de bifurquer vers la science-fiction matinée d'horreur avec des entités lovecraftiennes, une secte millénariste, un mystérieux mage, le tout sous l'influence d'une puissante drogue, la sauce soja. En dire plus serait en dire trop. Les aventures de David et John fleurent bon les années 80, quelque part entre BUCKAROO BANZAI et certains films de la défunte Cannon, le tout mâtiné de QUATRIEME DIMENSION. Au casting, on retrouve le terrible Tall Man de la saga PHANTASM à savoir l'impressionnant Angus Scrimm mais également des « trognes » bien connues telles que celles de Paul Giamatti et de Clancy Brown qui viennent encadrer les deux petits jeunes Dave et John, respectivement interprétés par Chase Williamson et Rob Mayes. Malgré l'étroitesse du budget, le réalisateur ne sacrifie pas sa vision de l'histoire et parvient, grâce à l'emploi d'effets spéciaux judicieux, à retranscrire un univers totalement décalé tout en le crédibilisant. Imprévisible, drôle et effrayant, JOHN DIES AT THE END est un festival d'idées burlesques, de créativité débridée venant compléter une histoire riche en évènements et en rupture de ton. A la foi exercice d'écriture et de mise en scène, le dernier film en date de Don Coscarelli est surtout la démonstration du savoir-faire et de la virtuosité d'un auteur amoureux du (des) genre(s) qu'il aborde.

Retrouvez notre couverture du 31ème Brussels International Fantastic Film Festival (BIFFF).

Nassim Ben Allal
19/12/2012
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
Vous aimez John dies at the end ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €