Kraken

Tentacles of the deep


ORIGINE
USA
Kraken Affiche

ANNEE
2007
REALISATION

Tibor Takàcs

INTERPRETES
Charlie O'Connell
Victoria Pratt
Kristi Angus
Jack Scalia
Critique Kraken
{Photo 1 de Kraken} Les « creatures features » ou films de monstres (plutôt téléfilm dans le présent cas de figure) de la chaîne câblée américaine Sci-Fi se suivent et ne se ressemblent pas forcément, ce qui est plutôt bon signe. Le réalisateur des primés THE GATE et LECTURES DIABOLIQUES repasse donc derrière la caméra pour une production Sci-Fi après son MOSQUITOMAN, le moins mauvais film de cette collection. C'est donc avec son expérience de faiseur talentueux que ce natif de Budapest aborde TENTACLES OF THE DEEP, très opportunément retitré KRAKEN suite au méga succès du deuxième PIRATES DES CARAIBES dans lequel cette créature issue de la mythologie nord-européenne tenait, entre autre, la vedette.

1982 : le petit Ray Reiter est témoin de la mort de ses parents, enlevés une nuit par u{Photo 2 de Kraken} n poulpe gigantesque alors qu'ils naviguaient à l'ouest du Canada.

2006 : l'expédition archéologique sous-marine conduite par la charmante Nicole est attaqué par la même bête. Ray, devenu photographe sous-marin dans le but de se retrouver un jour face à la bête, se fait embaucher sur le navire afin d'assouvir sa vengeance. Mais entre les attaques du poulpe et les bassesses d'une équipe concurrente emmenée par le malsain mais fortuné Maxwell Odemus, les choses ne sont pas simples...

Dire que ce film est un pur produit calibré pour divertir le spectateur avide de frissons inoffensifs relève de l'euphémisme. Nous sommes ici en présence d'un programme de flux, réalisé dans le but de remplir une grille et éventuellement de se vendre en DVD.

Est-ce pour autant un mauvais{Photo 3 de Kraken} film ? Non. Tibor Takàcs est un homme d'expérience qui a déjà travaillé avec des budgets plus mince et en a toujours tiré le meilleur parti. C'est également le cas ici, malgré la contrainte télévisuelle concernant le gore.

Le pré-générique est un modèle de réalisation, le réalisateur ménageant savamment ses effets et dosant le suspens de manière à décourager le zappeur : apparition dramatique de la bête, implantation d'éléments qui serviront par la suite, tout est là.

Malheureusement, aussi efficace soit-il, Takàcs ne parvient pas à créer la surprise. La faute sans doute à un scénario couru d'avance, aux figures de style recyclées sans complexes. Il faut cependant notre la générosité du film en ce qui concerne sa star : le Kraken. En fait de Kraken, il s'agit surt{Photo 4 de Kraken} out d'un poulpe géant à la manière de LA BETE (téléfilm adapté de l'œuvre de Peter Benchley) dont les nombreuses attaquent risquent de ravir les aficionados des bestioles méchantes. Sans aller pour autant dans un gore outrancier, le réalisateur s'offre le luxe de quelques amputations rudement sympathiques et de la mort d'un matelot pris en étau entre un câble d'acier et un tentacule...

L'aventure humaine et la vengeance du petit Ray devenu grand sont réduites au minimum vital pour tenir la durée réglementaire des 90 minutes, mais ces intrigues se suivent sans déplaisir grâce à un casting sans fausse note. En effet, on retrouve au générique de KRAKEN des stars du petit écran américain comme Charlie O'Connell (SLIDERS), Jack Scalia (une flopée de téléfilm de « prestige ») et Victoria Pratt (CLEOPATRA 2525, MUTANT X et DAY BREAK). Bref, du solide pour un téléfilm sans surprise mais pas désagréable non plus, rythmé par les attaques du poulpe. Reste les effets spéciaux, bien en deçà de ce que la télévision américaine nous propose habituellement : si le poulpe reste à peu prés crédible lorsqu'il nage, ses attaques sont ratées, la faute à des images de synthèse approximatives qui ne parviennent pas à donner une véritable impression d'interaction avec les comédiens.

Coproduction Nu Image oblige, ce défaut ne découragera ni le spectateur lambda, ni le fan qui reconnaîtra au passage la marque de fabrique de la société de production : après les requins qui grognent dans les SHARK ATTACK, ils inventent ici le poulpe qui rugit...

Nassim Ben Allal
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Review
AUTEUR DE L'ARTICLE: Nassim Ben Allal
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
John dies at the end
Cul-de-sac
Répulsion
La charge de la brigade légère
Mondwest
Les Aventures de Jack Burton
Les Frissons de L’angoisse
The Killer
The Thing
Y’a-t-il Un Pilote Dans L’avion?


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Kraken : Le Monstre Des Profondeurs DVD Zone 2 20 €
Kraken: Tentacles Of The Deep DVD Zone 1 19.43 €
Vous aimez Kraken ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Kraken : Le Monstre des Profondeurs - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    20€
  • Pochette Kraken: Tentacles Of The Deep - DVD  Zone 1
    DVD Zone 1
    19.43€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €