L'Ascenceur

De Lift


ORIGINE
Pays-Bas
L'Ascenceur Affiche

ANNEE
1983
REALISATION

Dick Maas

INTERPRETES
Huub Stappel
Willeke Van Ammelrooy
Josine Van Alsum
AUTEUR DE L'ARTICLE: Sylvain Pasdeloup
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
The She Beast
I Padroni Della Città
The old dark house
La Malédiction Des Profondeurs
L'Invasion Martienne
L'enfer des zombies de Lucio Fulci
L'opération diabolique de John Frankenheimer
Les chasses du comte Zaroff de Ernest B. Schoedsack
Les monstres de l'espace de Roy Ward Baker
Mondwest de Michael Crichton

Critique L'Ascenceur
{Photo 1 de L'Ascenceur} Sans avoir la même dimension ni les mêmes ambitions qu'un Paul Verhoeven, Dick Maas est le deuxième nom qui vient à l'esprit quand on pense au cinéma néerlandais. Jamais très portés sur le cinéma de genre, mais plutôt vers des films à tonalité douce-amère ou bien réalistes, nos amis hollandais ont découvert, au milieu des années 1980, ce réalisateur peu prolifique. Il est l'auteur de deux films excellents : AMSTERDAMNED, une sorte de « giallo » prenant pour cadre les canaux d'Amsterdam (voilà bien un film à réhabiliter d'urgence) et L'ASCENSEUR, tout auréolé de son Grand Prix remporté à Avoriaz.

Le film nous met dans la peau de Felix Adelaar, mécanicien spécialisé en ascenseurs, qui doit faire face à plusieurs accidents mortels survenus avec la machine d'un building gigantesque. Apparemment en bon é{Photo 2 de L'Ascenceur} tat de marche, l'ascenseur en question semble échapper à tout contrôle et déclencher ses activités macabres de lui-même. Après une enquête minutieuse, effectuée avec l'aide d'une journaliste aux dents longues, Adelaar découvre que le problème pourrait s'avérer être électronique et non mécanique...

L'ASCENSEUR est un film qui surprend de prime abord. En effet, rares sont les films d'horreur qui utilisent pour faire naître la peur un fantastique issu du quotidien. Le procédé est bien plus courant et efficace littérairement que cinématographiquement. Pourtant, L'ASCENSEUR n'est jamais ridicule et provoque l'effroi. Quand il est en marche, on n'a jamais l'impression de voir une machine à l'écran. Le fond sonore menaçant, ainsi que les teintes rougeâtres utilisés pour le caractériser, le font définitivem{Photo 3 de L'Ascenceur} ent passer pour un « personnage » diaboliquement organisé et surtout cruel. Car l'ascenseur fait tout de même preuve d'un certain sadisme en condamnant sans pitié à mort un personnage aussi vulnérable qu'un vieil homme aveugle, ou en essayant d'attirer dans ses filets une petite fille candide. De même, la manière de filmer la machine est très intelligente. Dick Maas utilise une symétrie implacable quand il s'agit d'observer les trois portes de l'ascenseur, qui s'ouvrent simultanément comme pour avaler leurs victimes.

En ce qui concerne l'enquête que mène le héros mécano, elle est loin d'être inintéressante. Elle repose sur la peur qu'un jour une intelligence artificielle ne supplante l'homme. A ce titre, la toute fin du film, lorsqu'on découvre le « cœur » de la machine, fait diablement pens{Photo 4 de L'Ascenceur} er à du David Cronenberg : la fusion de l'être humain avec ce qui gravite autour de lui. Cette fin étonne car on ne pensait pas être devant un spectacle aussi extrême.

Ce discours pourrait facilement faire penser que L'ASCENSEUR n'est pas un film simple. Pourtant, il réussit à faire le grand écart entre des moments de trouille convaincants, une enquête intéressante et des thèmes sous-jacents bien exploités. Une véritable gageure pour ce type de production.

La côte d'amour que l'on éprouve pour L'ASCENSEUR est également renforcée par ses personnages. Ici, point de super-héros, pas de répliques cinglantes qui fusent dans tous les coins. Le héros, Adelaar, est un homme simple et sympathique, un mécanicien avec des ennuis on ne peut plus quotidiens, qu'un événement imprévu et imprévisible fait sortir de son traintrain familial.

L'interprétation est à l'avenant, c'est-à-dire très sobre. Huub Stappel, déjà présent dans AMSTERDAMNED, est crédible de bout en bout.

Il faut aussi saluer la bande sonore, réellement angoissante, qui se fond parfaitement avec l'ambiance du métrage.

Seul petit reproche : la crise de couple que connaît Adelaar à cause de son acharnement à élucider le mystère de sa machine n'était peut-être pas nécessaire et n'apporte pas grand-chose au film.

Mais devant ce petit modèle de série B intelligente qu'est L'ASCENSEUR, cela revient vraiment à chipoter tant le plaisir est là et restera là longtemps après. Ce qui fait vraiment regretter qu'à l'exception d'un remake américain à la funeste réputation, Dick Maas n'ait eu, depuis, de réelles occasions de faire la preuve de son talent.

Sylvain Pasdeloup
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective

Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
L'ascenseur DVD Zone 2 13 €
Vous aimez L'Ascenceur ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette L'Ascenseur - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    13€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €