L’Empreinte Du Dragon Rouge

The Terror Of The Tongs


ORIGINE
Grande-Bretagne
L’Empreinte Du Dragon Rouge Affiche

ANNEE
1961
REALISATION
Anthony Bushell
INTERPRETES
Geoffrey Toone
Christopher Lee
Yvonne Monlaur
Brian Worth
Ewen Solon
Marne Maitland
Marie Burke
Critique L’Empreinte Du Dragon Rouge
{Photo 1 de L’Empreinte Du Dragon Rouge} En 1961, Michael Carreras et Anthony Hinds, les patrons de la HAMMER FILMS, continuent tout à la fois leur entreprise de diversification et d'adaptation des grands classiques du cinéma populaire. A l'image de cette variation autour du personnage de Fu-Manchu, grand succès littéraire signé Sax Rohmer, L'EMPREINTE DU DRAGON ROUGE, qui tente de renouveler l'exploit du très bon LE MASQUE D'OR de Charles Brabin (un réalisateur britannique parti travailler aux USA) avec Boris Karloff (1932).{Photo 2 de L’Empreinte Du Dragon Rouge} L'histoire se déroule en 1910, la secte du "Dragon Rouge" terrorise Hong-Kong. Ces Tongs, en tentant de mettre la main sur un document hautement compromettant pour leur survie, trucident divers quidams dont, bien évidemment, celui auquel il ne valait mieux pas toucher le moindre cheveu : la fille du Capitaine Jackson. Ce dernier, avec le concours d'un faux mendiant et d'une jeune femme, mène l'enquête pour retrouver les coupables, dont leur cruel chef : le sanguinaire Chung King.

Chung{Photo 3 de L’Empreinte Du Dragon Rouge} King est savoureusement interprété par le magistral Christopher Lee, acteur vedette de la maison depuis ses deux rôles cultes : la créature prométhéenne de Mary Shelley dans THE CURSE OF FRANKENSTEIN (1957) et le grand « Saigneur » créé par Bram Stoker dans HORROR OF DRACULA (1958), tous deux mis en scène par Terence Fisher. Il est ici l'attraction principale du film, personnification idéale du péril jaune, le spectateur guettant chacune de ses apparitions avec délectation. Pour le rest{Photo 4 de L’Empreinte Du Dragon Rouge} e, on distingue surtout la présence de la belle Yvonne Monlaur, actrice française qui fit les beaux jours des studios de Bray, en particulier dans quelques classiques comme LES MAITRESSES DE DRACULA tourné par Terence Fisher en 1960. Le fade Geoffrey Toone est, par contre, un bien piètre Capitaine Jackson.

D'ailleurs, L'EMPREINTE DU DRAGON ROUGE s'avère, bien que fort plaisant, un « petit » film estampillé HAMMER. La faute en incombe surtout à une réalisation mollassonne d'Anthony Bushell, réalisateur peu chevronné qui ne signa que trois films pour le grand écran et quelques travaux télévisuels. Même le scénario, signé du génial Jimmy Sangster, s'avère peu trépidant. Le spectateur devine facilement que le budget de cette pelloche est ridicule, d'où la profusion des scènes en intérieurs. Pour couronner le tout, le Capitaine Jackson est un personnage aux motivations peu compréhensibles, seul le méchant sauve la mise : « Hail to the (Chung) King ! Hail to Christopher Lee ! ».

Jérôme Pottier
26/12/2010
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Jérôme Pottier
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Le Doux Parfum D'Eros
Journal Erotique D'Une Infirmière
Les Etrangleurs De Bombay
The Devil-Ship Pirates
The Pirates Of Blood River
Dawn of the Dead
Evil Dead
Le Dernier Face à Face
Les Frissons de l’Angoisse
Rambo

Vous aimez L’Empreinte Du Dragon Rouge ?
Trailer L’Empreinte Du Dragon Rouge
Moteur de recherche