L'Enchanteur de Sable

Chasseur Noir 3


ORIGINE
France
L'Enchanteur de Sable Affiche

LITTÉRATURE
ANNEE
2010
AUTEUR

Honaker Michel

Critique Littéraire L'Enchanteur de Sable
{Photo 1 de L'Enchanteur de Sable} Le Djinn, sorti d'ALADIN, n'est pas la créature la plus utilisée du merveilleux et du fantastique. Y-a-t-il cependant la mythologie d'un pays ou d'une civilisation que Graham Masterton n'a pas utilisée ?

L'auteur britannique est l'un des rares à avoir traité le sujet dans un roman d'horreur, LE DJINN, justement. Nécrorian en avait l'intention mais il n'a pu la concrétiser, comme il nous l'apprend dans GORE, DISSECTION D'UNE COLLECTION, de David Didelot. Michel Honaker y est parvenu, au moins à deux reprises.

Pas étonnant lorsqu'on y réfléchit puisque Michel Honaker fut parfois comparé à Masterton pour son utilisation de la mythologie indienne (ce qui n'est évidemment pas le cas ici) et des démons.

Avec Michel Pagel, Honaker fut l'un des plus brillants auteurs français d'horreur des années 80, tous deux pour le Fleuve Noir. Honaker a su continuer dans cette voie peu fréquentée en France au-delà de la mythique collection Gore pour laquelle il a écrit deux (excellents) ouvrages. En effet, sa fameuse saga du Commandeur (alias Ebenezer Graymes) a commencé en Antici{Photo 2 de L'Enchanteur de Sable} pation (le Fleuve ne devait pas savoir où la caser), après un passage éclair chez Media 1000. Media 1000, depuis spécialisée dans le porno, n'hésitait pas vers 1987 à proposer APOCALYPSE (une sorte de SURVIVANT gore) et ce cher Commandeur, pour les 3 premiers ouvrages de la série. Depuis lors, Michel Honaker n'a eu de cesse de reproposer à différents éditeurs remakes et inédits des aventures de ce personnage qui l'obsède depuis l'enfance. Après Fleuve Noir, il y eut ainsi Rageot et aujourd'hui Flammarion. Oubliées les scènes classées X de Media 1000 : le Commandeur est passé au rayon jeunesse, dont Honaker est devenu l'un des maîtres incontestés à travers des romans qui peuvent aussi, bien souvent, intéresser les adultes.

Pour Flammarion, Honaker écrit des séries passionnantes comme L'AGENCE PINKERTON, un Weird Western déjà évoqué ici, ou YAKUSA GOKUDO, depuis 2013. Mais aussi un fort bon roman d'espionnage comme LE DEPARTEMENT DU DIABLE (genre qu'il fréquentait déjà au Fleuve avec une demi-douzaine de bouquins).

Et, bien sûr, la toute dernière trilogie du Commandeur, composée d'une préquelle, CHASSEUR NOIR, d'un remake, LE CEREMONIAL DES OMBRES, et d'un inédit, L'ENCHANTEUR DE SABLE. Cette fois la série s'appelle «Chasseur Noir », c'est le nouveau surnom du Commandeur Graymes, mais en en fait nous retrouvons bien les mêmes personnages (dont le flic ami du héros) et atmosphères.

Qui est le Commandeur ? Petite présentation de Media 1000 (1988) :

« Ben Graymes n'est pas un héros ordinaire. Magicien et guerrier, initié d'un ordre ancien dont il a été banni, il est le seul à pouvoir combattre (les forces des ténèbres)."

« D'anciennes légendes parlent de celui qui, pour avoir pactisé avec le mal, se voit condamné à galoper chaque nuit à la poursuite des démons. Jusqu'à la fin des temps, il doit accomplir sa traque, inlassablement. Et si la rédemption ne s'ouvre à lui, il deviendra bientôt l'un d'eux.

Telle est la malédiction du Chasseur Noir. »

Superbe présentation du (anti-) héros et des enjeux de la série, cette fois issue de la nouvelle trilogie Flammarion !

On l'aura compris, le Commandeur est un guerrier de l'occulte, une sorte de détective de l'étrange hors normes, épée elfique au poing. Il lutte contre les démons de nos jours, à New York. Un peu comme Buffy à Sunnydale, mais depuis bien plus longtemps. Initialement, l'immense Peter Cushing servit de modèle au personnage (comme on le voit sur la magnifique illustration de Nicollet) ; aujourd'hui Ebenezer Graymes est proposé dans une version rajeunie, avec un physique séduisant de jeune homme ténébreux. Qu'importe, le charme de ce véritable reboot opère à merveille..

La saga est un must du fantastique et de l'horreur. On peut aussi parler sans trop risquer de se tromper de Dark Fantasy.

L'ENCHANTEUR DE SABLE est un roman très prenant, qui évoque un peu une précédente aventure, SECRET OF BASHAMAY (période Fleuve Noir) pour l'ambiance orientale et les créatures. L'ENCHANTEUR alterne les flash-backs égyptiens où l'on découvre la vie de Graymes avec son Maître et formateur, mais aussi les origines du mal qui frappe aujourd'hui les Etats-Unis.

Des Commandeurs sont retrouvés assassinés, du sable dans la bouche. Graymes, à la stupeur de son ami policier, y voit la griffe d'un djinn, le terrible esprit/génie des contes arabes, mais aussi, peut-être, la main d'un Commandeur dévoyé qui aurait déjà assassiné son maître par le passé...

L'hypothèse fantastique de Michel Honaker, c'est qu'un mage à la solde des terroristes emploie ces créatures surnaturelles pour perpétrer des assassinats sur le sol américain. Il fallait y penser. Mais au fait, qui est ce mystérieux magicien ? Le suspence dure jusqu'à un final spectaculaire.

L'ENCHANTEUR DE SABLE contient peu d'horreur gore, Honaker pratique aujourd'hui avec autant de talent l'art délicat de l'ellipse. Il n'en est pas moins passionnant et sans faille (à part la couverture qui nous fait regretter amèrement Nicollet), comme toute cette trilogie qui remet le Commandeur au goût du jour. Nul doute que de nouveaux lecteurs seront séduits par l'entreprise et que les plus vieux fans auront accueillis ce retour avec une très grande joie.

Un retour qui ne s'arrêtera sans doute pas là. Depuis plus de 25 ans, Michel Honaker revient toujours à son héros fétiche !

Patryck Ficini
26/08/2014
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Chroniques Infernales
AUTEUR DE L'ARTICLE: Patryck Ficini
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
Trois autres Romans Erotiques de la Brigandine
Massacre à Odessa
Heca-Tomb
Johnny Metal et le Dé de Jade
Wake the Dead
Django
Frayeurs
Goldfinger
Keoma
L’Au-delà

Vous aimez L'Enchanteur de Sable ?
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €