L'Enfer des Tortures

Tokugawa irezumishi : Seme jigoku
Inferno of Torture


ORIGINE
Japon
L'Enfer des Tortures Affiche

ANNEE
1969
REALISATION

Teruo Ishii

INTERPRETES
Teruo Yoshida
Masumi Tachibana
Yumoiko Katayama
Asao Koike
Reiichi Hatanaka
Critique L'Enfer des Tortures
{Photo 1 de L'Enfer des Tortures} L'ENFER DES TORTURES suit la destinée de deux tatoueurs que tout oppose. Bien qu'ayant appris leur métier du même maître, Horigaro, Horihide a en quelque sorte suivi la voie de lumière, et Horitatsu celle des ténèbres. Les deux artistes, considérés comme les meilleurs du pays, se retrouvent en lutte lors d'un concours organisé par le shogun. Par un concours de circonstances, chacun porte son choix sur le même modèle, Yumi. Utilisant les ruses les plus viles, Horitatsu met tout en œuvre pour l'emporter sur son adversaire.

L'ENFER DES TORTURES s'ouvre sur un générique montrant des supplices infligés à des femmes. Certaines sont crucifiées, l'une étant transpercée ensuite par une lance. D'autres, enterrées dans le sol jusqu'à la tête, sont décapitées par une énorme scie. Ce teaser particulièrement gore rappelle celui du deuxième opus de la s{Photo 2 de L'Enfer des Tortures} érie « Joys of Torture » : FEMMES CRIMINELLES (TOKUGAWA ONNA KEIBATSU-SHI, 1968). Mais la suite du film n'a en fait rien à voir avec le générique. A la limite, ce n'est pas très gênant (bien que l'on puisse remettre en cause l'utilité d'un tel teaser). Ce qui l'est beaucoup plus, c'est l'impression générale de confusion régnant tout au long du métrage. En effet, Teruo Ishii ne se contente pas de conter une intrigue concentrée sur les deux tatoueurs, mais également sur deux autres duos : l'un constitué de deux sœurs (Yuki et Yumi), devenues prostituées ; et l'autre des deux « vrais » méchants de l'histoire, Samejima (un officier de police corrompu), et Oryu (la tenancière du bordel). A cela, on peut rajouter le personnage d'Osuzu, fille du maître tatoueur Horigaro, dont tombent amoureux Horihide et Horitatsu.

Si le scénario est décousu, la{Photo 3 de L'Enfer des Tortures} réalisation l'est tout autant, et il se dégage pour le spectateur le sentiment de suivre plusieurs histoires à la fois, dans lesquelles des personnages disparaissent pour réapparaître plus tard, ce qui ne facilite pas la compréhension de l'intrigue.

De plus, Teruo Ishii a choisi d'intégrer un élément soi-disant comique dans cette œuvre, à savoir des prostituées qui sont jouées par des hommes ! Ceux-ci ne sont pas censés être des travestis, mais bel et bien des femmes. Et les scènes où ces deux personnages pour le moins incongrus interviennent rappellent les pires moments des sexy-comédies italiennes des années 70/80. Dans un film qui se veut grave de par son propos, et dont l'horreur est plus que manifeste, cette touche d'humour douteux apparaît très mal placée, et ne fait que renforcer l'idée que L'ENFER DES TORTURES est une œuvre{Photo 4 de L'Enfer des Tortures} trop hétérogène pour donner entière satisfaction.

Cela dit, le film comporte son lot de supplices en tous genres (viols, humiliations, énucléation...), d'érotisme (saphisme), et de bonnes idées. Le passage où Yumi profane la sépulture d'un homme, et plonge les mains dans ses chairs putréfiées afin de récupérer la clé de la ceinture de chasteté dont elle est prisonnière reste une scène marquante. Le passage du tatouage invisible révélé lorsque le modèle boit du saké est aussi remarquable. On apprend d'ailleurs beaucoup de choses sur la symbolique du tatouage dans ce film, et notamment que les tatouages de qualité augmentaient la valeur marchande des geishas.

De ce fait, L'ENFER DES TORTURES (le titre vient du tatouage dessiné par Horitatsu lors du concours) apparaît comme une œuvre inégale, difficile à suivre car confuse, mais qui recèle néanmoins bon nombre de scènes intéressantes, et qui s'achève de manière assez délirante dans une maison close dans laquelle les deux tatoueurs s'affrontent une dernière fois par le biais de prostituées hollandaises dont la peau est recouverte de superbes tatouages phosphorescents. Dans ce final étourdissant, Teruo Ishii montre une fois encore son style très personnel, où la beauté la plus pure côtoie l'horreur la plus profonde.

Quatrième volet de la série « Joys of Torture », L'ENFER DES TORTURES baigne tout comme son prédécesseur (ORGIES SADIQUES DE L'ERE EDO) dans l'ambiance du kinbaru. Malgré ses défauts, elle témoigne d'un savoir faire de la part de Teruo Ishii, cinéaste qui inspirera des metteurs en scène comme Koji Wakamatsu et Masaru Konuma. C'est peut-être pour cette raison que Teruo Ishii fut surnommé au Japon « The King of Cult ».

Philippe Chouvel
22/12/2009
Bookmark and Share

Page précédente    Revenir en haut de la page    Imprimer   Creer PDF

Sueurs Froides.fr > Critique > Retrospective
AUTEUR DE L'ARTICLE: Philippe Chouvel
SES DERNIERS ARTICLESSES FILMS FETICHES
L'enfant miroir
The Mutilator
La dernière orgie du troisième Reich
Sex Wars
La falaise mystérieuse
Danger Diabolik
Femina Ridens
La Dame Rouge Tua 7 Fois
Les Démons
L’Abominable Docteur Phibes


Le film est disponible à l'achat sur le site Sin'Art :
Femmes Criminelles : Sexe Et Châtiment Au Japon- Vol. 1 (édition Limitée) DVD Zone 2 45 €
Tattoo Inferno Epuise/out Of Print DVD Zone 2 15 €
Tokugawa 2 Das Freudenhaus Von Nagasaki Epuise/out Of Print DVD Zone 2 NC €
Tokugawa 2 Inferno Of Torture Epuise/outof Print DVD Toutes zones NC €
Vous aimez L'Enfer des Tortures ?
En vente sur Sin'Art
  • Pochette Femmes criminelles : sexe et châtiment au Japon-  Vol. 1 (édition Limitée) - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    45€
  • Pochette Tattoo Inferno EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    15€
  • Pochette TOKUGAWA 2 DAS FREUDENHAUS VON NAGASAKI EPUISE/OUT OF PRINT - DVD  Zone 2
    DVD Zone 2
    NC€
  • Pochette Tokugawa 2 Inferno of Torture EPUISE/OUTOF PRINT - DVD  Toutes zones
    DVD Toutes zones
    NC€
Moteur de recherche
Tout est bénévole – si ce n’est pas déjà fait, versez votre obole annuelle à l'association Sin'Art : 5 €